Voilà déjà deux ans que nous avons appris à vivre avec le spectre du terrorisme. Les fouilles aux entrées des lieux publics sont devenues banales ; croiser des militaires dans les rues ne nous surprend plus. Nous nous y sommes habitués. Vraiment ? Non, bien sûr que non. Les événements survenus à Charlie Hebdo, au Bataclan, à Nice ou plus récemment au Louvre nous choquent à chaque fois autant qu’ils nous bouleversent.

Le besoin de mettre des mots sur tout cela n’a pas échappé à Arnaud Cathrine qui a publié en septembre dernier À la place du cœur, un roman qui nous plonge dans la vie d’un adolescent. Nous sommes le 6 janvier 2015 et Caumes fête son dix-septième anniversaire. Dans les jours qui suivent, il s’apprête à vivre son premier amour. Mais janvier 2015, c’est aussi le moment où la France bascule dans l’effroi, découvrant avec stupeur et effroi l’attentat à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher.

J’ai dix-sept ans, la vie devant moi et de la mort partout. Une saloperie d’équation à résoudre. Je pourrais très bien renoncer. Au goût des choses. Aux règles d’un jeu dont je devine qu’il n’a aucun sens. Oui, je pourrais très bien laisser tomber.
C’est quoi l’autre choix ? (…)
Qu’est-ce qu’on va faire de tout ça ?

Arnaud Cathrine - A la place du coeurArnaud Cathrine explore donc dans ce roman la façon dont un ado fait face à ces événements tragiques, perdu entre l’émotion d’un nouvel amour et l’horreur de l’actualité. Un roman pour ado, donc ? Oui, mais pas que. Les jeunes adultes se retrouveront probablement dans ce récit qui a par ailleurs le mérite de poser des questions essentielles sur le rôle des médias, sur la façon dont le direct et la profusion des images ont tendance à « transformer le réel en un film à suspens » ou encore le danger des amalgames.

J’imagine que tout le pays est aux premières loges comme nous, pendu à l’écran (….). On ne sait pas trop comment regarder ça (…) il y a quelque chose de pas normal ou de malsain à assister à ce « spectacle » (…) mais que pourrait-on faire d’autre que regarder ?

Mais ce n’est pas parce qu’il concerne les ados que ce livre sombre dans un côté bon enfant. Comme à son habitude, Arnaud Cathrine part du principe que l’on peut parler de tout, même aux plus jeunes, du moment que l’on prend les mots qu’il faut. À la place du cœur n’est ni mielleux, ni tendre, ni facile. Il déborde surtout de sincérité, il prend aux tripes. Sans pudeur, Arnaud Cathrine parle du ressenti d’une génération entière qui découvre l’horreur sur les écrans de télévision et de portables comme, quelques années plus tôt, une autre génération voyait en direct les tours du World Trade Center s’écrouler. L’histoire est à la fois heureuse et tragique, basculant entre l’exaltation d’un premier amour et l’horreur qui laisse totalement démuni. C’est la vie tout simplement. Celle qui nous apprend que le bonheur est sans cesse à reconquérir.

La terreur s’était abattue sur notre pays mais on était tous là, les jeunes, les vieux, les enfants, les Parisiens, les provinciaux, la juive, le gaucho, l’athée. (…) On était tous là alors voilà : ça n’arriverait plus jamais.

C’est insupportable d’avance, c’est sublime, c’est ma vie, c’est la France à dix-sept ans.

Voilà donc déjà deux ans que les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher ont eu lieu. Deux ans que nous sommes descendus par millions dans les rues, protester contre l’impensable et se sentir vivant dans cette foule immense et solidaire. On voudrait croire que c’est passé mais non. En lisant À la place du cœur, en repensant à ce mois de janvier 2015 où tout a changé, c’est toujours la même émotion qui nous happe. Les mêmes questions sans réponses, incapables que nous sommes à trouver un sens à tout cela.

Je suis en vie.
Nous sommes en vie.
Pas le choix.

La deuxième saison de ce diptyque sortira le 23 mars 2017. Nous vous recommandons également l’écoute de Frère Animal Second Tour d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet.

2016 – 243 pages – ISBN : 978-2-221-19333-4
Editions Robert Laffont, Collection R

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here