Chaque année, quelques 20 millions de personnes se précipitent dans les allées du Printemps. C’est presque 3 fois le nombre de visiteurs de la Tour Eiffel ! Mais derrière les articles en vente, ces grands magasins créés en 1865 par Jules Jaluzot cachent quelques merveilles. Des endroits cachés ou insolites que j’ai pu découvrir à l’occasion d’une visite d’environ 1h30 organisée par Cultival.

La vision de Jules Jaluzot

Jules Jaluzot

C’est en 1865 que le visionnaire Jules Jaluzot choisit d’édifier ce grand magasin qui s’appelait alors “Au Printemps”. A l’époque, le quartier de la Chaussée d’Antin était encore en périphérie de Paris mais en pleine effervescence : l’Opéra est en chantier, la gare Saint-Lazare est bruyante… mais notre homme perçoit le potentiel du quartier. Avec la proximité de l’Arc de Triomphe et de l’église de la Madeleine son magasin est proche d’une population aisée qu’il souhaite bien sûr attirer.

Si vous allez au dernier étage du Printemps, la terrasse vous permet de vous rendre compte de la situation exceptionnelle du magasin, avec une vue sur les plus beaux monuments parisiens. Et pendant la visite Cultival on vous ouvre les portes d’un passage normalement fermé au public sur les toits pour profiter d’une vue encore plus belle !

> LIRE AUSSI : L’Opéra de Paris : à la découverte du Palais Garnier et de son histoire

Mais en 1881, un incendie détruit totalement le magasin. Sa reconstruction est confiée à Paul Sédille qui s’inspire des construction Eiffel pour élaborer une architecture mêlant la pierre et le fer. La façade sert aussi de panneaux publicitaire pour afficher en grand les couleurs du Printemps : le nom du magasin bien entendu mais aussi les symboles floraux que l’on retrouve dans le logo. Avec ses coupoles dorées la façade somptueuse est classée aux monuments historiques depuis 1975 !

Après le traumatisme de l’incendie l’éclairage se fait à l’électricité, le Printemps est le premier établissement parisien à intégrer cette nouvelle technologie. Pour ce faire on installe une usine électrique en contrebas du magasin, qui intrigue autant qu’elle inquiète.

Cabine électrique au Printemps, vers 1924
Cabine électrique au Printemps, vers 1924

Une cathédrale du commerce

Ce nouveau Printemps est qualifié par Zola de “cathédrale du commerce”. L’intérieur ressemble effectivement à une cathédrale : à l’origine on y trouvait une grande nef centrale ouverte et ceinturée de galeries.

Vue intérieure du Printemps
Vue intérieure du Printemps

En 1905, Jules Jaluzot est ruiné par la crise du sucre et démissionne de ses fonctions. Son ancien second, Gustave Laguionie, devint le nouveau directeur et insuffle au Printemps un second souffle. Il fit édifier les “Nouveaux magasins” qui jouxtent le premier bâtiment. Le chantier est confié à René Binet mais un court-circuit déclenche un nouvel incendie en 1921…

C’est finalement Georges Wybo (qui deviendra également l’architecte du Georges V) qui achèvera le chantier. Il conserve les rotondes de Paul Sédille mais donne au nouvel édifice un style Art Nouveau davantage dans l’air du temps. A l’intérieur il intègre des évolutions techniques comme les escalators !

Plan des magasins du Printemps dans les années 20

De cette architecture Art Nouveau malheureusement vite passée de mode, il ne reste plus grand chose de visible. Dans deux des quatre rotondes il subsiste cependant des escaliers d’origine à l’impressionnante légèreté. L’un d’entre eux se découvre avec la visite proposée par Cultival.

La coupole

La plus belle partie du Printemps est certainement sa coupole, créée en 1910 par le maître-verrier Brière. Elle représente un ciel fleuri (Printemps oblige !) composée de seulement 4 couleurs mais avec 21 nuances.

A l’origine le magasin comptait deux coupoles mais pendant la seconde guerre mondiale les risques de bombardement sur la capitale conduisirent au démontage des deux verrières, stockées dans un entrepôt. Malheureusement un incendie détruisit l’une d’entre elles ; l’autre fut remontée en 1972. Une campagne de restauration menée en 2015 lui a redonné son éclat.

La coupole du Printemps

En visite avec Cultival vous pourrez aller derrière cette verrière d’où l’on peut admirer le salon de thé qu’elle surplombe au travers d’une petite trappe !

De la terrasse au sous-sol…

Après avoir découvert les hauteurs du Printemps, vous aurez également accès à ses sous-sol où l’on trouve l’ancienne grille qui fera bientôt l’objet d’une campagne de restauration.

Grille du Printemps

Plus surprenant : de nombreuses galeries permettent au personnel d’aller d’un magasin à l’autre et d’avoir accès aux ateliers (miroiterie, chauffagiste, climatisation, menuiserie, peinture).

Sous-sol du Printemps Paris
Le sous-sol du Printemps

La visite Cultival vous emmènera enfin à l’extérieur des bâtiments pour admirer et étudier leurs façades.

Si cette visite vous intéresse, rendez-vous par ici pour réserver votre place !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.