Au XIXème siècle, la diffusion du chemin de fer eu une grande influence pour la création artistique, les peintres pouvant aller plus facilement en dehors des villes, découvrir de nouveaux paysages et de nouvelles inspirations. Le bouche à oreille est alors essentiel et se forment ainsi des communautés de peintres dans des lieux jugés inspirants et agréables. Ce fut le cas à Auvers- sur-Oise. La ville est donc étroitement associée à l’histoire de la peinture du XIXème siècle, notamment de la peinture impressionniste et de Van Gogh.

C’est cette histoire que raconte aujourd’hui le parcours proposé par la ville « Sur les pas des Illustres : aux sources de l’Impressionnisme » qui s’articule autour des lieux foulés par les peintres comme Corot, Daubigny, Daumier, Gachet ou Van Gogh et de la présentation de leur démarche artistique au sein du Musée Daubigny ou du Château d’Auvers-sur-Oise.

A l’instar du héros des « Gardiens du Louvre », découvrons un peu cette ambiance, au sein des pierres et des lieux foulés par ces artistes.

Visiter les lieux intimes des peintres

Plusieurs maisons et lieux de vie de peintres sont aujourd’hui ouverts à la visite : maisons-ateliers de Daubigny et d’Émile Boggio, maison du Docteur Gachet, nouvellement labellisées « Maisons des Illustres » par le Ministère de la Culture en 2015 et en 2018, et la célèbre l’auberge Ravoux, où Van Gogh vécut à la fin de sa vie.

Détail du décor de l’atelier de Daubigny

La maison atelier Daubigny

En 1861, Charles François Daubigny s’installe à Auvers-sur-Oise où il fait venir ses amis artistes ; c’est la naissance du premier foyer artistique du village.

Sa maison vaut le détour du fait des décors muraux qui ornent les murs. Principalement lors des jours de pluie, Daubigny, aidé par ses enfants mais aussi ses amis peintre comme Corot, Daumier ou encore Oudinot, entreprirent en effet de décorer les murs de la maison. La chambre de sa fille mais aussi l’atelier ou l’entrée présentent donc des scènes d’enfance, de nature et des motifs floraux.

L’atelier de Daubigny demeure la pièce maîtresse, grâce à son impressionnante hauteur de plafond qui permettent des fresques géantes, contrastant avec les boiseries.

Informations pratiques : Jeudi et vendredi : 10h-12h et 14h-18h30 – Samedi et dimanche : 14h-18h30 – Plein tarif : 6 euros, tarif réduit : 4 euros – Site Internet : www.atelier-daubigny.com

Vue de l’atelier de Daubigny © Colombe Clier – MCC – Fondation Le Corbusier

« Les Gardiens de Louvre » de J. Taniguchi (extrait) – Editions Futuropolis/Louvre Editions

Vue de l’atelier de Daubigny © Colombe Clier – MCC – Fondation Le Corbusier

La maison du docteur Gachet

Le docteur Gachet est un personnage important dans le microcosme social de l’époque. A la fois médecin, amateur d’art et artiste lui-même, c’est lui qui accueilli Van Gogh lors de son arrivée à Auvers, sur la recommandation de Pissarro.

La maison abrite, du 24 mars au 24 juin une exposition sur la « mélancolie », considérée comme une maladie au XIXème siècle. Outils et comptes rendus médicaux côtoient représentations plus artistique de ce spleen qui fut le sujet de recherche central du docteur Gachet.

Informations pratiques : ouvert de 10h30 à 18h30, fermé les lundis et mardis. Entrée gratuite

Maison du Docteur Gachet © Erik Hesmerg

La chambre de Van Gogh

Nous vous l’avions déja présenté lors d’une précédente visite à Auvers, le lieu sûrement le plus connu de la ville demeure l’Auberge Ravoux, également appelée « maison de Van Gogh ». En effet, c’est là que Van Gogh vécut les soixante-dix derniers jours de sa vie. Fasciné par les paysages et notamment les champs, il peignit dans cette courte période près de 80 toiles, dont certaines demeurent les plus emblématiques de son œuvre.

« Van Gogh, c’est un type, il est sur le quai de la gare, il prend le train pour Auvers. Il a cent tableaux à peindre, trois mois à vivre, il s’appelle Van Gogh et il n’en a rien à foutre. »

Maurice Pialat

Cette frénésie créative contraste avec le dénuement et l’étroitesse de sa chambre. La chambre fut conservée en l’état pendant des années, la superstition empêchant de louer ou d’occuper la chambre d’un suicidé. Son propriétaire actuel, passionné des résidences d’artiste, aimerait pouvoir y exposer un tableau du peintre.

L’auberge au rez-de-chaussée est également restée la plus fidèle possible à celle de l’époque et évoque les cartes postales en noir et blanc d’un café du XIXème siècle.

La chambre de Van Gogh à l’auberge Ravoux

« Les Gardiens de Louvre » de J. Taniguchi (extrait)

Devanture de l’Auverbe Ravoux © Erik Hesmerg

Informations pratiques : ouverture du 1er mars au 28 octobre 2018 – Du mercredi au dimanche, de 10h à 18h – Site Internet : www.maisondevangogh.fr  

En apprendre plus sur l’art

Impressions marines au Musée Daubigny

La ville abrite un musée Daubigny qui présente, bien entendu, des œuvres du dit peintre mais également des expositions en résonnance avec la saison culturelle de l’année.

Du 24 mars au 26 août 2018, le musée présente donc « Impressions marines ». Il s’agit alors de découvrir le paysage marin normand tel qu’il a été représenté au XIXème siècle. Elle présente essentiellement des artistes de l’« école de la nature » (Corot, Huet, bien sûr Daubigny) mais également de réalistes comme Courbet ou Millet.

Charles-François Daubigny, La Seine à Herblay

Camille Corot, « Honfleur »

On y voit d’abord la diversité des paysages, entre ciels menaçants, tempêtes et mer paisible. Parmi les falaises, les plages, au cœur de l’océan, la peinture d’une telle nature est une invitation à la méditation et la contemplation.

L’exposition nous suggère également l’émulation artistique qu’il pouvait y avoir entre les peintres, qui se côtoyaient, à Auvers, à Paris ou ailleurs en Normandie. La peinture de la mer est alors l’occasion d’expérimentations.

Une dernière salle présente en regard des œuvres du XIXème siècle avec celles de l’artiste contemporain Patrick le Corf. Celui-ci s’inspire des techniques impressionnistes en apposant la peinture en couches épaisses. Le thème est là aussi la mer, mais une mer qui viendrait à déborder du tableau, par sa matière même.

Jules Dupré, La Mer en vue à Cayeux (Musée Daubigny)

Patrick Le Corf, Horizon 1 (2017)

Informations pratiques : ouverture du mardi au vendredi : de 14h à 17h30 – Le samedi, dimanche et jours fériés : 10h30-12h30 et 14h-17h30 – Horaires spéciaux en juillet-août : mardi au dimanche, 10h30-12h30 et 14h-17h30 – Tarif plein : 5 euros, tarif réduit : 2 euros – Site internet : www.museedaubigny.com/

 

Le château d’Auvers-sur-Oise

Le château d’Auvers-sur-Oise date du XVIIème siècle et fut transformé à plusieurs reprises. Aménagé en terrasses horizontales, il offre un beau point de vue sur la vallée de l’Oise ainsi qu’un agréable jardin.

Mais l’essentiel de la visite tourne autour d’un parcours intitulé « Vision Impressionniste – Naissance et Descendance ». Équipé d’une console digitale (et d’un casque) qui lance les commentaires automatiquement à l’entrée dans chaque salle, le visiteur est amené à découvrir l’origine de l’impressionnisme, son histoire et ses liens avec les mouvements picturaux qui lui ont succédé.

L’ensemble est très didactique. Les images viennent tapisser les murs entiers pour présenter les œuvres parfois jusqu’au détail. Elément intéressant : la plupart des textes que le visiteur entend sont issus des correspondances ou de témoignages de l’époque. De plus, les images viennent mettent en relation les paysages d’Auvers avec les peintures impressionnistes, comme pour donner à voir la nature mise en peinture.

 

 « Vision Impressionniste – Naissance et Descendance »

Le château présente cependant (trop ?) peu de tableaux mais quelques les pièces maîtresses comme La gare d’Argenteuil de Monet (1872) et Bateau à l’ancre à Argenteuil de Caillebotte (1891). A voir plutôt pour son parcours multimédia qui demeure un excellent cours d’histoire de l’art en trois dimensions.

Informations pratiques : ouverture du mardi au dimanche – Du 1er avril au 30 septembre : 10h-18h – Du 1er octobre au 31 mars : 10h-17h – Plein tarif : 15 euros, tarif réduit : 9 euros – Site Internet : www.chateau-auvers.fr

Déambuler dans la ville et ses alentours

Visiter Auvers c’est aussi se promener dans les rues, retrouver l’église peinte à plusieurs reprises par les artistes impressionnistes, déambuler aux bords d’Oise, pour la même raison. Peut-être y croiserez vous l’esprit d’un grand peintre…

Eglise d’Auvers

©Musée d’Orsay – L’église d’Auvers par Van Gogh

 L’église d’Auvers vu par J. Taniguchi

A visiter en une journée ou un week-end, Auvers-sur-Oise permet une immersion originale dans l’histoire de la peinture du XIXème siècle. A travers les anciens lieux de vie des artistes, mais aussi des réminiscences créées par les paysages et les bâtiments, on y touche du doigt l’intimité de la création impressionniste. Côté pratique, à partir de la gare d’Auvers, tout peut facilement se faire à pieds.

« Sur les pas des Illustres : aux sources de l’Impressionnisme », Saison touristique et culturelle d’Auvers-sur-Oise du 24 mars au 4 novembre 2018

Pour plus de renseignements, retrouvez ici le site de l’Office de Tourisme d’Auvers : www.tourisme-auverssuroise.fr

Passionnée par la littérature, la philosophie, l’histoire, l’animation japonaise et mille autres choses encore. Je cherche la poésie lovée au creux des choses. Car oui, « La poésie, c’est le plus joli surnom que l’on donne à la vie » (Prévert).