Résumé :

Dans le pays imaginaire de Katamalasie, Chaïdana et son peuple vivent des moments bien difficiles. Leur pays est dirigé par un dictateur cruel : le Guide Providentiel. Ce monde irréaliste d’une grande violence et  avec ses morts qui refusent de mourir, est une dénonciation forte de situations parfois tout aussi violentes mais malheureusement beaucoup moins irréelles.


 

Avis :

Sony Labou Tansi - La vie et demieVoici un livre qui ne ressemble à aucun autre. Très rapidement il peut faire penser à « 1984 » d’Orwell ou encore « Le meilleur des mondes » d’Huxley en ce sens où les régimes totalitaires sont fortement dénoncés. Différence, mais de taille c’est qu’ici cette dictature pourrait être actuelle. Malgré tout, tout est fictif dans ce livre : pays imaginaire, phénomènes parfois surnaturels… c’est sûr, cette histoire n’est pas réelle. Et pourtant… pourtant tout au long de ce livre on ne peut pas s’empêcher de se dire qu’il y a un peu du déjà vu, ou bien que le danger n’est pas vraiment écarté dans tous les pays du monde.

Au-delà de l’histoire, le style est bien particulier. Tout va très vite, tout se mélange, on est parfois presque perdu dans l’histoire et on comprend vite que le réel n’est pas là et heureusement car ce genre de choses ne doit pas exister. Bref, un livre bourré d’imagination, un vrai cri de révolte.

 

Extrait :

 
[box]

– Où est-elle ? tu vas le dire ou bien je te mangerai cru.

Le docteur pensa à ce jour de mai où son père se tua en lui laissant une phrase dans les oreilles : « J’ai assez d’arguments pour tuer la vie. » Il voulait et avait essayé de la haïr, mais la haine, c’est finalement trop vaste pour un père que vous avez surpris en flagrant délit de peur. La solitude. La solitude. La plus grande réalité de l’homme c’est la solitude. Quoi qu’on fasse. Simulacres sociaux. Simulacres d’amour. Duperie. Tu es seul en toi. Tu viens seul, tu bouges seul, tu iras seul, et…

– Où est-elle ?

Même cette voix qui demande est une forme de solitude. C’est bien fait d’ailleurs. Tu n’existerais pas autrement. Seul dans cette nudité qu’on éparpille. Et quand ça te fait peur, tu montes frapper à tous les corps, à tous les autres, pour réveiller le simulacre. Toute vérité tue.

[/box]

 
Note : 
 

1979 – 192 pages – ISBN : 978-2-02-035306-9
Sony Labou Tansi (1947-1995) – Congolais

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

 

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here