Résumé :

Santiago H. Amigorena se met en scène dans une histoire de cœur bien particulière. Amoureux de Philippine – ou de Φilippine comme il aime l’écrire – leur relation sera très étroitement liée à l’écriture. Au lieu de parler, Amigorena va écrire même quand Philippine est là : écrire des mots qu’elle lira par dessus son épaule ou bien écrire sur son corps – et son corps. Amigorena nous raconte cette histoire d’amour passionnelle ainsi que la profonde solitude qui en découlera car « les premiers amours (…) ne sont jamais que les préludes des premières défaites ».
 

Avis :

Santiago H Amigorena - Le premier amour

Si l’on résume ce livre rapidement, l’histoire peut paraître banale : deux adolescents s’aiment et se séparent, quoi de plus commun, malheureusement ? Ce qui apporte tout l’intérêt à ce livre c’est surtout la qualité des écrits d’Amigorena pour cette jeune fille et la description qu’il en fait, à vouloir toujours chercher le meilleur moyen pour la décrire et pour décrire leur amour. On se plait à suivre sa poésie, à découvrir le corps de Philippine à travers les lignes à la typographie courbée qui parsèment les pages de ce livre. C’est une histoire d’amour dans ce qu’elle a de plus beau, de plus intense et de plus tragique.

Les passages où il est question des amitiés ou des histoires de lycée, ne m’ont pas vraiment marqués tandis que les lettres sur cet amour sont d’une grande beauté. Je craignais que sur plus de 400 pages ce soit lassant mais non, on en redemande encore. Bonne nouvelle pour les amoureux de ce livre, il y a une suite : La première défaite, où Amigorena décrit les quelques années qui ont suivi la fin de sa relation avec Philippine.

Notez aussi qu’Amigorena est l’auteur du scénario du Péril Jeune de Klapisch, ça vous donnera une petite idée de ce à quoi vous pouvez vous attendre.

 

Extrait :

J’avais dix-huit ans et j’étais amoureux. Ma vie n’avait qu’un seul but : la traduire. Mais comment trouver les mots justes pour la forme de la forme de ses seins ? pour le secret du secret de son sourire ? pour la profondeur ineffable de son regard sombre ?

Je voulais la traduire comme on traduirait un poème d’une langue qu’on aime – mais qu’on ne comprend pas. Je voulais écrire sur elle – et sur elle. Je voulais décrire ses lèvres – et ses lèvres.

Je voulais, pour toujours, la tenir tout entière sur le bout de ma langue.

Malheureusement, les premiers amours, aussi éloquents soient-ils, ne sont jamais que les préludes des premières défaites.

 
Note : 2004 – 410 pages – ISBN : 2-07-030777-8
Santiago H. Amigorena – Franco-argentin

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

Des personnes ont réagi à cet article
Voir les commentaires Hide comments
Comments to: Santiago H. Amigorena – Le premier amour
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X