Comme chaque année, Lyon était à la fête en ce début du mois de décembre avec la Fête des Lumières. Un événement populaire qui attire les foules et je n’ai pas échappé à son attractivité puisque j’y ai moi aussi traîné mes guêtres !

Cette escapade a également été l’occasion de flâner dans la ville et de découvrir quelques-uns de ses musées. Voici donc un retour sur la Fête des Lumières 2018 et quelques conseils pratiques pour découvrir Lyon sous un angle culturel, le temps d’un week-end.


Les informations bien pratiques

Aller à Lyon

Si vous partez de Paris, Lyon est facilement accessible depuis la capitale : le trajet en TGV ne prend que 2 heures. Mais attention : les prix s’envolent vite sur cette ligne alors essayez d’anticiper votre voyage pour faire des économies.

Dormir à Lyon

La Fête des Lumières attire beaucoup de monde et les hôtels sont vite hors de prix. Au dernier moment les chambres s’arrachent à plus de 200 € la nuit ! Là encore, l’anticipation sera votre allié. Pour ma part j’ai séjourné à OKKO hôtel qui offre plusieurs atouts : il est situé en centre-ville, au bord du Rhône, à une vingtaine de minutes seulement des deux gares lyonnaises. Il vous permettra d’accéder facilement à pied aux quartiers les plus touristiques : Bellecour, la place des Terreaux ou encore le Vieux Lyon. Du côté des prestations, les chambres sont confortables et design, certaines offrent une vue sur le fleuve et le petit déjeuner est parfait !

Se déplacer à Lyon

Pour être totalement libre sans avoir à se soucier des transports et si vous comptez faire plusieurs visites culturelles, la Lyon City Card est ce qu’il vous faut. Valable pour une durée de 1 à 4 jours, elle offre un accès à tout le réseau de transport (y compris au funiculaire et à une navette fluviale) mais aussi l’accès aux principaux musées, parfois en coupe file. Autant dire que lorsque vous l’avez en poche vous pouvez faire tout ce que vous voulez sans avoir à sortir votre portefeuille, c’est extrêmement pratique ! De 25 à 55 €.


La Fête des Lumières

A l’origine, la Fête des Lumières était une commémoration religieuse : depuis 1852, les lyonnais avaient pris l’habitude de mettre des bougies à leurs fenêtres pour remercier la vierge Marie d’avoir fait cesser l’épidémie de peste. La ville de Lyon en fit une manifestation populaire à partir de 1989 en invitant des artistes à venir présenter des créations lumineuses dans la ville.

Désormais, la Fête des Lumières est un événement de renommée internationale qui attire des artistes de toutes les nationalités et qui présente à chaque édition des créations d’une grande qualité.

Les œuvres étant éparpillées un peu partout dans la ville, il est difficile de tout voir en une seule soirée. Dans la mesure du possible, prévoyez donc de rester à Lyon au moins deux nuits. Pour ma part, j’ai dû me restreindre au centre-ville mais j’ai tout de même pu voir quelques merveilles, voyez plutôt :

Lyon culturel

Evidemment il n’y a pas que la Fête des Lumières à Lyon et vous pouvez profiter de votre séjour pour explorer ses autres nombreux atouts (ou venir à un autre moment que la Fête des Lumières pour vous concentrer sur ces derniers !).

Comme toute ville, c’est évidemment à pied que vous allez pouvoir commencer à apprécier Lyon. Prenez le temps de vous balader dans le cœur historique, notamment entre la place Bellecour et la place des Terreaux. Vous y découvrirez une très belle architecture, de jolies églises et des musées très intéressants.

Sur la place des Terreaux, prenez le temps de regarder autour de vous : vous remarquerez peut-être qu’elle représente les différentes classes de la société. Le pouvoir politique symbolisé par l’hôtel de ville ; le clergé au travers du cloître qui accueille désormais le musée des Beaux-Arts ; la noblesse avec les hôtels particuliers qui font face à l’hôtel de Ville ; et le peuple avec les immeubles d’habitations à l’origine plus modeste. On y trouve également le Char triomphal de la Garonne, une fontaine sculptée par Frédéric Auguste Bartholdi, à qui l’on doit aussi la Statue de la Liberté.

> LIRE AUSSI : La Statue de la Liberté : histoire d’une amitié franco-américaine 

Le musée des Beaux-Arts

Ce musée est vraiment mon coup de cœur : il est superbe à tous points de vue. Comme je vous l’expliquais, on y entre par un cloître ce qui permet de se couper de l’agitation de la ville. La collection de sculpture est située dans une église et vous garantit un effet waouh ! Quant au reste de la collection, elle couvre l’antiquité à la période moderne. Vous y trouverez aussi bien des sarcophages égyptiens que des tableaux de Soulages en passant par des toiles de grands maîtres comme Ingres, Hubert Robert, Renoir, Monet, Courbet…

La cathédrale Saint-Jean

Reprenons notre marche direction Bellecour puis le vieux Lyon, un quartier dans lequel il ne faut surtout pas hésiter à se perdre car il ne manque pas de charme. Vous trouverez facilement la cathédrale qui a été édifiée au XIIe siècle.

La basilique Notre-Dame-de-Fourvière

C’est LE monument emblématique de la ville : construit entre 1872 et 1884 il domine Lyon et se voit de loin. Autant dire qu’il est impensable d’aller à Lyon sans le visiter.

Comme il est situé sur les hauteurs, la solution de facilité qui ne manque pas de charme consiste à prendre le funiculaire. Si vous avez pris la City Card ça tombe bien car le trajet est inclus dedans ! Depuis la station « Vieux Lyon – Cathédrale Saint Jean », montez jusqu’à Fourvière. Vous ressortirez pile en face de la basilique. Prenez bien sûr le temps de découvrir l’intérieur mais aussi de la contourner pour profiter du magnifique point de vue sur Lyon.

Vue sur Lyon depuis Fourvière
Vue sur Lyon depuis Fourvière
Basilique de Fourvière

Le musée des Confluences

Inauguré en 2014, le musée des Confluences est encore un tout jeune musée mais il est un peu excentré, difficile de se passer du métro puis du tram pour y accéder car à pied il faudra environ une heure de marche depuis le centre ville et vous ne traverserez pas les meilleurs quartiers.

Le bâtiment est superbe avec une architecture en verre qui laisse entrer beaucoup de lumière. A l’intérieur on peut profiter de nombreux points de vue sur les environs et on comprend mieux l’origine du nom du musée : il est en effet situé aux confluences du Rhône et de la Saône mais il ambitionne aussi d’être aux confluences des cultures.

Du côté des collections j’ai cependant été plutôt déçu : elles sont réparties entre quatre grandes salles ouvertes ce qui fait que l’on se perd un peu ; par ailleurs si le musée a pris le parti d’utiliser beaucoup de dispositifs numériques et interactifs, ces derniers sont davantage destinés aux enfants car les propos partent souvent d’un niveau 0. C’est bien pour un jeune public mais vite frustrant pour les adultes.

En résumé c’est donc un musée à découvrir en famille ou bien si vous avez la City Card et / ou si vous avez le temps mais ce n’est pas un incontournable de la ville.

Le musée de l’imprimerie et de la communication graphique

A voir aussi dans le centre-ville, le musée de l’imprimerie et de la communication graphique qui est installé dans l’hôtel de la Couronne, le premier hôtel de ville de Lyon. On y voit l’évolution des techniques d’impression, de Gutemberg à nos jours en passant par les estampes, la production d’affiches, l’impression des journaux… Il est très intéressant.

Et on mange quoi à Lyon ?

Une des spécialités lyonnaises c’est la praline : il y en a partout ! Brioche à la praline, sablé à la praline et aussi la tarte à la praline qui est un vrai régal.

Lyon est aussi réputée pour ses « bouchons », des restaurants typiques. N’ayant pu en tester, je vous renvoie vers l’ami Google pour creuser ce point !

Merci à Only Lyon et à l'Agence Alambret pour leur invitation à cette sympathique escapade culturelle !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.