Le château de Saint-Germain-en-Laye est l’un des plus beaux châteaux d’Île-de-France. Avant d’abriter le musée d’archéologie nationale, ce château a eu une riche histoire : construit sous la royauté, sauvé sous l’Empire, transformé en musée sous la République, Saint-Germain-en-Laye a connu tous les régimes ! Zoom sur sa passionnante histoire…

L’histoire du château de Saint-Germain-en Laye

Tout commence au XIIe siècle lorsque le roi Louis VI fit édifier un premier château fort afin d’imposer sa puissance aux seigneurs d’Île-de-France. Ce château sera agrandi et modifié au XIIIe siècle par Saint-Louis qui fit notamment ajouter la chapelle. Construite dix années plus tôt que la Sainte Chapelle de Paris, on y déposera les reliques du Christ en attendant de pouvoir les transférer chez son illustre sœur de l’Île de la Cité.

LIRE AUSSI : La Sainte-Chapelle de Paris : une histoire mouvementée et des vitraux (presque) neufs !

Cette chapelle est tout ce qui reste de l’édifice du XIIIe siècle puisque François Ier fait transformer le château fort en château de style renaissance en 1539. On utilise des briques mais ce matériau étant très cher à l’époque seul l’étage (accueillant les parties royales) en est doté ; au rez-de-chaussée on se contentera d’en reproduire en trompe l’œil !

La cour du château garde le souvenir de la transformation souhaitée par François Ier avec la présence de son monogramme ainsi que de son emblème, la Salamandre

A la fin du XVIe siècle, Henri II demande qu’un deuxième château soit élevé, à côté de celui de Saint-Germain-en-Laye, qui sera baptisé “château neuf”. C’est dans ce château que naîtra Louis XIV. Le roi soleil vivra une vingtaine d’années à Saint-Germain-en-Laye avant de s’installer à Versailles. De grands artistes comme Molière ou Lully viendront jouer dans la salle de bal ; Madame de Sévigné aurait prétendu qu’il ne se passait pas une seule soirée à Saint-Germain-en-Laye sans qu’il n’y ait de spectacle !

Le château neuf de Saint-Germain-en-Laye
Le Château Neuf en 1637, par Auguste Alexandre Guillaumot (1815-1892). On distingue au loin le « château vieux »

Après le départ de Louis XIV, le château est confié à Jacques II de Stuart, cousin du Roi chassé d’Angleterre. Mais ce nouvel hôte n’a pas les moyens d’entretenir le château qui tombe petit à petit en désuétude. Après la Révolution il est transformé en prison puis en camp militaire. Alors qu’il est très délabré, Napoléon III décide de le restaurer pour en faire le principal musée d’archéologie de France qui sera inauguré en 1867 sous la République et qui présente quelques 30 000 objets.

Qu’est-il advenu du « Château Neuf » de Saint-Germain-en-Laye ?

Bien que construit après le château actuel, il ne reste plus grand-chose du « Château Neuf » d’Henri II. En effet, à partir du XVIIIe siècle, les rois ne viendront plus à Saint-Germain-en-Laye, le château est déjà abîmé et même certaines parties du jardin s’effondrent…

En 1777, louis XVI confie ce château à son frère le Comte d’Artois avec 600 000 livres pour qu’il se charge de le faire restaurer mais le Comte préfère utiliser cette somme pour le château de Maisons situé non-loin. A la Révolution, le Château Neuf est saisi comme bien national, vendu et utilisé comme carrière de pierres !

LIRE AUSSI : Visite du château de Maisons… de fond en comble

Si bien qu’il ne reste de ce château que quelques rares vestiges comme la rampe des grottes du jardin ainsi que la Chapelle du Roi, désormais transformée en restaurant. On peut d’ailleurs voir sur l’entrée une inscription rappelant le château disparu et marquant le lieu de naissance de Louis XIV.

Pavillon Henri IV où naquit Louis XIV

Les détails insolites des jardins du château…

Il serait dommage d’aller au château de Saint-Germain-en-Laye sans profiter des superbes jardins créés par le jardinier de Louis XIV, le célèbre André Le Nôtre. Ici il a développé les trois principes de ses jardins : la perspective, la symétrie et la géométrie.

Jardins du château de Saint-Germain-en-Laye

Ces parties extérieures cachent aussi quelques surprises. Si vous jetez un œil dans les douves vous trouverez une copie de la colonne Trajane créée à la demande de Napoléon III qui adorait Rome. Vous remarquerez également deux bunkers, tristes vestiges de la Seconde Guerre Mondiale. Saint-Germain-en-Laye a en effet été le centre de commandement allemand du front Ouest, jusqu’à 20 000 soldats étaient en garnison dans la ville !

Copie de la colonne Trajane de Rome au château de Saint Germain en Laye
Copie de la colonne Trajane

Mais le détail le plus insolite vient d’une petite plaque qui nous rappelle que c’est ici qu’a eu lieu le « coup de Jarnac ». L’histoire est la suivante : Guy de Jarnac vivait dans la Cour du Roi lorsque la Duchesse d’Estampe, maîtresse de François Ier lança la rumeur qu’il avait des relations avec la deuxième épouse de son père. Pour défendre son honneur, Jarnac souhaita engager un duel à l’épée. François Ier refusera ce duel ne souhaitant pas mettre en péril la vie de Jarnac. Mais lorsque Henri II arriva au pouvoir, il nomma un champion pour représenter la Cour : ce sera La Châtaigneraie, escrimeur de renom. Le duel a lieu le 10 juillet 1547 et attire les foules, tout le monde s’attend à voir Guy de Jarnac se faire ridiculiser mais tandis que son adversaire avance un peu trop la jambe, Jarnac lui toucha le jarret : La Châtaigneraie est terrassé sur le coup. On raconte que fou de rage, il arracha son pansement le lendemain et mourut des suites de ses blessures. Touché par cette mort, Henri II interdit les duels par la suite si bien que ce duel fut le dernier autorisé en France. De cette histoire il restera l’expression « coup de Jarnac » pour signifier un coup violent, habile et imprévu ; avec le temps cette expression se teinta d’un sens déloyal.

Coup de Jarnac
Plaque commémorative du « Coup de Jarnac »

Situé à seulement 40 minutes de Paris, le château de Saint-Germain-en-Laye est facilement accessible via le RER A. Sa visite peut se poursuivre par une balade dans la vaste forêt domaniale.


Informations pratiques :

Adresse :
Place Charles de Gaulle
78100 Saint-Germain-en-Laye

Horaires :
De 10 h à 17 h, tous les jours sauf le mardi

Site internet :
https://musee-archeologienationale.fr/

Tarifs :
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 5,5 €

Photo d’en-tête : stock photo de Artem Nedoluzhko / Shutterstock

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.