Angers, la capitale de l’Anjou, est une ville qui ne manque pas de richesse culturelle : entre son château qui abrite la célèbre Tapisserie de l’Apocalypse ; ses nombreux musées ou encore la galerie David d’Angers… les passionnés de culture ont de quoi s’occuper. Le temps d’un weekend je suis parti explorer cette ville que je vous recommande vivement !

Le château d’Angers et la Tapisserie de l’Apocalypse

Édifie au XIIIe siècle, le château d’Angers est une impressionnante forteresse flanquée de 17 tours massives construites par alternance en schiste et en tuffeau ce qui donne au château cette allure zébrée si particulière. Plus qu’un château, ce monument est aujourd’hui l’écrin du chef d’oeuvre de la ville : la Tapisserie de l’Apocalypse, le plus grand ensemble de tapisseries médiévales au monde.

La Tapisserie de l'Apocalypse d'Angers
La Tapisserie de l’Apocalypse, au château d’Angers

Mais avant d’arriver au château d’Angers, la Tapisserie a connu bien des péripéties. Créée à la fin du XIVe siècle, la tapisserie fut commandée par le duc Louis Ier d’Anjou à une époque où l’Europe était marquée par la peste noire et la guerre de Cent Ans. Offerte par la suite à la cathédrale d’Angers, la Tapisserie sera malmenée à la Révolution : on l’utilise alors comme protection pour les arbres ou comme doublure de rideaux (!) ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que l’on prendra conscience de sa valeur. L’Apocalypse d’Angers est présentée au public au château d’Angers depuis les années 1950.

> LIRE AUSSI : La folle épopée de la tapisserie de l’apocalypse d’Angers

 

La Galerie David d’Angers

Pierre-Jean David (1788 – 1856), enfant du pays dit David d’Angers, était un sculpteur de grande renommée. On lui doit une très grande quantité de monuments, bustes, statues… il est notamment l’auteur du fronton du Panthéon.

L’ancienne abbaye Toussaint d’Angers sert aujourd’hui de galerie pour présenter quelques-unes des œuvres monumentales du maître. On y trouve notamment 23 statues, 44 bustes et un modèle en plâtre du fronton du Panthéon.

Galerie David d'Angers

En déambulant au milieu de ces sculptures, on se trouve face à une multitude de grands hommes tels que Bichat, médecin célèbre pour ses recherches en anatomie, Ambroise Paré, père de la chirurgie, Gutemberg ou encore Condé le général des armées de Louis XIV.

 

Le Musée des Beaux Arts

A deux pas de la Galerie David d’Angers, le musée des Beaux Arts d’Angers présente environ 900 œuvres. Rénové en 2004, il offre une scénographie moderne particulièrement agréable.

Musée des Beaux-Arts d'AngersLe parcours est constitué en deux axes, un premier sur l’histoire de la ville et un second sur les beaux-arts. Ce dernier présente des œuvres allant des Primitifs jusqu’au XXIe siècle. Parmi les chefs d’œuvres exposés, on pourra admirer des toiles de Ingres, Greuze, Joardens, Lippi, Hubert Robert ainsi que de nombreuses créations contemporaines de François Morellet.

Musée des Beaux-Arts d'Angers

Un musée qui peut se visiter en famille grâce aux nombreux dispositifs jeune public disséminés dans les salles : puzzles et jeux de mimes aident à rendre la visite vivante.

 

L’Hôpital Saint-Jean

Construit au XIIe siècle, ce monument abritait jusqu’en 1870 l’Hôtel-Dieu d’Angers. Transformé par la suite en musée, il accueille depuis 1967 le musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine.

Musée Jean Lurçat
Musée Jean-Lurçat

Ce musée apparaît comme un écho contemporain de la Tapisserie de l’Apocalypse et présente notamment un ensemble de dix tapisseries de Jean Lurçat. Moins de quinze ans après la seconde guerre mondiale et profondément marqué par l’apparition de la bombe atomique, l’artiste a cherché à y présenter ce qu’il adviendrait de l’humanité si l’homme utilisait à nouveau la force nucléaire. Ainsi, sur “L’homme d’Hiroshima” (1957) il montre l’homme et la religion en train de disparaître. Sur “La fin de tout” (1959), après la bombe il n’y a plus rien, juste de la poussière qui retombe dans un grand silence. A contrario, sur d’autres tapisseries, il présente un scénario inverse où la bombe n’explose pas. L’homme est alors représenté en gloire dans la paix.

 

Bon à savoir : en Ouigo, depuis Paris et la gare Montparnasse, vous pouvez rejoindre Angers en 1h40 et pour moins de 20 €. Pratique pour se programmer une escapade à moindre frais !

 

Merci au Centre des Monuments Nationaux, à la ville d’Angers et à Intercité / SNCF pour leur accueil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.