Rafaela_sur_fond_vert Lempicka

Tamara de Lempicka (1898-1980) est une figure de l’Art déco, mouvement artistique qui succède à l’Art nouveau, au début des années 1920. D’origine polonaise, elle se rend à Paris en 1918. Là bas, elle développe un style très reconnaissable, qui mêle maîtrise technique et inspirations cinématographiques et elle aime peindre des figures féminines sensuelles et modernes. Artiste et personnalité hors du commun, elle incarne elle-même une vision novatrice de la femme.

Le rêve (Rafaëla sur fond vert) est une œuvre datant de 1927. Elle représente Rafaëla, une femme que Lempicka rencontra au Bois de Boulogne et qui pose très régulièrement pour elle. L’œuvre reprend les éléments essentiels des œuvres de Lempicka : un dessin qui joue sur lignes franches, un éclairage théâtral et un jeu sur la sensualité.  Le rendu est très intime et également caractéristique de la représentation de la femme par l’artiste. Le modèle a les cheveux courts, ses lèvres, ses ongles maquillés et sa pose évoquent le cinéma et des figures comme Louise Brooks.

La sensualité qui émane de ce dessin naît tout d’abord d’une grand maîtrise technique : chaque courbe de la chair du modèle est mise en valeur, le grain de peau est travaillé, à la fois au niveau du jeu sur la lumière que de la matière, rendant le tout à la fois réaliste et idéal. Mais il y a ce quelque chose en plus, qui se trouve notamment dans le regard que lance le  personnage au spectateur mais également à l’artiste. Ce regard, la pose du modèle crée une atmosphère intimiste et captivante.

Le tout compose un tableau fascinant et incroyablement séducteur. Il s’agit également d’un chef d’œuvre de Lempicka qui participa à sa renommée internationale.

Pour la petite histoire, ce tableau a été vendu en 2011 pour près de 8,5 millions de dollars. Cela en fait l’un des tableaux peints par une femme les plus chers de l’histoire des ventes aux enchères d’art. Pour la mise en vente, Sothebys avait mis en ligne une vidéo de présentation de l’œuvre que vous pouvez retrouver ici (c’est en anglais).

PARTAGER
Passionnée par la littérature, la philosophie, l’histoire, l’animation japonaise et mille autres choses encore. Je cherche la poésie lovée au creux des choses. Car oui, « La poésie, c’est le plus joli surnom que l’on donne à la vie » (Prévert).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here