En cette période où il faut rester à la maison, je vous propose une série d’interviews en compagnie de professionnels de la culture. L’occasion d’en savoir plus sur leurs métiers, sur les institutions dans lesquelles ils travaillent mais aussi sur les dispositifs qu’ils déploient pour garder un lien avec le public malgré le confinement.

Après Thomas Garnier, photographe et community manager pour le Château de Versailles, Louisa Torres, conservatrice à la BnF, et Georges Manginis, directeur scientifique du musée Benaki d’Athènes, c’est aujourd’hui Hélène Boubée, chargée de l’éditorialisation numérique de Paris Musées qui a accepté de répondre à mes questions et qui nous présente son métier en mode confinée !


Peux-tu te présenter, nous parler de ton parcours et de ton poste ?

Interview confinement : Hélène Boubée de Paris Musées

Au début de mon parcours universitaire, j’étais loin d’imaginer travailler un jour pour des musées ! Après un IUT de commerce, puis une année d’étude (assez inutile) dans l’événementiel, j’ai bifurqué vers un master culturel spécialisé dans les « technologies numériques », mais j’étais bien plus intéressée par la musique que par l’histoire de l’art. Et puis, après quelques années à la tête de la communication d’une radio associative, je suis arrivée un peu par hasard à l’Institut national d’histoire de l’art au poste de chargée de communication web où je suis restée presque 4 ans. Une expérience très enrichissante qui m’a permis de me familiariser avec le milieu muséal et qui a surtout suscité en moi un vrai engouement pour l’art et les musées ! Aujourd’hui je suis chargée de l’éditorialisation numérique de Paris Musées (le réseau des 14 musées de la Ville de Paris), un titre énigmatique pour certains, je préfère donc utiliser le terme chargée de communication numérique, c’est plus simple 🙂

En quoi consistent tes missions ? Quelle est ta journée type ?

Mes journées sont très remplies ! Je suis chargée de développer la notoriété de Paris Musées et des musées de la Ville de Paris sur le web. Cela passe par l’alimentation et l’animation quotidienne des comptes de Paris Musées sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, LinkedIn, ainsi que WeChat et Weibo en coordination avec une agence basée en Chine. C’est bien sûr ce qui occupe la majeure partie de ma journée. Je coordonne aussi les campagnes de sponsorisations sur le web (réseaux sociaux et display), suis en charge de l’éditorialisation du site www.parismusees.paris.fr et du suivi d’une partie des captations de Paris Musées à l’échelle du réseau.

Une autre partie de mon travail consiste à accompagner les 14 musées de la Ville de Paris dans leur stratégie digitale. En collaboration avec les équipes communication des musées, et en fonction de leurs besoins, nous travaillons ensemble au développement d’outils, de projets, de stratégies. Cela peut prendre différentes formes, comme par exemple la création d’un filtre Instagram pour une exposition, l’organisation d’une visite influenceur, ou bien la mise en place d’une campagne de sponsorisation sur les réseaux, dispositif que nous sommes en train de développer.

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier ?

J’aime ce métier car il est en perpétuel mouvement. Il faut savoir se renouveler sans cesse, être en veille, s’adapter aux pratiques des réseaux sociaux qui changent souvent et rapidement, c’est très excitant ! J’aime aussi le côté « couteau suisse » du métier de community manager qui requiert des compétences très diverses alliant technique et stratégie. Création d’images, de vidéos, rédaction, construction de stratégie, analyse de données, il faut toucher un peu à tout. Et puis la diversité des musées qui composent le réseau Paris Musées rend mon travail particulièrement intéressant : il y a tant de sujets et de projets à imaginer sur le web pour les valoriser !

Pour conclure je dirais que c’est un métier passionnant mais qui demande aussi beaucoup de rigueur et une vigilance de chaque instant (les réseaux sociaux ne s’arrêtent pas le week-end malheureusement), ce qui donne l’impression de ne jamais pouvoir vraiment déconnecter. C’est ce que je trouve le plus difficile.

Depuis le confinement, à quoi ressemblent tes journées ? Peux-tu nous présenter ton bureau de confinée ?

Depuis le début du confinement je ne vois pas les heures passer ! Le web étant désormais le seul lien avec notre public, nous avons dû adapter notre ligne éditoriale sur le site et les réseaux sociaux de Paris Musées très vite. En quelques jours il a fallu organiser le travail à distance, modifier tous les sujets prévus, imaginer de nouvelles rubriques, repenser certains espaces de notre site internet etc. C’est très enthousiasmant, mais cela demande beaucoup d’investissement et de réactivité, y compris le week-end.

LIRE AUSSI : Comment aller au musée ou au théâtre tout en restant chez soi ?

Heureusement, je travaille dans une pièce très calme et lumineuse, la cafetière n’est pas loin et je suis entourée de nombreux ouvrages sur les musées de la Ville de Paris dans lesquels je puise des idées pour alimenter les réseaux sociaux.

Quels sont tes conseils pour les internautes qui souhaiteraient garder un lien avec Paris Musées tout en restant à la maison ?

Il existe plein de façons de rester connecté aux musées de la Ville de Paris depuis chez soi, tout dépend de ce qui vous intéresse ! Pour « visiter » nos collections à distance, il faut absolument faire un tour sur le portail de Paris Musées qui regroupe + de 300 00 œuvres (dont la moitié sont en libre accès) et propose des parcours thématiques.

Vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux bien sûr, où l’on redouble d’efforts pour proposer de nouveaux formats avec chaque jour des contenus (quiz, challenge, semaines spéciales, soirées concerts) pour faire découvrir nos musées et collections à la maison. Par exemple, nous avons lancé un challenge amusant sur Instagram avec Que Faire à Paris : tous les dimanches soir sur le compte @parismusees et chaque mercredi sur le compte @quefaireaparis, on vous propose de trouver la légende d’une œuvre libre de droit de nos collections. On prévoit une compilation des détournements les plus drôles après le confinement, certain sont vraiment géniaux !

Pour aller plus loin, on vous propose des visites virtuelles de nos expositions en cours, comme par exemple l’exposition « Cœurs » au musée de la Vie romantique. Vous pouvez aussi parcourir notre chaîne Youtube, où l’on trouve des interviews, des reportages sur nos expositions passées ou en cours, des conférences en histoire de l’art etc.

Enfin si vous avez des enfants, vous pouvez les emmener dans nos musées grâce à « Muséosphère» qui propose des visites virtuelles en 360° avec des jeux et anecdotes sur les musées de la Ville de Paris. Testez notre story « kids » sur Instagram qui propose des minis challenges à faire en famille ! Nous avons d’ailleurs regroupé toutes les activités pour les enfants dans un article en ligne ici.

LIRE AUSSI : 10 dispositifs ludiques pour cultiver vos enfants pendant le confinement


Merci beaucoup à Hélène pour ce témoignage ! Vous pouvez également la suivre sur Twitter et LinkedIn.

Retrouvez toutes les autres interviews de Culturez-vous dans la rubrique 5 questions à.

Comments to: L’interview confinement : Hélène Boubée de Paris Musées

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X