Au cœur de l’Occitanie, le département du Tarn est une destination dans laquelle on peut rapidement s’espanter (« être surpris, ébahi, impressionné », en occitan). Entre nature et culture, forêts et montagnes, villes et villages, le Tarn a en effet de nombreux atouts… Mais avant de vous élancer tête baissée dans un voyage au pays de Toulouse-Lautrec, je dois vous prévenir que cette région est un peu étrange…

Voici donc 5 raisons de ne PAS aller dans le Tarn. Et si malgré tout vous avez toujours envie d’y faire un tour, je vous ai glissé quelques conseils de visites.

5 raisons de ne pas aller dans le Tarn

Les tarnais sont étranges

Dans le Tarn, les gens sont bizarres : ils sont aimables, sourient beaucoup, ils ont l’accent qui chante… c’est très inquiétant ! Il est préférable de rester dans le métro parisien, au moins personne ne se parle c’est plus safe…

Les paysages ne sont pas terribles

Où sont les gratte-ciels, les immeubles modernes et le béton ?

Mazamet dans le Tarn
Mazamet

Il y a des monuments bizarres

Dans le Tarn, on trouve une cathédrale en… brique ! Quelle idée !

Cathédrale d'Albi
La cathédrale d’Albi

Les nuages s’y font rares

C’est quand même louche qu’il y ait autant de soleil… Ça sent la magie noire !

Bords du Tarn à Albi

La nourriture n’est pas emballée sous vide

Alors là c’est le pompon : où sont les plats surgelés ?!


Découvrir le Tarn en 3 étapes

Bon, je ne devrais pas l’avouer, mais je suis malgré tout tombé sous le charme du Tarn. Pour être honnête, le seul vrai défaut de cette région c’est qu’ils n’ont pas de beurre demi-sel ! Alors si malgré toutes ces (fausses) raisons vous avez envie d’aller dans le Tarn, voici quelques suggestions de visites à faire dans la région, en 3 étapes.

De Sorèze à Castres, l’école de la nature

C’est par Sorèze que je vous propose de commencer votre séjour dans le Tarn, cette petite ville de 2000 âmes cache un patrimoine insolite ! L’abbaye-école de Sorèze fut en effet un lieu de culte devenu tour à tour école, école royale militaire puis musée. Aujourd’hui ouverte à la visite, vous y découvrirez un édifice remarquable, un parcours muséographique consacré à la vie d’un élève aux XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que le musée Dom Robert présentant la vie et l’œuvre de ce moine-artiste hors du commun.

En savoir + : L’insolite histoire de l’abbaye-école de Sorèze

Abbaye-école de Sorèze
Abbaye-école de Sorèze

Direction Aiguefonde, à une vingtaine de kilomètres, pour une étape nature. La ferme des Ânes d’Autan vous ouvre ses portes pour vous faire découvrir la fabrication artisanale de savons et cosmétiques bio créés à base de lait d’ânesses ! Dans cette ferme dynamique, les activités sont nombreuses : pause au salon de thé, halte gourmande au restaurant, balade avec des ânes et même massages vous sont proposés. Vous avez également la possibilité de séjourner sur place pour un retour à la nature.

Voyage nature dans le Tarn

A vingt minutes de là, ne loupez pas l’impressionnante passerelle de Mazamet. Ce village médiéval propose une installation unique : une passerelle de 140 mètres de long, suspendue à 40 mètres de hauteur ! Accessible gratuitement, 24h/24, elle offre une vue à couper le souffle sur la vallée de l’Arnette. A déconseiller cependant à ceux qui ont le vertige.

Cityguide dans le Tarn

Sur la route de Castres, faites une pause gourmande au restaurant de Bonnery. Au milieu d’un parc où de nombreux paons vivent la belle vie, on déguste une excellente cuisine méditerranéenne.

Après ces belles découvertes, posez vos valises à Castres. Je vous recommande le Grand Hôtel qui est situé en plein centre ville, au bord de l’Agout. Demandez une chambre qui donne sur la rivière pour pouvoir profiter de la vue magnifique sur les maisons colorées qui lui font face. Par beau temps, le petit déjeuner (copieux et délicieux) se prend sur la terrasse au bord de l’eau, un régal !

Pour le dîner, il vous suffit de traverser le pont pour rejoindre la Part des Anges. Cette belle adresse classée au Bib-Gourmand (la référence Michelin des restaurants offrant le meilleur rapport qualité-prix) propose une cuisine de saison qui sublime les produits des producteurs locaux.

De Castres à Albi, les cités de caractère

Commencez cette deuxième étape par explorer Castres ! Les jours de marché, prenez le temps d’aller discuter avec les producteurs de la région et de déguster les spécialités locales : nougatine, boudin, ail rose, navettes… Découvrez également l’hôtel de ville qui prend place dans l’ancien palais des évêques depuis que Napoléon a confisqué les évêchés et qui jouxte des jardins à la française dessinés par Le Nôtre.

Castres : cité de caractère dans le Tarn

Retour sur les routes pour une quinzaine de kilomètres, direction le Sidobre, une région montagneuse qui rassemble le plus grand ensemble de rochers granitiques de France. Certains de ces rochers sont particulièrement impressionnants à l’image du Peyro Clabado (pierre clouée) un bloc de 780 tonnes qui tient en équilibre sur un socle naturel ! En marchant un peu, vous trouverez aussi le roc de l’Oie : la légende raconte qu’une oie était amoureuse d’un jars d’une ferme voisine. Le fermier acceptait qu’elle s’échappe chaque nuit retrouver son bien aimé à la condition qu’elle revienne avant le lever du soleil. Mais un jour, elle revint trop tard et l’astre la figea, faisant couler une larme sur sa joue, pleurant son amour à jamais perdu.

Countrybreak dans le Tarn : le Sidobre

Prenons ensuite la direction de Brassac, un paisible village où l’on retrouve l’Agout. Dans le convivial Café de Paris vous dégusterez une cuisine aussi généreuse que savoureuse. De l’entrée au dessert on se régale !

Brassac

Avant de filer à Albi, passage par Ambialet, charmant village construit autour d’une boucle du Tarn. Prenez le temps d’aller jusque dans la partie haute de la ville qui offre un panorama magnifique sur les environs.

Les gourmands pourront faire un détour par Villeneuve-sur-Tarn, à l’Hostellerie des Lauriers. Ce restaurant porte l’âme de son propriétaire, une vraie personnalité qui s’attache à partager avec beaucoup de cœur une cuisine locale. Ici on se croirait un peu dans un repas de famille avec des plats gourmands une bonne humeur et un esprit convivial. Mon coup de cœur : la crème caramel pour laquelle j’ai craqué pas moins de 3 fois (!).

Pour finir cette deuxième étape, direction Albi, le chef-lieu du département du Tarn. Pour poser vos valises, je vous recommande deux hébergements. Tout d’abord l’Alchimy, un hôtel 4 étoiles situé dans le centre historique. Les chambres sont très spacieuses et décorées avec beaucoup de goût. On y trouve aussi un excellent restaurant.

Dans un autre style, la maison d’hôtes l’Autre Rives vous permet de profiter d’un séjour chez l’habitant à un tarif moins élevé mais avec des prestations de grande qualité : un grand jardin, des hamacs et même une piscine vous attendent ! Les chambres sont elles aussi spacieuses et les propriétaires particulièrement accueillant sont aux petits soins. Ils sauront aussi vous donner de nombreux conseils pour bien découvrir la ville.

Pour votre dîner, je vous recommande très très très vivement l’Epicurien, également sélectionné par le Bib Gourmand Michelin. Dans un cadre épurée, on déguste des plats savoureux sublimés par une cave bien garnie dans laquelle on trempe les lèvres avec délice en suivant les bons conseils du sommelier !

D’Albi à Cordes-sur-Ciel : la route de l’histoire…

C’est dans Albi la rouge, qui doit ce surnom à la brique qui compose la plupart de ses bâtiments, que l’on commence cette 3e étape. Cette couleur ocre offre à la Cité un caractère flamboyant particulièrement dépaysant. Bercée par le courant du Tarn, Albi a été mon coup de cœur de ce séjour : les albigeois ont la chance de pouvoir profiter d’un magnifique cadre naturel mais aussi d’un riche patrimoine culturel, à commencer par la surprenante cathédrale d’Albi.

De l’extérieur, cette cathédrale ne ressemble à aucune autre ! Faite en brique et particulièrement massive, elle a plutôt l’allure d’un château si bien qu’on la surnomme la “forteresse de Dieu”. A l’intérieur c’est pourtant tout le contraire : tout n’est que délicatesse et raffinement.

En savoir + : La cathédrale d’Albi ou la surprenante forteresse de Dieu

Juste à côté, dans l’ancien palais des évêques, se cache le musée Toulouse-Lautrec qui rend hommage à l’enfant du pays. On y découvre la vie et l’oeuvre de ce peintre truculent !

En savoir + : Mais qui était Henri de Toulouse-Lautrec ? Portrait d’un peintre facétieux

Avant de partir de la ville, flânez dans les ruelles charmantes du centre-ville ou sur les berges du Tarn puis reprenez des forces au Pont du Tarn, un restaurant situé, comme son nom l’indique, à côté du pont qui enjambe le Tarn. Vous y trouverez une cuisine locale avec des produits frais où tout est fait maison.

Partons ensuite à Cagnac-les-Mines pour découvrir tout un pan de l’histoire de la région : celui du bassin minier. Le musée-mine de Carmaux-Cagnac vous ouvre les portes sur huit siècles d’histoire(s). Une impressionnante reconstitution d’une galerie souterraine permet de plonger, casque sur la tête, dans cette passionnante épopée industrielle et humaine.

En savoir + : Le bassin minier de Carmaux-Cagnac : une épopée de 8 siècles !

Si vous avez un bon coup de fourchette, testez le menu ouvrier à l’Hôtel des voyageurs de Tanus. Pour une quinzaine d’euros vous aurez soupe / entrée / plat / dessert / café et vin ! Un rapport qualité-prix imbattable ! C’est très bon et à la “bonne franquette”, les plats sont servis sur de grande tablées fréquentées par les habitants du coin, c’est le lieu idéal pour échanger avec les locaux.

Pour finir, je vous invite à découvrir la charmante ville de Cordes-sur-Ciel et sa bastide médiévale. Construite pendant la croisade contre les albigeois, cette ville s’est enrichie rapidement ce qui permit l’édification de somptueux palais gothiques. En sillonnant dans ses rues tortueuses, on se lance dans un véritable voyage dans le temps, jusqu’au XIIIe siècle. Mais Cordes-sur-Ciel ne s’appelle pas ainsi pour rien : elle est construite à flanc de colline et il faudra forcer un peu sur les gambettes pour atteindre son sommet. La récompense est cependant à la hauteur de l’effort : on profite d’une très belle vue sur les environs.

Cordes-sur-Ciel, cité de caractère

Informations pratiques

Comment se rendre dans le Tarn ?

Pour visiter le Tarn, le plus simple est de rejoindre la ville de Toulouse. Depuis le nord de la France (Paris, Nantes, Rennes, Lille…) l’avion est le moyen de transport le plus rapide et le plus économique : il faut par exemple compter seulement 1h20 et 75 € pour faire l’aller-retour Paris-Toulouse.

Pour un mode de transport plus écolo il y a bien sûr le train, il faut alors compter 4h30 pour faire Paris-Toulouse et au moins une centaine d’euros l’aller-retour.

Une fois arrivé à Toulouse, vous pourrez rejoindre Castres, Albi ou Mazamet en TER mais pour plus de liberté, le mieux est de louer une voiture sur place.

Visiter le Tarn, en combien de jours ?

Le Tarn est un territoire très agréable qui est propice au repos et à la détente. Il serait donc dommage de faire ce parcours en seulement 3 journées et au pas de course. Je vous recommande de prendre votre temps, idéalement une semaine vous permettra de bien explorer la région et les nombreux sites culturels listés dans cet article.

Si vous n’avez pas autant de temps, vous pouvez opter pour une ou deux de ces étapes lors d’un weekend prolongé qui vous donnera à coup sûr envie de revenir dans la région.


Autour du Tarn

Pour prolonger votre séjour, voici d’autres visites que je vous recommande autour du Tarn :


Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

Préparer un voyage dans le Tarn

Pour en savoir + sur le Tarn, je vous invite à lire les articles de Philomène, Sarah, Julie et Nicolas, Jenny, Claudia et surtout l’excellent blog Dedans Dehors de Christian qui sillonne le Tarn en long, en large et en travers !

Bon voyage !


Un immense merci à Tarn Tourisme et à l’agence Air Pur qui m’ont invité à venir découvrir ce beau département. Merci notamment à Christian, Pascal, Véronique, Virginie et à toutes les personnes passionnantes et passionnées croisées pendant ce voyage.

20 COMMENTAIRES

  1. très bons commentaires sur cette belle région qui est le Tarn où je suis née je suis maintenant dans l’Hérault aucune comparaison tous les étés je retourne dans mon pays natal je me lasse pas de ces paysages

  2. Bonjour et Merci Antoine pour cet article plein d humour représentant une belle partie du tarn. !
    Vous devriez vous faire embaucher a l Office du tourisme sa relèverai le niveau !!
    Cdlt
    Un tarnais.

  3. Nous sommes en ce moment pour 15 jours basés a coté de Gaillac , bien d’accord avec votre article , tout nous plait dans cette région ..sauf la pluie qui contrarie nos sorties mais nous reviendrons
    Des Bourbonnais

    • Dommage pour la pluie mais à cette saison c’est normal je suppose… Il en faut aussi ! J’y suis allé au printemps et à la fin de l’été, j’ai globalement eu très beau temps. J’espère que vous aurez l’occasion d’y retourner sous une météo plus favorable.
      Profitez bien de votre séjour !

  4. Bonjour, quand on est tarnais d’origine cela fait chaud au coeur de lire cette présentation d’Antoine Vitek.
    Moi qui suis né et qui retourne souvent dans cette région, j’aimerais que l’on parle aussi de ces vastes étendues de collines qui deviennent montagnes entre Albi et Lacaune : zones en grande majorité rurales parsemées de fermes, champs labourés, prairies, troupeaux de vaches ou de brebis, celles ci donnant leur lait pour la fabrication du fromage de « Roquefort « .
    Je citerais aussi les oeuvres (fresques ) de Nicolas Greshny dans de nombreuses églises, en particulier celle d’Alban , ainsi que les sculptures sur bois de Laclau, père et fils, qui ornent de nombreuses églises dans la région d’Alban, et en particulier celle du minuscule village de Lacalm, très ordinaire de l’extérieur mais un trésor à l’intérieur.
    Les habitants de ces contrées ont en eux la culture occitane que beaucoup voudraient ranimer.
    Pierre -Alain

  5. Excellent article, mais j’aurais aimé une mention sur les vins de Gaillac qui s’améliorent d’année en année. On ne peut, bien sûr, pas tout mettre dans un article mais peut être dans une prochaine présentation, le circuit des bastides, les châteaux de Bruniquel, et ant d’autres lieux intéressants…

    • Il est en effet difficile de parler de tout à moins de publier un guide entier 😉 Mais je partage votre amour pour le Gaillac que j’ai pu déguster avec plaisir (et modération ! ^^) au cours de mon séjour.
      Je note vos recommandations pour un prochain voyage 🙂

  6. Le Tarn est un très beau département, calme, ensoleillé, loin de toute agitation et sans aucune prétention !
    Varié, empreint d’histoire, propice à le rêverie, ses habitants n’envoient en rien la vie Toulousaine !
    Sa proximité avec l’Aveyron le rend une étape incontournable ! Venez donc! Vous ne serez pas déçu !

  7. Jacques ZANARDE
    je suis tarnais d’origine, bien qu’expatrié depuis longtemps. J’y re tourne plusieurs fois par an avec toujours autant de plaisir et d’ailleurs nous venons d’acheter une maison à Castres.
    La description est parfaite, je regrette toutefois que Lautrec ne soit pas cité. C’est village médiéval très sympathique, vous serez au pays de cocagne et surtout vous pourrez déguster l’ail rose de Lautrec quasi mondialement connu. Si vous le pouvez allez à le force de l’ail le premier vendredi de septembre et vous aurez déguster la soupe à l’ail.
    Vivement le Tarn, vivement Lautrec et vve le Castres Olympique ,du bon rugby.

    • Merci pour votre message et pour votre passion pour le Tarn !
      Cet article ne cherche pas à présenter le Tarn de façon exhaustive, il est le reflet de ma découverte. Je n’y ai passé que quelques jours et n’ai donc pas pu tout voir mais je ne doute pas qu’il y a bien d’autres lieux à visiter 🙂
      Vos conseils me donneront une bonne raison d’y retourner 😉

  8. bonjour, vous écrivez »Napoléon a confisqué les évêchés » cela me parait surprenant, les biens de l’église ont été confisqués par la révolution de 1789, le concordat de 1801 entérine la confiscation des biens par l’approbation du pape! cela dit, dans cette période troublée où la bourgeoisie en a profité pour devenir propriétaire terrienne, la chasse aux nobles était ouverte et donc les évêques, aristocrates eux-aussi! nous apprenons surtout l’histoire parisienne mais les régions ont connu bien des évènements particuliers peu connus de l’ensemble de la population, exemple: l’histoire de la frontière de Savoie avec l’Italie!…les autres cantons du Tarn méritent le détour, des expéditions dans les départements limitrophes ne manqueront pas d’intérêts! bonnes vacances!

  9. mes ascendances tarnaises remontent au 17 eme siecle du village de tanus.
    il existe uns chapelle ancienne ,Notre D ame des Planques et le viaduc du viaur de style
    effelien.
    a voir

  10. salut a vous tous
    super documentaire .je suis ne au Garric et baptise a l’église de Pouzounac a voir aussi!!
    j ai quitte le Tarn a20 ans mais une partie de moi est reste la bas!!
    vive cette belle région.
    Merci pour tout et allez en vacance dans ce departement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.