Une nouvelle jeunesse pour le cloître du Mont-Saint-Michel

La restauration du cloître du Mont-Saint-Michel

Posé sur son rocher, le Mont-Saint-Michel semble avoir traversé les siècles sans encombres. Il n’en est pourtant rien, son histoire a été rythmée par les incendies et les destructions (voir notre article Le Mont-Saint-Michel : treize siècles d’histoire(s)). Si l’on peut aujourd’hui visiter ce chef d’oeuvre c’est grâce aux nombreuses campagnes de restauration qui ont permis de le préserver. Un défi permanent qui perdure puisque le Mont subit encore les affres du temps.

Depuis 2007, le Centre des Monuments Nationaux qui gère l’abbaye, a consacré plus de 20 millions d’euros à son entretien. Certains de ces chantiers comme la restauration de la statue de l’archange en 2016, sont particulièrement visibles mais la plupart se font bien loin des médias et des visiteurs qui ne soupçonnent pas les efforts déployés pour préserver ce joyaux.

Un chantier d’envergure pour restaurer le cloître

Débuté en janvier dernier, un nouveau chantier d’envergure a été initié visant cette fois à restaurer le cloître. Achevé en 1228, ce dernier est situé au sommet de la Merveille, à 80 mètres de hauteur. Chef d’oeuvre de l’art gothique normand, il fut un vrai défi pour ses architectes qui ont dû concevoir une construction suffisamment légère pour ne pas affaiblir le cellier et la salle des chevaliers, sur lesquels il repose.

L’un des principaux objectifs de ce chantier est de restituer le niveau d’origine du sol. En effet, des fouilles archéologiques ont révélé un sol situé 35 à 40 cm en dessous du niveau actuel. Il est prévu de le recouvrir par des dalles de granit afin de revenir à un niveau plus bas (30 cm en dessous du niveau actuel) tout en protégeant le sol médiéval. Une intervention qui peut sembler anecdotique mais qui permettra pourtant de retrouver une impression d’élévation de la colonnade et ainsi de mieux apprécier le cloître. Par ailleurs, les sculptures ne seront plus à la portée de visiteurs et donc protégées de dégradations éventuelles. Le chantier servira également à rétablir l’étanchéité, à améliorer la ventilation, à consolider les sculptures et à traiter la charpente.

Organisé en deux phases pour laisser le cloître ouvert à la visite, le chantier sera visible par les visiteurs jusqu’à sa fin, prévue en novembre. Un dispositif qui permet également de sensibiliser aux enjeux de préservation du patrimoine.

Participez à la conservation de la Merveille

Pour soutenir les opération de sauvegarde de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, et plus globalement de l’ensemble des monuments gérés par le Centre des Monuments Nationaux, vous pouvez participer à l’opération “Ma pierre à l’édifice” et faire un don en ligne qui, selon son montant, ouvre droit à certains avantages.

Vous pouvez également contribuer en achetant une marinière Saint-James arborant sur la manche la silhouette du Mont-Saint-Michel. Vendue au prix de 45 €, 2,5 € sont reversés au Centre des Monuments Nationaux. Ces marinières sont fabriquées en France, non loin du Mont.

La marinière Saint James aux couleurs de l'abbaye du Mont-Saint-Michel

La marinière Saint James aux couleurs de l’abbaye du Mont-Saint-Michel

Informations pratiques :

Abbaye du Mont-Saint-Michel
50170 Le Mont-Saint-Michel
www.abbaye-mont-saint-michel.fr

Ouvert toute l’année sauf les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
De 9h à 19h du 2 mai au 31 août
De 9h30 à 18h du 1er septembre au 30 avril

Plein tarif 10 € / Tarif réduit 8 € / Gratuit pour les moins de 26 ans
Des visites commentées sans supplément et sans réservation ont lieu avec départs réguliers
Des visites conférences avec accès à des salles fermées (dont Notre-Dame-Sous-Terre) sont organisées les week-ends et pendant les vacances scolaires pour découvrir l’abbaye de façon plus approfondie. Tarifs : 13 € / 9 €

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

  1. 26 juin 2017

    […] Lire l’article en entier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.