Situé au Nord du domaine de Versailles, le Grand Trianon reste méconnu d’un grand nombre de visiteurs qui ne prennent pas le temps d’aller découvrir ce palais qui ne manque pourtant pas de charme.
A l’occasion d’une visite organisé par le Château de Versailles – que nous remercions – nous avons pu découvrir le Grand Trianon à la tombée de la nuit. C’est donc un Trianon parfois plongé dans la pénombre que nous vous proposons de découvrir en photos. Mais avant, penchons-nous sur son histoire !

 

Du Trianon de Porcelaine au Trianon de Marbre

Trianon tient son nom du village qui occupait ces terres jusqu’en 1665, date à laquelle Louis XIV le rachète afin de l’annexer au domaine royal. Le village est rasé en 1668 car le Roi souhaite y faire construire un palais réservé à ses plaisirs.

Un premier Trianon est commandé en 1670 à Louis le Vau qui décède la même année. Le projet sera mené à son terme par son successeur, François II d’Orbay et le palais de Trianon voit le jour en 1672. On surnomme cet ouvrage le “trianon de porcelaine” bien qu’en réalité il soit recouvert de faïence, la technique de la porcelaine étant encore mal maîtrisée à l’époque. C’est le plus privé des palais de Louis XIV qui y abrite notamment ses amours avec la Montespan.

« J’ai fait Versailles pour ma cour, Marly pour mes amis et Trianon pour moi. »

Mais ce Trianon de Porcelaine aura une vie bien éphémère. Dès 1687 le Roi ordonne sa destruction et confie à Jules Hardouin-Mansart l’édification d’un nouveau palais surnommé “Trianon de marbre” que l’on appelle désormais communément “Grand Trianon” depuis Louis XV et la construction du Petit Trianon.

Le Grand Trianon est inauguré en 1688 par le Roi Soleil et Madame de Maintenon. Mansart décrit ce palais comme “Un petit palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux”. Lesdits jardins sont constitués de pots enterrés ce qui permet de changer les plants chaque jour et d’offrir tous les matins un nouveau spectacle au roi (!). Le Roi adore Trianon et y réside très souvent. Le lieu est si privé qu’il est impossible d’y venir sans invitation royale.

 

Le palais des plaisirs de Louis XIV devenu résidence présidentielle

Louis XV n’a pas le même goût pour Trianon que son prédécesseur. Il n’y vient que pour chasser et le palais commence à se délabrer. Quelques hôtes prestigieux sont cependant logés au Grand Trianon comme le Tsar Pierre Ier. On se désintéresse surtout du Grand Trianon lorsque Louis XV entreprend la construction du Petit Trianon pour sa favorite, la marquise de Pompadour. Le Petit Trianon aura également la préférence de Marie-Antoinette sous Louis XVI.
A la Révolution, les deux Trianons sont dégradés et le mobilier est vendu. Sous le Premier Empire, Napoléon fait restaurer ces deux palais et le Grand Trianon est remeublé en une quinzaine d’années. L’ameublement que l’on peut donc voir aujourd’hui date donc du début XIXe, complété par Louis Philippe.

Le 4 juin 1920, le Grand Trianon accueille la signature du traité de Trianon, qui fait suite au traité de Versailles et qui découpe la Hongrie austro-hongroise. En 1963, le général de Gaulle décide d’en faire une résidence présidentielle. Il accueille de grands chefs d’Etat tels que le couple Kennedy, le duc d’Edimbourg ou encore la reine Elisabeth II. De Gaulle lui-même y séjourne, sa chambre est restée en l’état (voir les photos ci-dessous).

Le statut de résidence présidentielle prend fin en 2010. Depuis, le Grand Trianon est ouvert au public et accueille chaque année un million de visiteurs !

 

 

Visite du Grand Trianon

Maintenant que vous savez tout sur l’histoire du Grand Trianon, passons à sa visite !

 

L’aile gauche

L’aile gauche commence par un long couloir relativement sobre, qui débouche sur un boudoir qui l’est tout autant, du mois au regard de ce qui nous attend ! Car la pièce qui suit, le Salon des Glaces, nous fait entrer pleinement dans cette visite. Orné de nombreux miroirs, ce salon offre une vue sur le Grand Canal. C’est ici que Louis XIV tenait conseil. Il servit également de grand cabinet pour l’impératrice Marie-Louise, la petite-nièce de Marie-Antoinette, entre 1810 et 1814.

Le boudoir

Le salon des Glaces

La pièce qui suit est d’ailleurs appelée Chambre de l’impératrice Marie-Louise. Elle fut auparavant la chambre de Louis XIV. Le lit de cette chambre était celui de Napoléon aux Tuileries, c’est dans ce même lit que mourut Louis XVIII en 1824.

Passons au Salon de la Chapelle qui porte ce nom en raison de la présence d’un autel caché derrière les portes du fond. Un usage qui est rappelé dans la décoration de la corniche : les grappes de raisin et les épis de blé font référence au pain et au vin de l’eucharistie. Ce salon a été transformé en antichambre en 1692 lorsque Louis XIV s’est installé dans cette aile du Grand Trianon.

L’aile se termine par l’antichambre des Seigneurs. Cette salle des Gardes a sur sa cheminé un casque et des armes sculptés. Elle fut par la suite une salle à manger et un salon des Huissiers.

 

Le péristyle

Il suffit de contempler ce péristyle pour comprendre pourquoi ce palais est surnommé Trianon de Marbre ! Cette majestueuse galerie relie les deux ailes du Grand Trianon mais donne également accès à la cour ainsi qu’au jardin.

 

L’aile droite

C’est par le majestueux Salon Rond que l’on pénètre dans l’aile droite du Grand Trianon. Il s’agit d’une antichambre qui donnait accès au premier appartement de Louis XIV, de 1688 à 1691. Dans un mur se cache un escalier qui permettait aux musiciens d’accéder à une tribune où ils jouaient dans le bien nommé Salon de Musique.

Mais avant d’aller dans ce salon, passons l’autre porte qui débouche sur le Salon de famille de l’empereur qui fut le 3e appartement de Louis XIV puis le salon des jeux de Louis XV. Il se poursuit par la chambre de la Reine des Belges aménagée là où se situait la chambre de Louise-Marie, fille de Louis-Philippe. On peut y voir l’ancien mobilier de l’impératrice Joséphine aux Tuileries (le lit et les sièges), recouvert de soie rouge.

Revenons donc au Salon Rond et prenons l’autre porte qui nous emmène au Salon de Musique. Ici avait lieu le souper du Roi lorsque cette pièce servait d’antichambre au premier appartement de Louis XIV. Napoléon en fit le salon des Officiers ; Louis Philippe une salle de billard.

Le Salon de Famille qui suit est né de la fusion de deux pièces par Louis-Philippe en 1838.

La pièce suivante est appelée Salon des Malachites en raison d’un ensemble de meubles en malachite de l’Oural offert à Napoléon par le tsar Alexandre Ier. Cette pièce servit de cabinet du couchant de Louis XIV puis de chambre à coucher de la duchesse de Bourgogne avant de devenir le grand salon de l’Empereur. Sur les murs, trois peintures de Charles de la Fosse, élève de Charles Le Brun. Malheureusement nous n’avons pas de photographies de cette salle à vous montrer.

Le Salon Frais servait de cabinet du Conseil à Napoléon. En 1830 c’est ici que Charles X tint son dernier conseil.  Ce salon tient son nom de son exposition au nord et donc la moins ensoleillée. Sur sa droite, le Salon Frais ouvre sur le cabinet topographique de l’Empereur qui ouvrait initialement sur le bosquet des Sources, la dernière création de Le Nôtre, mais celui-ci disparut sous Louis XVI.

Détail du Salon Frais

Cabinet topographique de l’Empereur

Cabinet topographique de l’Empereur

A la gauche du Salon Frais, la sublime galerie des Cotelle avait pour fonction d’abriter les parterres de Trianon pendant l’hiver. Elle porte son nom en raison de ses 24 tableaux – dont 21 sont signés par Jean Cotelle) représentant les bosquets de Versailles lorsqu’ils furent commandés en 1687. Ils sont encore aujourd’hui un témoignage précieux de l’état des jardins au XVIIe siècle. C’est aussi dans cette galerie que fut signé le traité de paix avec la Hongrie après la Première Guerre Mondiale, le 4 juin 1920. Malheureusement, cette galerie est actuellement en travaux et nous n’avons pas pu la photographier.

 

Trianon-sous-bois

Les pièces qui suivent ne sont pas accessibles dans le parcours de visite libre. Elles se découvrent uniquement en visites guidées. On y trouve une chapelle ainsi que les pièces utilisées par le Général De Gaulle et notamment son bureau. A l’étage, les appartements où logeait le Général sont restés dans leur jus. Dans la chambre à coucher, deux lits séparés pour De Gaulle et sa femme Yvonne, aux proportions particulièrement allongées en raison de la grande taille du Général !

Le bureau du Général De Gaulle

La chambre du Général

Notre visite du Grand Trianon se termine ici. Merci encore au Château de Versailles et notamment à Jérémie Benoît, conservateur en chef des châteaux de Trianon, ainsi qu’à Thomas.

Informations pratiques

Adresse

Grand Trianon
Porte Saint-Antoine
78000 Versailles

Horaires

Du mardi au dimanche, à partir de 12h

Tarifs

Tarif plein : 12 €
Tarif réduit : 8 €  
Gratuit pour les moins de 18 ans, moins 26 ans résidents de l’UE, enseignants en établissements français, demandeurs d’emploi en France, personnes handicapées et leur accompagnateur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.