Comment découvrir Nîmes sans visiter ses arènes ? Situées en plein centre-ville, elles sont en effet le monument le plus emblématique de la cité et pour cause : construites au Ier siècle de notre ère, les Arènes de Nîmes ont traversé les époques et s’offrent encore aujourd’hui à notre regard !

En visitant cette merveille, difficile de ne pas être ému en songeant à tout ce qui a pu s’y passer, des combats de gladiateurs aux spectacles contemporains. Mais l’on est aussi surpris par l’intelligence de sa structure qui n’a pas grand-chose à envier aux salles de spectacles actuelles. 24 000 spectateurs pouvaient s’y presser et leurs déplacements avaient été savamment anticipés !

L’architecture des Arènes de Nîmes

Vitruve, architecte romain du Ier siècle, a établi un traité d’architecture De architectura très précis et technique, dédié à l’empereur Auguste. Il y expose notamment les principes de construction d’une telle arène :

De nombreux et vastes passages devront être disposés de manière que ceux d’en haut ne se rencontrent pas avec ceux d’en bas ; que partout ils soient directs, sans interruption, sans détours, afin que le peuple, en sortant des spectacles, ne soit point trop pressé, et puisse de tous les côtés trouver des issues séparées qui facilitent sa sortie.

Pour répondre à ces principes, la cavea (les gradins) est divisée en 60 travées de 34 rangées de sièges, répartis en quatre niveaux. Ces niveaux étaient attribués selon les classes sociales : les premiers rangs pour les personnes les classes aisées ; les derniers pour les plus modestes (correspondant à ce que l’on a appelé plus tard, poétiquement, le Paradis). Des galeries ceinturant les gradins permettent de déambuler facilement d’un étage à l’autre et d’une travée à l’autre.

> LIRE AUSSI : Les enfants du Paradis (Jacques Prévert)

Si cette structure ressemble à la conception de plusieurs salles récentes, on remarque cependant que les arènes de Nîmes ne disposent que de très peu d’éléments décoratifs sans que le monument ne souffre pourtant de cette absence : la grandeur de l’édifice suffit à impressionner.

> LIRE AUSSI : L’Opéra de Paris, à la découverte du Palais Garnier et de son histoire

Un lieu de spectacles devenu forteresse

A partir du Ve siècle, avec l’interdiction des combats de gladiateurs, les Wisigoths décident de transformer les arènes en forteresse. Pour ce faire il leur suffit de combler les arcades, de creuser un fossé et d’ajouter des tours.

Au Moyen Âge, la population va jusqu’à établir un village fortifié en son sein, composé de 220 habitations, de deux églises et même d’un château ! Une telle concentration ne put se faire qu’au prix d’une forte insalubrité et du démantèlement d’une partie des arènes dont les gradins servirent de carrière de pierre.

La restauration des Arènes de Nîmes commence à la fin du XVIIIe siècle : les travaux d’embellissement de la ville conduisent à des habitations situées à l’intérieur ou juste autour des arènes. Suspendus un temps lors de la Révolution, les travaux de dégagement reprennent au début du XIXe siècle mais la restauration des arènes ne recommencera qu’à la deuxième moitié du siècle.

Les Arènes de Nîmes aujourd’hui

Les arènes ont retrouvé leur utilité première en proposant de nombreux spectacles. Si bien sûr les combats de gladiateurs ont disparu, des reconstitutions « Les grands jeux romains » sont proposées chaque année.

On peut aussi y voir régulièrement des corridas – la statue de Nimeño II (matador français, 1954 – 1991) qui trône devant les arènes le rappelle. Et plusieurs concerts y sont également donnés tout au long de l’année.

Depuis 2009, une nouvelle campagne de restauration des arches est en cours, travée par travée. Elle devrait s’achever en 2034.

Exploitées par Culturespaces, les arènes se découvrent hors périodes de spectacles en visite libre avec audioguide ou visite guidée. Pour une visite plus ludique, un escape game est proposé toute l’année pour 5 € en complément du billet d’entrée.

Profitez aussi de votre passage à Nîmes pour aller découvrir le jeune voisin des Arènes, le Musée de la Romanité.


Informations pratiques

Adresse
Boulevard des Arènes
30000 Nîmes

Horaires
Tous les jours, hors férias et spectacles.
Horaires variables selon la saison.
Consultez le site des Arènes pour en savoir +

Site internet
https://www.arenes-nimes.com/

Tarifs
Tarif plein : 10 €
Tarif réduit : 8 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.