Quelques mois après notre découverte du Cotentin, la Normandie s’est rappelée à nous. Nous avons eu envie d’y retourner pour découvrir une autre partie de cette région chargée d’histoire(s). Car la Normandie ce sont des plages qui donnent envie de rester des heures à lire face à la mer ; des falaises impressionnantes qui laissent sans voix ; des chemins qui sillonnent entre les champs de fleurs ; et bien sûr : une gastronomie qui invite la mer dans vos assiettes ! Mais la Normandie c’est aussi un passé qui peut parfois être si lourd et émouvant qu’il vous happe tout entier. Ce sont des monuments à la beauté sublime ; les plages du Débarquement ; les cimetières militaires… En la parcourant à vélo pendant trois jours, la Normandie nous a montré ses différents visages, nous a surpris, émerveillés et émus. Suivez-nous à la découverte de cette région qui ne manque pas de caractère !

Jour 1 : dans la Manche, sur les traces du Débarquement

Utah Beach et son musée

C’est à Utah Beach, l’une des plages du débarquement, que commence notre séjour. Si aujourd’hui la plage est rendue à sa quiétude, le musée de Utah Beach vient cependant rappeler ce qui s’est joué ici pendant la guerre. En 1940 les allemands arrivent dans la région, imposent leur mode de vie et commencent à construire le mur de l’Atlantique censé empêcher un débarquement allié. Dans Le blockhaus aujourd’hui transformé en musée, un jeune lieutenant allemand de 23 ans était à la tête de 75 hommes dont la mission était de renforcer le mur.

Le musée présente ce qu’était la vie en Normandie sous l’occupation, revient sur le débarquement et sur le traumatisme que fut la bataille de Normandie pour les civils. La pièce maîtresse du musée et la plus impressionnante est un bombardier allié offert par les enfants d’un pilote américain, rappelant qu’avant le débarquement naval, 275 bombardiers B26 ont pilonné la côte pour déstabiliser les forces allemandes.

Musée de Utah Beach

En allant sur la plage, les images terribles du débarquement reviennent. A Utah, l’opération fut un succès, il n’y eut « que » 197 morts, ce qui est relativement peu au regard des 1500 soldats tués à Omaha – nous en reparlerons dans la suite de l’article.

En poursuivant au niveau de Carantan, nous nous arrêtons à DDay Expérience où deux passionnés de la seconde guerre mondiale ont réuni de très nombreux objets liés au débarquement. Ouvert récemment, un avion reconverti en simulateur vous permet de vivre l’expérience de soldats alliés effectuant la traversée de la manche le jour du débarquement. Une « expérience » cependant un peu dérangeante puisqu’il est curieux de reprendre un thème si tragique sous l’angle par d’attraction… La partie musée en revanche présente de nombreux objets d’époque qui aident à mieux comprendre ce que les soldats alliés ont pu vivre pendant la bataille de Normandie.

Bayeux et sa cathédrale

La suite de notre voyage nous emmène à Bayeux où nous passons la nuit. Nous en profitons pour découvrir la cathédrale, majestueuse. Voir notre visite en photos de la cathédrale de Bayeux.

Cathédrale de Bayeux
Cathédrale de Bayeux

Pour dîner, le Petit Bistrot est une valeur sûre avec une carte de saison. Et pour dormir, nous vous recommandons vivement de séjourner à l’hôtel la Reine Mathilde, dont la qualité de la prestation va bien au-delà des 2 étoiles affichées.

Jour 2 : dans le Calvados

C’est sur la tristement célèbre plage de Omaha Beach que nous commençons cette deuxième journée. Sur les hauteurs, on aperçoit un monument en hommage aux victimes du débarquement. En montant sur la dune, la présence de quelques blockhaus nous laisse deviner peu à peu le triste spectacle qui s’est joué ici en juin 1944. Et puis, un peu plus loin, l’immense cimetière américain apparaît et nous saisit d’émotion. Voir notre article détaillé à ce sujet.
Encore aujourd’hui, la plage d’Omaha porte les stigmates de la guerre. Une étude géologique a révélé que 4 % du sable est constitué de poussières de matériel lié au débarquement !

Cimetière Américain de Colleville-sur-Mer (Normandie)
Cimetière Américain de Colleville-sur-Mer

Retour à plus de légèreté à Port-en-Bessin. Sur la plage, on trouve un entassement incroyable de coquilles de Saint-Jacques, jetées là par centaines par les restaurateurs et pêcheurs, après dégustation ! Et pour les déguster justement, rendez-vous sur le bateau-bar à fruits de mer Pays du Bessin où vous pourrez difficilement trouver des fruits de mer plus frais.

Coquilles Saint-Jacques à Port-en-Bessin
Coquilles Saint-Jacques à Port-en-Bessin

Nous reprenons nos vélos pour une balade à Arromanches. Nous longeons des champs de fleurs avant d’apercevoir, au large, de gros blocs qui sont les vestiges du port artificiel construit par les alliés pour acheminer du matériel en quantité. En effet, l’absence de port en Normandie était un réel frein à la réussite de la bataille qui demandait un important ravitaillement. Il était par ailleurs impossible d’utiliser les ports de la région, trop bien défendus par les allemands. Les alliés ont donc imaginé ce port artificiel constitué de 115 blocs de béton, chacun pesant 6 000 tonnes, qui ont été coulés en arc de cercle pour former une digue. Seulement 12 jours après le débarquement, ce port était déjà opérationnel et a permis d’acheminer jusqu’à 10 000 tonnes de matériel chaque jour !

Pour comprendre un peu mieux ce que fut la bataille de Normandie et notamment son impact sur la population faites un tour au cinéma circulaire Arromanches 360. On nous y rappelle que la bataille n’a pas eu lieu que le 6 juin mais sur les 100 jours suivant, que 20 000 civils y ont perdu la vie et que certaines villes ont été détruites à 90 %, provoquant un réel traumatisme chez les habitants.

En fin de journée, nous prenons la direction d’Etretat et nous passons la nuit au Donjon – Domaine Saint-Clair, charmant hôtel où chaque chambre a son univers propre, souvent inspiré d’un écrivain. La terrasse ainsi que certaines chambres offrent la vue sur les falaises, au moment du coucher du soleil le spectacle y est incroyable.

Coucher de soleil sur les falaises d'Etretat

Le restaurant gastronomique est à tomber ! On vous recommande le menu découverte qui permet de découvrir plusieurs plats, chacun accompagné d’un verre de vin. Un régal !

Jour 3 : la Seine-Maritime au naturel

Cette dernière journée est davantage placée sous le signe de la nature. Nous commençons par une balade sur les falaises d’Etretat. Le soleil est au rendez-vous et ne fait que renforcer le charme du lieu. On pourrait rester des heures à contempler cette merveille naturelle. Mes mots manquent pour décrire la beauté du lieu, les photos parlerons d’elles-mêmes !

Falaises d'Etretat

Sur la plage, quelques photos montrent qu’Etretat a aussi été occupée pendant la guerre, même si aucune bataille n’a eu lieu sur cette plage.

Sur les hauteurs, les jardins d’Etretat offre une splendide vue sur les falaises mais permet surtout de faire une balade bucolique très agréable. Vous y trouverez par ailleurs plusieurs œuvres contemporaines comme ces surprenants visages de l’artiste Samuel Salcedo.

Les jardins d'Etretat
Les jardins d’Etretat

Après avoir dîné sur le port (le combo moules-frites est un incontournable !) nous retournons à nos vélos pour prendre la direction de l’Abbaye de Jumièges… ou plutôt de ce qu’il en reste. Car ce qui fut la plus grande abbaye de la région a eu un destin tragique. Malmenée par les guerres, elle est vendue à la Révolution. Son propriétaire la transforme alors en carrière de pierres (!) et la détruit peu un peu. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que l’on prend conscience de la beauté du lieu, désormais préservé. Cette architecture mutilée offre un regard vers le passé empreint de romantisme. Voir notre article détaillé sur l’abbaye de Jumièges.

L'abbaye de Jumièges
L’architecture mutilée de l’abbaye de Jumièges

Et c’est dans cette abbaye que se termine notre weekend normand à vélo !

Comment parcourir la Normandie à vélo ?

Petite Reine NormandieSi cet article vous donne envie d’aller à votre tour découvrir les plages du débarquement ou plus largement la Normandie à vélo, sachez que cela est accessible à tous, quelle que soit votre condition physique, grâce aux vélos à assistance électrique.
Pendant notre voyage, nous avons été accompagnés par Hugo Guillochain de Petite Reine qui propose des balades en vélo électrique dans la région. Passionné d’histoire, Hugo ne manquera pas de vous présenter les lieux incontournables du coin et de vous conter quelques anecdotes historiques.

La Normandie à vélo

Un grand merci à Pascal de l’agence Airpur, à la région Normandie et à Hugo de Petite Reine pour leur accueil chaleureux.

Et pour en savoir plus sur la Normandie, consultez également les articles de nos compagnons de voyage : Prépare ta valise, Mademoiselle Bon PlanTour du Monde.fr et Hello it’s Valentine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.