Dans le cadre de l’événement Renaissance organisé par Lille3000 et de l’année de la Corée en France, le Tripostal rassemble le temps d’une exposition colorée, interactive et surprenante, les œuvres d’artistes coréens contemporains d’envergure internationale.

Séoul vite, vite ! tire son nom d’un expression souvent entendue en Corée, « Séoul, bbali, bbali! » ou en anglais « Seoul, quick, quick! », traduisant l’hyperactivité de cette ville et toute sa complexité : géante, dense, dynamique, cette métropole s’est métamorphosée en une quarantaine d’années. Elle est ainsi passée d’un mode de vie traditionnel et parmi les plus pauvres de la planète, à une hyper-modernité extrême, comptant désormais sur l’échiquier des grandes puissances économiques mondiales.

Cette mutation éclair fait de Séoul une ville au visage joyeux et entrainant, mais aussi parfois tendu et complexe, dans cette course folle vers la modernité. Source d’inspiration et de créativité, cette capitale culturelle foisonnante bénéficie d’une scène artistique étonnante, encore une fois à la frontière entre tradition et modernité.

Cette exposition du Tripostal offre ainsi au visiteur une expérience de visite mémorable, susceptible de plaire à tous les âges, à la découverte d’une culture que l’on connaît (trop) peu en Europe. Des œuvres symboliques de l’identité coréenne ponctuent un parcours haut en couleurs et découvertes, à commencer par les installations monumentales de l’icône « Pop Art » Choi Jeong Hwa. Elles accueillent le visiteur d’un foisonnement de guirlandes de plastiques recyclés (bouchons, pots de yaourts, bouteilles…), tandis que suit une reconstitution de son atelier d’artiste, remplie d’une multitude d’objets multicolores et « kitsch » à souhait.

A la croisée entre art et science, la suite du parcours propose les œuvres d’une immense finesse et technicité de Choe U-Ram, inventeur de créatures robotiques fascinantes, imitant les attitudes d’êtres vivants. Le visiteur les contemple avec émerveillement, tandis qu’elles se meuvent chacune à leur rythme. Deux œuvres se révèlent tout particulièrement symbolique de la croissance éclair de la Corée : il en va de ce carrousel tournant à une vitesse qui augmente progressivement, jusqu’à en faire perdre la tête ; mais aussi d’une planète créée à partir de phares de voitures encastrés, dont les lumières crépitent sans relâche. Faut-il y voir l’idée de fusion ? Une critique de la société de consommation et des voitures condamnées à s’accumuler dans des décharges ?

Ce riche parcours de visite se poursuit de peintures, films, photos, installations… tous propres à mieux révéler la Corée sous toutes ses facettes : l’on retiendra notamment ce mur de boucliers en miroirs déformants, ce mur tendu entre les deux Corée, ces clichés capturés en Corée du Nord avant la fermeture des frontières en 1957, ou encore ces uniformes regroupés sur des portants à roulette, pour marquer la force de l’esprit de communauté et de l’éducation scolaire…

Le visiteur se perdra enfin dans cette installation géante de miroirs formant un étourdissant palais des glaces, ou retirera ses chaussures pour explorer avec curiosité un appartement reconstitué, permettant de découvrir un habitat contemporain coréen typique.

Fortement immersive et marquante, on ne saurait que trop vous recommander cette exposition avant qu’elle ne prenne fin… émerveillement et surprise garantis !

Informations pratiques :

Jusqu’au 17 janvier 2016

Tripostal
Avenue Willy Brandt,
Lille, France

Du mercredi au dimanche de 10h00 à 19h00
Ouvert 7/7 jours pendant les vacances de Noël : du 19 décembre au 4 janvier

Tarif plein : 8€ / Tarif réduit : 4€

PARTAGER
Passionnée de culture : photographie, musique, cinéma, théâtre, voyage… j’aime découvrir et partager mes impressions par les mots et les photos. Depuis que Paris est devenue « ma » ville, pas une journée ne passe sans que je ne m’émerveille de sa beauté et de la multiplicité des possibles…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here