Hier soir, nous apprenions avec effroi la nouvelle des attentats de Paris. Dès lors, toute la nuit n’a plus été qu’un long cauchemar, rempli de larmes et de tristesse, à essayer de comprendre l’incompréhensible.

Au réveil, on voudrait croire que l’on a rêvé mais non, l’horreur est bien réelle. Alors comment faire pour aller de l’avant ? Faut-il continuer à écrire ? Pouvons-nous seulement le faire ? Je me souviens d’une citation, dont j’ai malheureusement oublié l’auteur, qui disait :

Ce serait une folie de penser que les artistes peuvent transformer le monde. Mais à bien y réfléchir, il serait plus fou encore de ne pas oser l’espérer.

La réponse est sans doute celle-là : continuer à se plonger dans l’art qui reste probablement, comme l’écrivait Claire au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, notre meilleure arme contre l’intolérance.

Notre musique du jour n’est bien entendu pas à la fête, il s’agit de L’hymne à la paix de Louis Hardin, alias Moondog, joué à Paris en 1982 et, hélas, plus que jamais d’actualité.

Prenez soin de vous et de vos proches.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.