Les pages inattendues de Manuel Lauti

Et si on associait la photographie à la littérature ? C’est le projet dans lequel s’est lancé Manuel Lauti avec ses Pages Inattendues. Ce photographe réalise des portraits de quidams qui acceptent de partager un passage apprécié de leurs lectures.

Manuel a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions et nous en dit plus sur ce beau projet.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je fais de la photographie depuis 1980 et travaille principalement dans le domaine du reportage, en réalisant des commandes de portraits ainsi que des projets personnels.
Je suis également animateur de projets pour atelier éducatif en matière de sensibilisation à la photographie.

 

Vous vous êtes lancé dans un projet appelé « Pages inattendues » où vous mêlez photographie et littérature. Pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai toujours aimé lire. Lire vous oblige à une sorte de calme, un retour à ses ressenties, ses émotions essentielles.
Il y a cette solitude et à la fois ce désir fragile de partager un univers.
Le projet  » Pages inattendues  » est né de cette réflexion.
Pour trouver cet échange, l’idée était de descendre dans la rue, de réaliser des portraits de personnes et qu’ils deviennent des souffleurs de mots tout simplement.

 

Comment choisissez-vous les personnes que vous photographiez ?

Je ne choisis pas, je vais à la rencontre des gens avec mon appareil photo en bandoulière comme fidèle compagnon.
Je les photographie sur le lieu de notre rencontre (dernièrement j’étais en Normandie, il y a quelques mois sur Paris, à présent, Bruxelles), de façon complètement improvisée.
C’est un voyage « portrait » qui parle des autres, un 125ème/s et 7mn15 d’immersion à hauteur d’homme, quelques heures de marche, parfois de la route avec pour espace les mots et le partage.
Le site lauti.photo permet de rester en contact avec les personnes photographiées, de me suivre dans mes nouvelles aventures, d’y laisser des anecdotes de la rencontre.
Alors… attention à ceux qui me lisent : demain je croise peut-être votre chemin !?

 

Et vous, quel extrait de livre choisiriez-vous si vous étiez à la place de vos modèles ?

J’ai terminé récemment « Portrait d’un homme heureux » – André Le Nôtre 1613 – 1700 d’Erik Orsenna .

Extrait:

Dans le matin, au bout d’une assez longue allé pour remonter le temps, deux silhouettes.

Un enfant gambade autour d’un homme qui parle. C’est la leçon de jardin. Des oiseaux chantent. Un chien fouille la terre. Le père promène son fils dans l’univers des plantes. Il lui apprend à reconnaître et à nommer, à regarder et humer. Il enseigne l’utilité des abeilles, que les poires comices trop vertes donnent la colique, que les saisons marchent, que l’hiver il faut travailler le sol si l’on veut un riche printemps.


 

Quels sont vos prochains projets ?

Le projet « Pages inattendues » dépasse ce que je pouvais imaginer.
L’objectif final est de l’exposer, de l’élargir par la réalisation d’un ouvrage; ce qui me demande du temps. Je suis actuellement à la recherche d’éditeurs et de galeries ou autres pour présenter ce projet dans différentes régions et pays.
N’hésitez pas à parler du site lauti.photo… du projet « Pages Inattendues » à le faire connaître autour de vous, de diffuser auprès des personnes intéressées par les arts et en particulier la photographie (les sites, blog etc…) ou tout simplement autour d’un verre. Jusqu’à présent, le projet « Pages inattendues » est auto financé,
J’écoute, j’entends toutes propositions et les coups de pouces sont Welcome.
Alors d’autres projets oui, il y en a, et la thématique en restera l’humain.

 

Merci d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions. Bonne continuation, en vous souhaitant de nouvelles et nombreuses pages inattendues !

Merci à vous pour ce moment entre Paris et Bruxelles.

 

Un aperçu des pages inattendues :

 

Pages Inattendues

Jean P.

« L’année ne commence pas le 1er janvier, tous les français savent ça. Il n’y a
que les fous d’Anglo Saxons pour croire un truc pareil. En réalité, l’année
commence le premier lundi de septembre. Le jour où les parisiens récupèrent
leurs bureaux après leur mois de vacances et se remettent à travailler le temps
de décider où ils partiront à la Toussaint. »

Stephen Clarke – God save la France

Pages Inattendues

Mia v. e.

« Ik herinner mij de keuken van een klooster in Brussel waar ik eerbiedig de mysterieuze eenwording bijwoonde van gist,meel en water. Een non,die niet in habijt was gekleed ,met schouders van een dokwerker en met fijne handen van een balletdanseres,deed het deeg in rechthoekige vormen ,dekte die af met een al duizend malen gewassen witte doek en zette ze bij een enorme middeleeuwse houten tafel bij het raam.Terwijl ze aan het werk was ,voltrok zich aan de andere kant van de keuken het eenvoudige,alledaagse wonder van meel en poezie:de inhoud van de vormen kwam tot leven en een traag en sensueel proces kwam op gang onder de witte servetten,die als discrete lakens de naaktheid van de boerenbroden bedekten .De deegklompen zetten uit met een heimelijk gezucht,bewogen zachtjes,beefden als het lichaam van een vrouw wanneer ze zich overgeeft aan de liefde . De zure geur van het gistende deeg vermengde zich met de intense en krachtige lucht van het versgebakken brood.
En ik,verzonken in de hitte en de aangename geur op een boetelingenbankje zat in een donker hoekje van dat enorme stenen vertrek,huilde zonder te weten waarom…. »

Brood – Isabel Allende

 

Pour consulter plus de pages inattendues, rendez-vous sur le site lauti.photo.over-blog.com.
 

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.