Vous n’avez plus que quelques jours pour aller méditer sur le réchauffement climatique devant « Where the Tides Ebb and Flow ». Cette œuvre poétique et engagée sur le thème de la montée des eaux, créée par Pedro Marzorati, est installée dans le lac du Parc Montsouris du 10 octobre jusqu’au 15 décembre (donc jusqu’à mardi prochain), à l’occasion de la COP21.

32 sculptures d’hommes recouverts de peinture bleue métallisée ont ainsi été placées en une longue ligne dans le lac,  formant une courbe où chacun est immergé à différents degrés : certains jusqu’à mi-torse, d’autres jusqu’au cou. Regardant vers la rive, ils semblent dévisager les promeneurs assis sur les bancs, les interpellant dans leur paisible contemplation.

Cette mise en scène illustre la montée des eaux avec les populations qui sombrent peu à peu dans les flots, justifiant le nom de l’œuvre que l’on peut traduire approximativement par « Là où les marées montent et descendent ».

Pendant que je les observais en sirotant un café blanc – cette infusion sucrée à base d’eau de rose et de fleur d’oranger, que l’on trouve à 2 euros sous le nom d’infusion Montsouris sur la carte de la petite buvette du parc, et que je vous conseille de goûter si vous ne la connaissez pas encore –  j’ai trouvé que l’ensemble s’insérait avec grâce dans le paysage aquatique. La disposition en ligne courbe épouse la forme du rivage tandis que les reflets de la peinture bleue font écho à la surface miroitante du lac comme si, anticipant sur leur avenir proche, les personnages étaient déjà couverts d’eau. Les oiseaux ont élu domicile sur ces statues, évoquant les rescapés en sursis d’un monde qui sombre lentement…

IMG_2023

Je suis repartie à la fois consciente de la situation et optimiste après cette contemplation. Tous identiques, regardant dans la même direction, les personnages de Pedro Marzorati nous incitent à oublier nos différences pour affronter et limiter ensemble les conséquences du réchauffement climatique. Nous interpellant depuis la marge fragile et incertaine de «  Where the Tides Ebb and Flow »,  cette œuvre  semble nous dire que tout est encore possible, que tout peut encore basculer dans le bon sens.

Horaires d’hiver du Parc Montsouris (14ème arrondissement) :

Du 25 octobre 2015 au 29 février 2016, ouverture de 8h à 17h45 en semaine, et de 9h à 17h45 le week-end.

Rome, au mois d’août, sur la Via Appia. Il est 18h, les ombres des cyprès s’allongent et les reliefs des monuments prennent vie dans le clair-obscur qui s’installe. Je m’approche de mes sœurs fascinées par le spectacle et souffle : « et là, y’a deux romains en toge qui passent… ». L’illusion se fait, nous nous croyons revenues au 1er siècle avant notre ère. Un peu de magie s’est glissée dans le voyage. C’est cette magie que je cherche partout, dans les livres, les villes, les musées… et c’est elle que j’aimerais partager dans mes articles. Rêvons ensemble !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.