Beaufort 2015, c’est un peu le monde à l’envers. Alors que le street art entre sagement au musée et se pelotonne sur les murs des galeries, les commissaires de la triennale intitulée Buiten de Grenzen (Au-delà des Frontières) envoient les œuvres faire l’école buissonnière.  Vous êtes invités tout l’été à aller les débusquer, dans une grande partie de cache-cache sur la côte belge.

Invité spécial de la triennale, le collectif A Dog Republic, réuni autour de l’architecte Yona Friedman, abat les cloisons – spatiales et temporelles – du musée. La rue, la plage, les réserves naturelles deviennent d’immenses terrains de jeux où les kiosques poussent comme des champignons et où les vacanciers sont invités à dessiner des licornes géantes. Les transats y prennent le soleil le jour et la musique la nuit.

A Dog Republic, Tour en bambou, 2015, Musée Promenade, De Nachtegaal
A Dog Republic, Tour en bambou, 2015, Musée Promenade, De Nachtegaal

L’architecture représentée est celle des cabanes d’enfants, cimentées par l’imaginaire, et des abris nomades. Le Pavillon Catalan de Marti Anson est un bungalow d’été mobile en perpétuelle construction. Chacun des hôtes qui l’accueillent en disposent à leur guise, comme on prête les clés de sa maison de vacance à un ami, à condition d’y ajouter un élément – ici huit fenêtres et une porte.

Marti Anson, Pavillon Catalan, Musée Promenade, De Nachtegaal
Marti Anson, Pavillon Catalan, Musée Promenade, De Nachtegaal

Il ne suffit pas de poser une œuvre dans l’espace public pour prétendre mettre l’art à la portée de tous. L’appropriation par le jeu permet une désacralisation salutaire. Face aux reflets verts de la mer du Nord, une Iconostase aussi baptisée Musée de la Mer, forme une cloison poreuse au bout de la jetée. Au gré des marées, l’eau qui la couvre et la découvre y expose ce qu’elle veut y laisser en guise d’icônes. Les centaines d’anneaux métalliques qui la composent ont été assemblés par A Dog Republic sans plan ni dess(e)in préalable, comme dans un grand jeu de construction. Bien sûr, tout le monde a le droit de toucher.

A Dog Republic, Iconostase, 2015, Raversyde
A Dog Republic, Iconostase, 2015, Raversyde

« Buiten de Grenzen » explore toutes les frontières. Les facultés de l’entendement humain, la folie, la vie et la mort sont autant de lisières ténues effilochées par les artistes. Avec 20.000 Gun Shells, Matias Faldbakken investit un paisible observatoire d’oiseaux de la réserve naturelle du Zwin. D’abord saisi par la calme grandeur du paysage et le contraste lumineux, le spectateur ne voit que dans un second temps qu’il piétine un tapis de douilles dorées. « Comment se fait-il que les hommes se battent… mais pas pour cela ? » commente, mélancolique, la commissaire Hilde Teerlinck en désignant la nature encore préservée.

Pour vous aider dans votre chasse au trésor sur la côte belge, pas d’application (ce serait trop facile !) mais une carte qui sera actualisée au fil de l’été, ou le seul plaisir de vous laisser surprendre au détour d’un chemin.

[box]

Informations pratiques :

Buiten de Grenzen, du 21 juin au 21 septembre 2015

Het Zwin – Raversyde – De Nachtegaal

Entrée : 5€

http://beaufort2015.be/fr

[/box]

PARTAGER
Passionnée par l'histoire de l'art et l'économie de la culture, en résulte un faible pour les artistes maudits et les artistes rentables. J'aime les musées comme autant de résidences secondaires dont je me propose de vous faire découvrir ici quelques pièces. Pour le reste, je moissonne le champ des possibles.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour Claire,
    Voulez-vous me donner l’autorisation de mettre votre photo Musée de la Mer (Iconostase) ci-dessus sur mon website, biensûr avec mention de votre nom?
    J’aime bien votre exposé.
    Excusez moi pour mon Français.
    Cordialement,
    Marc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here