Alfred de Musset – On ne badine pas avec l’amour

Résumé :

Après dix années de séparation, Perdican retrouve sa cousine Camille qu’il doit épouser. Mais entre les deux jeunes gens, l’innocence de leur enfance a disparue. Perdican et Camille s’aiment toujours mais cette dernière, très influencée par les sœurs du couvent où elle a passé les dernières années, a perdu confiance dans les hommes et préfère vouer sa vie à Dieu plutôt que de risquer de souffrir auprès de Perdican.


Alfred de Musset - On ne badine pas avec l'amourAvis :

Je me demande s’il est possible de rester totalement indifférent à cette pièce. L’histoire de Camille et Perdican a beau avoir un côté tragique, tous ceux qui se sont un jour aventurés à aimer doivent forcément se retrouver dans ce que vit le jeune couple.

Le côté universel et réaliste de cette histoire vient probablement du fait que Musset l’a écrite peu de temps après avoir été quitté par George Sand. Sans doute partageait-il la douleur de Camille. Après leur séparation, George Sand et Alfred De Musset ont commencé une correspondance qui aurait nourri cette pièce, Musset allant jusqu’à reprendre des passages des lettres de George Sand pour les intégrer dans la pièce.

Même s’il s’agit d’un drame romantique, la pièce est légère frôlant parfois la comédie. Autour du couple, le baron et Dame Pluche, respectivement chargés de l’éducation de Perdican et de Camille, sont vite dépassés par les événements. Une façon pour Musset de souligner le fossé générationnel qui existera toujours entre les précepteurs et les enfants dont ils ont la charge. L’écrivain profite également de cette pièce pour dresser une critique de la religion, dénonçant une éducation cherchant à priver les jeunes filles du bonheur terrestre.

Finalement, même si On ne badine pas avec l’amour date de près de 180 ans, l’œuvre reste d’actualité. Comme le disait Brigitte Fontaine dans un style bien plus contemporain « les voilà partis pour ce que certains blancs-becs appellent l’amour et d’autres blancs-becs illusion. Il n’y a que des blancs-becs partout, comme ça c’est clair ».

Extrait (Acte II, Scène 5) :

PERDICAN. Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu’on te fera de ces récits hideux qui t’ont empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.

 
Note : 

1834 – 128 pages – ISBN : 978-2-253-18003-6
Alfred De Musset (1810-1857) – Français

 

Antoine Vitek

Fondateur de Culturez-vous. Organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Amoureux des livres, de Paris et de ses musées. Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

2 commentaires

  1. Poppilita dit :

    ca me rappelle la belle annee du bac francais
    j avais adore cette piece et toutes les autres d ailleurs
    ce serait une bonne idee de se replonger dedans

  1. 2 décembre 2012

    […] Il n’en reste pas moins que je referme ce livre en restant sur une belle impression tant la beauté de certains passages arrive à effacer l’ennui parfois éprouvé. Il y a de nombreux extraits que j’ai adorés, vous en trouverez une sélection ci-dessous. Au final, comme toutes les peines de cœur, cette histoire pourrait être résumée par la citation de Musset : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.