Hier soir, nous apprenions avec effroi la nouvelle des attentats de Paris. Dès lors, toute la nuit n’a plus été qu’un long cauchemar, rempli de larmes et de tristesse, à essayer de comprendre l’incompréhensible.

Au réveil, on voudrait croire que l’on a rêvé mais non, l’horreur est bien réelle. Alors comment faire pour aller de l’avant ? Faut-il continuer à écrire ? Pouvons-nous seulement le faire ? Je me souviens d’une citation, dont j’ai malheureusement oublié l’auteur, qui disait :

Ce serait une folie de penser que les artistes peuvent transformer le monde. Mais à bien y réfléchir, il serait plus fou encore de ne pas oser l’espérer.

La réponse est sans doute celle-là : continuer à se plonger dans l’art qui reste probablement, comme l’écrivait Claire au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, notre meilleure arme contre l’intolérance.

Notre musique du jour n’est bien entendu pas à la fête, il s’agit de L’hymne à la paix de Louis Hardin, alias Moondog, joué à Paris en 1982 et, hélas, plus que jamais d’actualité.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Comments to: L’hymne à la paix de Moondog

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X