En cette période où il faut rester à la maison, je vous propose une série d’interviews en compagnie de professionnels de la culture. L’occasion d’en savoir plus sur leurs métiers, sur les institutions dans lesquelles ils travaillent mais aussi sur les dispositifs qu’ils déploient pour garder un lien avec le public malgré le confinement.

Aujourd’hui, c’est Anthony Chenu, Chargé de la communication et de l’action éducative à l’Arc de Triomphe, qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview confinement ! Il nous parle de son métier, de la façon dont il s’organise pendant le confinement mais aussi de ce qui se passe à l’Arc de Triomphe dans cette période hors norme.

L'Arc de Triomphe pendant le confinement

Peux-tu te présenter, nous parler de ton parcours et de ton métier ?

Je travaille depuis deux ans et demi à l’Arc de triomphe qui est géré par le Centre des monuments nationaux. Je suis diplômé d’un Master Recherche en esthétique et histoire du cinéma que j’ai obtenu à Rennes 2. J’ai aussi étudié la communication politique et institutionnelle pendant trois ans. J’ai fait mes premières armes dans l’évènementiel au Centre International de Deauville, je travaillais notamment à l’organisation du Festival du Cinéma Américain. Ensuite, je suis parti enseigner dans la province de Milan, au sein d’un institut supérieur spécialisé en tourisme et marketing. Mon entrée au Centre des monuments nationaux remonte à 2016, je travaillais alors à l’Abbaye du Mont-Saint-Michel. Aujourd’hui encore, je garde un certain attachement pour ce monument près duquel j’ai grandi.

Mon métier recoupe deux missions, d’une part la communication et de l’autre, l’action éducative. Ce sont deux domaines qui peuvent sembler éloignés, et pourtant je dirais qu’ils reposent tous les deux sur la transmission.

En temps normal, en quoi consiste ton travail ? Et où est situé ton bureau ?

Mon rôle consiste à mieux faire connaître ce monument déjà très populaire. Pour comprendre ce qu’est l’Arc de triomphe, il important de considérer tous les aspects qui constituent son ADN. Il est à la fois un site historique, un lieu de mémoire, un site touristique emblématique, mais aussi un lieu de rassemblement et de fête.

Mon quotidien se divise en deux types de missions. Pour la partie communication, cela repose sur les relations avec la presse, sur la gestion des réseaux sociaux et du site internet de l’Arc de triomphe mais aussi sur l’accueil d’invités du monument. Pour la partie culturelle, je suis chargé de concevoir les programmes et outils pédagogiques, de gérer les partenariats avec des structures associatives et culturelles, et bien sûr d’assurer le bon fonctionnement d’une équipe d’animateurs du patrimoine. Il m’arrive également de me déplacer pour donner des conférences sur l’histoire de l’Arc de triomphe ou pour rencontrer des publics dits « éloignés de la culture ».

Chaque jour commence par la consultation de la revue de presse et la préparation des publications à venir, je réponds aussi aux diverses sollicitations. Malgré cela, je dirais qu’il n’y a pas de journée type. C’est souvent le calendrier du monument qui fait le mien !

L’Arc de triomphe a une activité évènementielle qui s’étale sur toute l’année. Que ce soit pour des événements nationaux comme le Défilé du 14 juillet, l’arrivée du Tour de France ou encore le spectacle du 31 décembre, l’activité varie d’une saison à une autre. Une large partie de mon travail repose aussi sur de la recherche. Je rassemble des archives, je me nourris de nouveaux savoirs et anecdotes qui peuvent « faire la différence » dans un reportage sur le monument, une publication sur les réseaux sociaux, ou encore dans une visite.

Cette année encore, le monument sera au cœur de grands événements. Au programme : l’Empaquetage de l’Arc de triomphe par l’artiste Christo en septembre, et une exposition à l’occasion du Centenaire de l’arrivée du Soldat inconnu en novembre !

Pour des raisons d’espace, l’administration de l’Arc de triomphe ne se trouve pas dans le monument. Nos bureaux sont situés à deux pas, rue Vernet, dans le 8ème arrondissement. Je partage un grand bureau avec deux collègues qui sont en charge de la gestion financière et des travaux de l’Arc de triomphe. Bientôt, un stagiaire en communication nous y rejoindra !

Bureau de l'Arc de Triomphe

Depuis le confinement, comment organises-tu tes journées ?

Je suis confiné à 3h de Paris, dans un petit village normand. Heureusement, j’ai réussi à emporter avec moi tout ce dont j’avais besoin pour travailler ! La communication digitale a pris une grande place dans mon quotidien depuis le début de la quarantaine. C’est désormais par le biais des réseaux sociaux que nous pouvons à la fois maintenir le lien avec le public, mais aussi assurer notre rôle de médiation. L’initiative du Ministère de la Culture nous y encourage fortement : #CultureChezNous est devenu un mot d’ordre !

Pour le compte Twitter de l’Arc de triomphe, il m’a fallu repenser à la fois la forme des publications et imaginer un calendrier « spécial confinement ». J’ai eu envie de proposer des rendez-vous récurrents aux abonnés. J’ai aussi été inspiré par le beau travail que font mes collègues qui animent les comptes du CMN.

LIRE AUSSI : 5 questions à Juliette Huvet, community manager au Centre des Monuments Nationaux

Chaque mercredi, je propose des thread (fil) thématiques que je déroule sur la journée. Ces thread permettent tour à tour de visiter le monument, de traverser les grands événements qui s’y sont déroulés ou encore de découvrir les personnages qui l’ont fait.

Le vendredi, j’ai opté pour le quizz avec des thèmes comme « l’Arc dans le cinéma », « l’Arc en chansons », « l’Arc en littérature », etc. Je parle aussi d’architecture, d’œuvres et je continue évidemment de partager les éphémérides tout au long de la semaine.

J’essaie aussi de nouvelles choses. Dans les premiers jours du confinement, les abonnés étaient invités à nous poser toutes leurs questions. Quelques jours plus tard, je leur répondais dans des capsules vidéo. Tout cela prend son sens parce que notre communauté est vivante !  Il ne se passe pas un jour sans que l’on ne reçoive un dessin, une vidéo, une photo souvenir du monument. Le patrimoine est un formidable vecteur de lien. Il le prouve encore, alors même que nous sommes tous confinés.

Bien sûr, je continue aussi à travailler sur les dossiers courants et ceux qui concernent les futures manifestations à l’Arc de triomphe.

Bureau de confinement

Comment vit l’Arc-de-Triomphe à l’heure du confinement ?

Le monument est fermé depuis le 14 mars. Quand on connait l’agitation quotidienne qui règne autour de lui et à l’intérieur, c’est un peu étrange de l’imaginer ainsi depuis près de trente jours.

Dès les premières semaines de confinement, nous avons reçu de nombreux messages qui nous demandaient si les cérémonies quotidiennes du ravivage de la Flamme du Soldat inconnu seraient maintenues. Nous avons rassuré tout le monde : Oui, les cérémonies continuent d’avoir lieu chaque soir, comme c’est le cas depuis le 11 novembre 1923. A ceci près que l’association qui en est chargée, le Comité de la Flamme, s’est organisée pour se rendre au monument en effectif très réduit et en veillant notamment au respect des distances entre les commissaires. L’Arc de triomphe a ceci de particulier que sa vie est aussi rythmée par les rites républicains. Le 19 mars dernier, pour la Journée nationale d’hommage aux victimes de la Guerre d’Algérie, et des combats en Tunisie et au Maroc, le grand pavois a été hissé. Plus tard dans la journée, la Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants se rendait seule à l’Arc de triomphe pour déposer une gerbe sur la Tombe du Soldat inconnu.

Quels sont tes conseils pour permettre aux internautes de garder un lien avec l’Arc-de-Triomphe tout en restant chez eux ?

Je les invite à nous suivre sur Twitter (@ArcDeTriomphe). Grâce à #CultureChezNous, de nouveaux contenus sont mis en ligne chaque semaine. S’ils souhaitent accéder à des formats plus longs, je les invite à consulter nos articles historiques en ligne sur notre site : www.paris-arc-de-triomphe.fr. Ils pourront aussi profiter d’une visite virtuelle à 360° !

Nous continuons évidement à avancer sur d’autres rendez-vous culturels en ligne, et préparons déjà l’arrivée prochaine de l’Arc de triomphe sur Instagram.

D’ici-là, j’invite aussi les amoureux du patrimoine dans toutes ses formes à suivre les comptes officiels du CMN (sur Twitter, Instagram et Facebook). Ils sont animés par une équipe de talent, créative et exigeante, et qui sait mettre en valeur la centaine de monuments gérée l’établissement !

LIRE AUSSI : Comment aller au musée ou au théâtre tout en restant chez soi ?


Merci beaucoup à Anthony pour ce témoignage passionnant ! Vous pouvez également le suivre sur Twitter @AnthonyChenu.

Retrouvez les autres « Interviews confinement » :

Comments to: L’interview confinement : Anthony Chenu de l’Arc de Triomphe

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X