- Publicité -

Construite sur la tombe de saint Denis, la basilique de Saint-Denis est peu à peu devenue une nécropole royale accueillant la dernière demeure des rois et reines de France. Cette particularité fait de Saint-Denis un véritable musée de la sculpture funéraire du XIIe au XVIe siècle, rassemblant une collection unique en Europe. Partons à la découverte de l’histoire de cette église pas comme les autres…

La Basilique de Saint-Denis, une histoire à en perdre la tête !

Sculpture de saint Denis
Sculpture de saint Denis, portant sa tête entre ses mains

L’histoire a l’origine de la Basilique est un peu floue car entourée de nombreuses légendes. Aussi elle est à prendre avec beaucoup de recul.

On raconte néanmoins que Denis, premier évêque de Paris (qui se nomme encore Lutèce) est martyrisé vers 250 à l’emplacement de l’actuelle église Saint Denys de la Chapelle dans le XVIIIe arrondissement de Paris et se voit couper la tête.

Une première légende raconte qu’une chrétienne aurait alors enterré son corps dans un champ lui appartenant. Un autre mythe, plus imagé, explique que Denis décapité, aurait marché tête sous le bras de Montmartre jusqu’à l’emplacement actuel de la basilique. Cette deuxième version est à l’origine des nombreuses représentations de Saint Denis portant sa tête dans ses mains, ainsi que du nom de la Rue des Martyrs bien connue des parisiens !

Naissance de la nécropole royale

Toujours est-il que son tombeau fit rapidement l’objet d’un culte. Entre 450 et 475, Sainte Geneviève, sainte patronne de Paris, décide d’édifier une chapelle à cet emplacement. Ce culte voué à Saint Denis est aussi à l’origine de l’inhumation ad sanctos (près des saints) inaugurée par Clovis et rapidement imitée par plusieurs aristocrates. Ainsi, une nouvelle église est édifiée au début du VIIe siècle, Dagobert sera le premier roi des Francs à y être inhumé et Saint-Denis devient l’une des abbayes bénédictines les plus puissantes du Moyen Âge.

Sous les Carolingiens, les liens entre l’abbaye et les rois continuent de se renforcer. Charles Martel s’y fait inhumer ; Pépin le Bref s’y fera sacrer roi en 754 et demande la reconstruction de la basilique : la nouvelle église sera consacrée en 775 par Charlemagne. La basilique continuera à être développée jusqu’au IXe siècle. Elle subira aussi des attaques vikings qui encourageront Charles II à fortifier le monastère.

Au XIIe siècle l’abbé Suger, influent conseiller de Louis VI et Louis VII, lance une campagne de rénovation de la vieille église en utilisant les nouvelles techniques architecturales. Désormais dotée de grands vitraux, la nouvelle basilique est inondée de lumière et devient un chef d’oeuvre de l’art gothique. Les travaux reprennent au XIIIe siècle, sous Saint Louis, pour faire face aux besoins d’espace pour la nécropole royale donnant à Saint-Denis son aspect actuel.

La Basilique de Saint-Denis après la Révolution

A la Révolution, l’abbaye est supprimée, les tombes profanées et un dépôt de farine est créé dans la basilique ! Au XIXe siècle, Louis XVIII fait ramener les restes de ses prédécesseurs et lance une campagne de restauration menée – entre autres – par Viollet-le-Duc. C’est à lui que l’on doit l’organisation actuelle des tombes royales.

LIRE AUSSI : Viollet-le-Duc, Les visions d’un architecte

En 1846, une tornade fragilise la flèche Nord et encourage Viollet-le-Duc à la démonter mais, faute de moyens, il ne sera pas en mesure de la reconstruire. Depuis 2018, un projet de reconstruction de la flèche est cependant en cours.

Visiter la Basilique

De nos jours, la Basilique de Saint-Denis se visite autant pour la beauté de l’édifice que pour la nécropole, véritable musée de l’art funéraire, administré par le Centre des Monuments Nationaux. On y trouve plus de 70 gisants et tombeaux.

Voici quelques photographies pour vous en donner un aperçu !

Basilique de Saint-Denis
Basilique de Saint-Denis : rose
Vitrail daté du XIXe siècle, remplaçant les vitraux médiévaux dont le plomb a été fondu pendant la Révolution
Basilique de Saint-Denis
Basilique de Saint-Denis : priants de Louis XVI et Marie-Antoinette
Priants de Louis XVI et Marie-Antoinette commandés par Louis XVIII lors du retour des cendres des souverains

LIRE AUSSI : A la découverte de la Chapelle Expiatoire


Informations pratiques :

Adresse :
1 Rue de la Légion d’Honneur
93200 Saint-Denis

Horaires :
Tous les jours sauf le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
Horaires variables selon la saison, consulter le site de la Basilique

Site internet :
http://www.saint-denis-basilique.fr/

Tarifs :
Seul l’accès à la nécropole est payant.
Tarif plein : 9 €
Tarif réduit : 7 €
Gratuit pour les moins de 18 ans

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.