Quelles sont les plus belles églises de Paris ? Parmi les quelques 140 églises que compte la capitale, certaines sont de vraies merveilles d’architecture ! Que l’on soit croyant ou non, pousser la porte de ces édifices réserve presque toujours de belles surprises.

Alors quelles églises faut-il absolument visiter à Paris ? Voici mes 15 églises préférées, classées par arrondissement. Rendez-vous en fin d’article pour trouver la carte recensant leurs localisations.

L’église Saint-Roch (1er arrondissement)

Située au cœur de Paris, à deux pas du Louvre, l’église Saint-Roch est l’une des plus grandes de la capitale. Son surnom de « paroisse des artistes » vient du fait que de nombreux artistes y sont inhumés : André Le Nôtre, Pierre Corneille ou encore le peintre Fragonard y reposent.

Sa construction commença en 1653, Louis XIV en posera la première pierre ! Faute de financements, les travaux s’éternisent et avancent en plusieurs phases : le corps de l’église est élevé jusqu’en 1690, une chapelle dédiée à la vierge est construite par Jules-Hardouin Mansart en 1706 puis la façade est élevée en 1736!

Pour tirer parti des beaux volumes de l’église, elle fut richement décorée en faisant appel aux plus grands peintres et sculpteurs de l’époque. Malheureusement, Saint-Roch a subi les ravages de la Révolution et n’a pas échappé aux pillages. Dans des temps plus apaisés on dota l’église de nouvelles œuvres dont certaines proviennent d’églises détruites si bien que Saint Roch est aujourd’hui comme un musée de l’école française des XVIIe et XVIIIe siècles. Quant à l’orgue, il est composé de 2832 tuyaux !

L’église Saint-Germain-l’Auxerrois (1er arrondissement)

Les travaux de cette église se sont étalés entre le XIIe et le XVe siècle, ponctués par de nombreuses péripéties. Pour tout savoir de l’histoire de Saint-Germain-l’Auxerrois je vous invite à consulter le site de la paroisse. Sa proximité avec le Louvre, palais des Rois jusqu’au XVIIe siècle et lieu de résidence des artistes sous l’Ancien Régime, fera de Saint-Germain-l’Auxerrois les surnoms de “paroisse des rois de France” et “paroisse des artistes”.

L’église Saint-Eustache (1er arrondissement)

Située en plein cœur de Paris, la construction de cette grande église a commencé en 1532. C’est François Ier qui en posa la première pierre. Les travaux ne seront achevés qu’en 1633 avec une architecture hybride entre le gothique et la renaissance qui impose par ses dimensions : 105 m de long, 43,5 m de large et surtout 33,46 m de hauteur sous voûte !

Saint-Eustache était la paroisse de Colbert, puissant ministre de Louis XIV dont on peut admirer le tombeau dans l’église. D’autres célébrités sont liées à Saint Eustache : Richelieu et Molière y ont été baptisés ; Sully et Lully s’y sont mariés ; Louis XIV y fera sa première communion ; les funérailles de la mère de Mozart, de Mirabeau et de La Fontaine y seront célébrées…

À la Révolution on en fit de l’église un temple de l’Agriculture. Une restauration sera menée au XIXe siècle sous la direction de Baltard, le célèbre architecte des Halles malheureusement démolies en 1970.

L’orgue est constitué de près de 8000 tuyaux ce qui en fait le plus grand de France ! On trouve quelques œuvres d’art contemporain à l’image du triptyque de Keith Haring représentant « La vie du Christ », œuvre réalisée peu avant sa mort et offerte par sa fondation en 2003.

Les plus belles églises de Paris : Saint Eustache

La Sainte Chapelle (1er arrondissement)

La Sainte Chapelle est le seul édifice de cette sélection dont l’accès est payant. Le culte n’y est plus célébré et c’est aujourd’hui l’un des monuments les plus visités de France. Construite à la demande de Louis IX, dit Saint-Louis, pour abriter les reliques de la couronne d’épines, la Sainte Chapelle se distingue par son architecture originale composée d’une chapelle basse et d’une chapelle haute, ainsi que par ses vitraux : 15 verrières d’une quinzaine de mètres de haut permettent à cette chapelle hors norme d’être plongée dans un bain de lumière et de couleurs.

Malmenée par le temps et surtout par la Révolution, la Sainte Chapelle a dû faire l’objet de plusieurs chantiers de restauration dont le dernier, mené entre 2008 et 2015, a permis de rendre toute leur splendeur aux somptueux vitraux.

EN SAVOIR + : L’histoire mouvementée de la Sainte Chapelle de Paris

Quelles églises faut-il visiter à Paris ? La Sainte chapelle

L’église Saint-Paul-Saint-Louis (4e arrondissement)

La première pierre de cette église installée dans le coeur du Marais, a été posée par Louis XIII en 1627. La première messe y sera célébrée 14 ans plus tard par Richelieu. Initialement appelée uniquement “Saint-Louis”, elle pris le double vocable “Saint-Paul-Saint-Louis” au début du XIXe siècle en souvenir de l’église Saint-Paul située non-loin et détruite à la fin du XVIIIe siècle.

A la Révolution, cette église servira de lieu de dépôt des livres et oeuvres d’art récupérés dans les lieux de culte des environs. Elle subira par la suite plusieurs pillages notamment pendant les Trois Glorieuses puis pendant la Commune. On y trouve d’ailleurs l’un des plus anciens graffitis de Paris, datant de la Commune et réclamant “la république française ou la mort” ! (merci à Laure Pressac pour cette information !).

Pour l’anecdote, les registres paroissiaux conservent l’autographe de Victor Hugo, celui-ci avait en effet dû signer ledit registre à l’occasion du mariage de sa fille Léopoldine (alors mineure) avec Charles Vacquerie en février 1843.

L’église Saint-Louis-en-l’Île (4e arrondissement)

Sur l’Île de la Cité, cette église est dédiée à Louis IX, plus connu sous le nom de Saint-Louis, qui venait régulièrement prier à cet endroit. C’est également ici qu’il aurait pris la Croix pour aller délivrer Jérusalem en 1269.

On peine à l’imaginer aujourd’hui mais l’île de la Cité est en partie artificielle, elle est née en 1614 en comblant le bras du fleuve qui séparaient les différents ilots. A partir de 1623, à la demande des habitants, on fit élever une première chapelle appelée Notre-Dame-en-l’Île, rebaptisée Saint Louis en 1634.

Cette première chapelle aura cependant une vie brève : rapidement devenue trop petite face à l’accroissement de la population, elle est démolie en 1642 pour permettre la construction de l’église actuelle et c’est François le Vau, frère du célèbre architecte de Versailles Louis le Vau, qui en dessine le plan. Faute de financements le chantier peine à démarrer, la première pierre ne sera posée qu’en 1664 et les travaux prendront fin en 1726.

A la Révolution, Saint-Louis-en-l’Île est largement pillée et sert de dépôt littéraire. On doit la beauté de l’église, telle qu’on la connaît aujourd’hui, à Louis-Auguste Napoléon Bossuet qui consacra une grande partie de sa fortune à la décoration de l’édifice.

L’église Saint-Etienne-du-Mont (5e arrondissement)

On pourrait facilement passer à côté de cette église qui semble bien petite face à son grand voisin, le Panthéon. Pourtant, Saint-Etienne-du-Mont fait partie de mes coups de cœur. Construite entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe, elle a la particularité d’être la seule église de Paris et l’une des rares églises de France à avoir conservé son jubé qui sépare le chœur de la nef. Celui-ci est une dentelle de pierre magnifiquement sculptée.

A voir, à l’arrière de l’édifice, dans la chapelle de la Communion, la galerie des vitraux constituée de sublimes vitraux peints datant du XVIe ou du XVIIe siècle. Saint-Etienne-du-Mont renferme par ailleurs la sépulture du poète et dramaturge Jean Racine.

églises à voir à Paris

L’église Saint-Germain-des-Prés (6e arrondissement)

Située dans le quartier latin, cette église est une ancienne abbaye bénédictine fondée au milieu du VIe siècle par le roi Childebert Ier et l’évêque de Paris, Saint Germain. Jusqu’à la création de la basilique de Saint-Denis, l’abbaye de Saint-Germain des Prés était la nécropole royale.

L’église telle qu’on la connaît aujourd’hui, a été édifiée en plusieurs phases. Les plus anciennes parties (la nef et le transept notamment) datent du Xe siècle, le choeur a été construit au XIIe siècle dans un style gothique primitif. La Révolution a mis fin à l’activité de l’abbaye. Saint-Germain-des-Prés deviendra alors une manufacture de salpêtre avant que le culte n’y soit rétabli en 1803. Une campagne de restauration de l’église sera menée entre 1821 et 1854.

Ce qui frappe à Saint-Germain-des-Prés ce sont les fresques qui recouvrent autant les murs que la voûte. Cette dernière est constellée d’étoiles ! Ce décor peint s’admire d’autant plus depuis la vaste campagne de restauration démarrée en 2015. Vous pouvez encore contribuer à soutenir cette restauration en adoptant l’une des étoiles de ce magnifique plafond.

églises de Paris

L’église Saint-Sulpice (6e arrondissement)

Saint-Sulpice est l’une des plus célèbres églises de la rive gauche de Paris. Depuis l’incendie survenu à Notre-Dame, elle fait fonction de cathédrale pour les grandes cérémonies.

Sa construction a été décidée en 1636 pour remplacer une précédente église devenue trop petite. Les travaux ont débutés en 1646 et se sont achevés en 1870 ! Malheureusement, elle sera détériorée dès 1871 par des obus prussiens et devra être restaurée par la suite. Avec ses 120 mètres de long, 57 mètres de large et 30 mètres de haut, cette église est particulièrement imposante. Son architecture mêle plusieurs styles en raison de l’étalement des travaux sur près de 250 ans. A voir, notamment, à l’intérieur, les peintures de Delacroix dans la chapelle des Saint-Anges.

L’église Saint-François-Xavier (7e arrondissement)

Nous voici maintenant derrière les Invalides pour découvrir une église conçue sous le Second Empire. Sa construction commence en 1861 et s’achève en 1873. Sa beauté vient de son architecture mais aussi de sa décoration : de nombreuses donations ont permis d’accueillir des toiles de grands maîtres à l’image de La Cène, un chef d’œuvre de Tintoret.

La basilique Sainte Clotilde (7e arrondissement)

Voici un édifice relativement récent puisque la construction de Sainte-Clotilde s’est étalée entre 1846 et 1857. On doit cette première église de Paris au style néogothique à l’architecte François Gaud, originaire de Cologne, qui s’inspira du chœur de la cathédrale de sa ville natale. Les travaux ont été achevés par Théodore Ballu qui réalisa la façade ainsi que les deux flèches qui culminent à 70 mètres.

Sainte-Clotilde a été érigée en Basilique en 1896 par le pape Léon XIII à l’occasion du 14e centenaire du baptême de Clovis, pour honorer son épouse Clotilde et remercier la piété du peuple parisien.

église à visiter à Paris

L’église Saint-Augustin (8e arrondissement)

Construite sous le Second Empire entre 1860 et 1871, on doit l’église Saint-Augustin à l’architecte Victor Baltard (connu pour avoir conçu les Halles de Paris). On peut reconnaître son « style » à l’ossature métallique visible à l’intérieur.

Cette structure légère a permis de s’affranchir des contreforts que l’on trouve habituellement dans les églises, offrant à cet édifice une architecture originale : une façade étroite et un chœur particulièrement vaste.

L’orgue a été conçu par Charles Spackman Barker. Inauguré en 1868 c’est l’un des premiers orgues à avoir intégré l’électricité. Quant à la coupole, elle s’élève à plus de 80 mètres. Son style pseudo byzantin fait de Saint Augustin une église facilement reconnaissable dans le paysage urbain !

L’église Saint-Eugène Sainte-Cécile (9e arrondissement)

Cette église a été construite entre 1854 et 1856 à la demande de Napoléon III en souvenir de son neveu, par l’architecte Louis-Auguste Boileau. Le petit budget consacré à la construction poussa Boileau à avoir recours à des matériaux peu onéreux mais performants comme le fer et la fonte si bien que Saint-Eugène Sainte-Cécile est l’un des premiers édifices français ayant recours à ces matériaux !

Le fer et la fonte ont permis de remplacer les piliers massifs traditionnels par de fines colonnes qui permettent de contempler en un coup d’œil tout le volume de l’église. Des étoiles ornent les voûtes, peintes en jaune dans la nef et en bleu-nuit dans les absides.

Initialement dédiée au seul Saint-Eugène, on donna à l’église le second vocable Sainte-Cécile (patronne des musiciens) en 1952 pour rappeler la proximité d’un conservatoire de musique dont les élèves venaient s’exercer à l’orgue dans l’église. Cette vocation pour la musique a aussi eu une influence sur l’architecture de l’église qui a été privée de cloches pour ne pas perturber les élèves pendant les cours !

L’église Notre-Dame-du-Travail (14e arrondissement)

Construite entre 1897 et 1902, cette église a une histoire originale : elle a été édifiée pour les ouvriers vivant dans le 14e arrondissement et qui œuvraient sur les expositions universelles du début du XXe siècle. C’est pourquoi elle porte ce nom « Notre-Dame du Travail », en hommage à la condition ouvrière. Elle se démarque des autres églises par sa merveilleuse architecture métallique. L’orgue est plus récent, il date de 1991.

L’église Saint-Honoré-d’Eylau (16e arrondissement)

Cette jolie église a été édifiée à la toute fin du XIXe siècle, en 1896. Comme souvent à cette époque, une structure métallique légère a été utilisée ce qui lui permet, comme pour l’église Saint-Eugène Sainte-Cécile de présenter une architecture très aérée.

Belle église à voir à Paris

La carte des églises

Retrouvez toutes les églises mentionnées dans cet article sur cette carte :


Bien d’autres églises méritent d’être visitées à Paris, ce n’est ici qu’une sélection personnelle ! Si vous avez d’autres coups de cœur, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le sur Pinterest !

Les plus belles églises de Paris
Des personnes ont réagi à cet article
Voir les commentaires Hide comments
Comments to: Les 15 plus belles églises de Paris
  • 1 juillet 2020

    Merci et merci pour cet article à propos des églises de Paris !

    Je suis heureux de me dire qu’il me reste encore beaucoup à visiter (ce que je sais depuis longtemps bien sûr)

    Reply
    • 1 juillet 2020

      Merci Daniel ! Je suis ravi si cet article vous donne des idées de visites 🙂
      Cette sélection n’est bien sûr qu’un « top » personnel, d’autres églises méritent d’être visitées. C’est (presque) sans fin et c’est tant mieux !

      Reply
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X