Retranscrire dans un musée tout l’univers d’un maître de la Bande Dessinée n’était pas gagné d’avance. Pour y parvenir, il fallait une créativité à la hauteur du papa de Tintin, un challenge réussi avec brio au musée Hergé situé à Louvain-La-Neuve, en Belgique.

L’univers de Tintin est un monde fait d’aventures, de surprises et de couleurs. C’est exactement dans cette ambiance que nous emporte le musée Hergé. A peine entré dans l’atrium on se sent plongé dans une Bande Dessinée : tout y est très coloré et l’architecture fascinante promet une visite surprenante.

[pullquote-right]« A croire mes parents je n’étais vraiment sage que lorsque j’avais un crayon à la main et un bout de papier. »[/pullquote-right]

Les collections permanentes nous présentent dans un premier temps la vie d’Hergé. Enfant turbulent, son talent pour le dessin est né lorsque ses parents lui ont donné de quoi dessiner pour le calmer.
Rapidement on voit apparaître dans ses dessins les prémices de celui qui deviendra son plus grand compagnon, Tintin. Hergé avait été scoot et dessinait les aventures de l’un de ses semblables, Totor. De Totor à Tintin, la différence ne tient qu’à une mèche de cheveux, la célèbre houppette qui apparaîtra dans une course de voiture.

Pourtant, avant de se consacrer totalement à Tintin, Hergé songeait à devenir dessinateur publicitaire. On découvre quelques-unes de ses créations qui témoignent déjà de l’intelligence et de la créativité du Maître.
Passées les deux salles consacrées à la jeunesse et aux premières œuvres d’Hergé, le reste du musée fait bien entendu la part belle au célèbre reporter aventurier et montre les nombreuses influences qui ont amené Hergé à imaginer les personnages et les histoires de Tintin.

« Tintin m’a rendu heureux. J’ai fait de mon mieux ce que j’ai fait, et ça n’a pas toujours été facile. Mais je me suis beaucoup amusé. Et en plus, comme le disait Sacha Guitry, on m’a payé pour le faire. C’est un comble, non ? »

Les collections sont composées de nombreuses planches originales et documents d’archive. On y découvrira quelques anecdotes, saviez-vous par exemple que :

  • le château de Moulinsart s’inspire du château de Cheverny,
  • on peut distinguer les deux Dupond/t à la forme de leurs moustaches,
  • la maison de Bergamotte dans les 7 boules de cristal s’inspire d’une demeure voisine de la maison d’Hergé…

La scénographie de ces collections permanentes est extrêmement bien réussie. On est loin d’un musée austère, chaque vitrine est travaillée et donne envie de prendre le temps de se plonger complètement dans l’univers d’Hergé, le tout accompagné par l’audioguide multimédia – compris dans le billet d’entrée. En bonus, une cabine photo vous permet de vous faire tirer le portrait aux côtés des personnages de Tintin.

Oserez-vous affronter le Capitaine Haddock ?
Oserez-vous affronter le Capitaine Haddock ?

Malheureusement, le musée verrouille complètement la diffusion de visuels de ces salles : les photographies y sont interdites et aucun cliché officiel n’est communiqué. On ne peut que le regretter d’autant plus que cette institution peine à trouver son public (seulement 80 000 visiteurs par an pour 200 000 espérés…) ; communiquer davantage sur la qualité de l’exposition ne pourrait que contribuer à faire venir un public plus nombreux.

Autre ombre au dessin, le musée Hergé est situé à une quarantaine de kilomètres de Bruxelles et se retrouve donc difficile d’accès. Cependant, si vous êtes de passage en Belgique, on ne peux que vous encourager à faire l’effort de vous y rendre, vous ne serez pas déçus !

 

Informations pratiques :

Musée Hergé
Rue du Labrador, 26 – B-1348 Louvain-la-Neuve

Du mardi au vendredi de 10h30 à 17h30
Le samedi et le dimanche de 10h00 à 18h00

De 5 € à 9,5 €
Audioguide gratuit

http://www.museeherge.com/

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

3 COMMENTAIRES

  1. On ne peut pas dire que Tintin soit un personnage lisse au vu du nombre de polémiques créés soit par ses aventures soit par la gestion des droits en découlant… Pas si surpris que ça du verrouillage de la communication du coup 😉 D’ailleurs, ces polémiques sont-elles évoquées ou simplement éludées ?

    En tout cas je retiens le conseil de visite.

    • Le verrouillage de la communication est liée à une volonté des ayants-droits. La société Moulinsart gère la diffusion des visuels Tintin d’une main de fer (sans gant de velours !) et c’est bien dommage.
      J’ai tenté de demander des photographies officielles des salles pour pouvoir illustrer mon article mais je n’ai eu qu’un refus polis…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here