Daniel Pennac – Le roman d’Ernest et Célestine

Résumé :

Tout ou presque sépare Ernest et Célestine : lui est un ours (ni gros ni maigre), elle est une souris (ni petite ni grande). Ils ont cependant un point commun, ils se rêvent tous les deux artistes alors que leurs congénères ne l’entendent pas du tout de cette oreille. C’est en tentant d’échapper à leur destin qu’ils se rencontrent et décident de s’entraider, débutant ainsi une amitié hors du commun mais qui n’est pas du goût de tous.


 

Avis :

Daniel Pennac - Le roman d'Ernest et CélestineAvant de me plonger dans ce roman, je n’avais jamais entendu parler d’Ernest et Célestine. Je dois avouer que c’est le nom de Pennac sur la couverture qui m’a incité à le lire (un auteur que j’apprécie tout particulièrement comme vous le savez déjà). C’est donc en lisant ce livre que j’ai appris qu’Ernest et Célestine est une série de livres illustrés signés Gabrielle Vincent. Daniel Pennac nous explique qu’il a mené pendant de nombreuses années une correspondance avec cette écrivaine et illustratrice belge et c’est en hommage à son amie, disparue en 2000, qu’il a décidé de raconter cette histoire.

Mais venons-en au livre ! Sans surprise c’est une petite merveille, Pennac n’a rien perdu de son talent de conteur que l’on a pu tant apprécier dans la saga Malaussène. Dès le premier chapitre, il fait tout pour que l’on soit au plus proche de l’histoire : Ernest, Célestine et l’auteur lui-même se présentent puis discutent comme si nous étions en train d’écouter la conversation de trois vieux amis. S’en suit alors un roman à la fois tendre et drôle avec ce qu’il faut de suspens et de péripéties pour être absorbé par l’histoire de la première à la dernière page. Pennac va jusqu’à s’amuser à nous faire entrer complètement dans le récit puisque même le lecteur discute directement avec les protagonistes.
Un petit mot sur le forme : le livre est vraiment beau, avec un marque page en tissu et quelques dessins en couleur, il est agréable de voir que Casterman a porté autant de soin à l’impression de cet ouvrage.

En bref, j’ai pris beaucoup de plaisir avec cette lecture qui devrait plaire autant aux petits qu’aux grands enfants ! A noter enfin que ce livre est également à la base d’un film d’animation qui sortira dans le salles le 12 décembre et dont voici la bande annonce :

 

Extrait :

 

Célestine soigna si bien Ernest qu’un beau matin il se réveilla guéri.

– Regarde, Célestine, je suis guéri !

Elle accourut et le vit, debout sur son lit, en train de jongler avec trois oreillers.

– Je suis le roi des jongleurs ! Tu savais ça ?

– Bof, tu serais bon si tu jonglais avec quatre oreillers ! dit Célestine.

A peine eut-elle jeté ce défi qu’Ernest l’attrapa et la lança en l’air, dans le rôle du quatrième oreiller ! La chambre d’Ernest tournoyait autour de Célestine. Elle frôla le plafond, elle frôla le plancher. « Arrête, Ernest, arrêêêête » (ce qui voulait dire « continue, Ernest, continue »). Célestine riait si fort que, dehors, un lapin se mit à rigoler. Le rire du lapin passa à un écureuil, de l’écureuil au lièvre vigilant, du lièvre au renard en maraude, du renard à une biche, si bien que, ce matin-là, malgré la neige qui était tombée toute la nuit, la forêt se réveilla en riant.

 
Note : 
 

Il s’agit de ma 7e lecture parmi les livres de la rentrée littéraire 2012, ce livre marque mon succès (un peu tardif !) au challenge du 1 % de la rentrée littéraire ! Retrouvez sur cette page les autres livres de la rentrée littéraire 2012 présentés sur ce blog.

2012 – 199 pages – ISBN : 978-2-203-04721-1
Daniel Pennac – Français

 

Antoine Vitek

Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

Vous pourriez aussi aimer...

3 commentaires

  1. Nahe dit :

    Je le note : j’ai beaucoup lu Ernest et Célestine quand les enfants étaient petits, une série merveilleuse !

    • Antoine dit :

      Comme je le disais, je n’ai jamais lu Ernest et Célestine avant, du coup ça a été une découverte pour moi.
      Pennac explique qu’il était proche de Gabrielle Vincent alors je pense qu’il a vraiment dû garder l’esprit initial de cette histoire, ça ne devrait donc pas te décevoir.

      Tu me donneras ton avis si jamais tu le lis 🙂

  1. 24 novembre 2012

    […]  Antoine 7/7 1% novembre « L’homme-joie » de Christian Bobin   « La vie » de Régis de Sa Moreira  « Dieu n’est même pas mort » de Samuel Doux  Coquillette la Mauviette », d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet (jeunesse) le dernier Ken Bruen (roman policier) Bernard Pivot – Oui, mais quelle est la question ? Daniel Pennac – Le roman d’Ernest et Célestine  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.