Résumé :

Au fil des pages, des quidams se succèdent, Chacun partage une bribe de son histoire, une pensée, un souvenir, avant de laisser la parole à un proche ou un lointain. Tour à tour, défilent un enfant, une étudiante, une star, un jardinier mais aussi un mort, le pape, un embryon ou même une vache ! Malgré leurs grandes différences, tous ont un point commun : cette vie qui les relie.

 

Avis :

Régis de Sa Moreira - La vieHabitant à Paris, j’ai pris l’habitude de croiser beaucoup, beaucoup de monde dans la rue ou dans le métro. Souvent, je me fais la réflexion que je côtoie chaque jour des milliers de personnes que je ne reverrai probablement jamais plus et dont la vie m’est totalement étrangère. Pourtant, pour quelques secondes, nos vies se croisent ou plutôt se frôlent puisque les interactions sont rares. Qui sont ces gens ? A quoi pensent-ils pendant cet instant ? D’où viennent-ils ? Où vont-ils ?… Autant de questions que je me pose parfois.

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que je me suis plongé dans ce livre de Régis de Sá Moreira, me disant que toutes les personnes de ce bouquin pourraient être celles que je vois dans la rue. Dans un premier temps, c’est très plaisant, les personnages se suivent mais ne se ressemblent pas (voir extrait ci-dessous) ; certaines histoires sont dramatiques, d’autres assez comiques, d’autres encore romantiques. Ça m’a un peu fait penser à une scène du (superbe) film Oslo 31 août : le personnage principal est assis dans un bar et écoute parler les quidams qui l’entourent, découvrant ainsi un peu de la vie de ces inconnus.

Cliquez sur le bouton « sous-titres » pour afficher les sous-titres en anglais

Malheureusement, passées les cinquante premières pages, la magie s’essouffle, ça devient un peu lassant. Finalement, avec ces enchaînements on reste dans le superficiel et il est parfois très frustrant de ne pas savoir ce qui arrive à certains personnages. La fin est elle aussi un peu décevante, la morale de l’histoire étant assez banale. Pour les curieux qui voudraient la découvrir, cliquez sur la petite flèche ci-dessous :

[learn_more caption= »Fin du livre »]

J’étais à quelques points de porter la coupe dans mes mains ! J’essayais de rester concentré mais je me demandais déjà avec qui j’allais fêter ça et je n’arrêtais pas de penser à mon ex-femme seule chez elle…

Dans le fond, on n’est jamais seul. Ma vie a changé le jour où j’ai réalisé ça. J’étais dans ma cuisine, c’était pas la joie, un dimanche soir après un week-end de merde, et à un moment j’ai dit quelque chose qui m’a fait éclater de rire. Ca avait déjà dû m’arriver avant mais je n’y avais jamais prêté attention, tandis que là ça a été comme une illumination. Il y avait quelqu’un avec moi, ce quelqu’un venait de me faire rire et ce quelqu’un c’est moi !

[/learn_more]

En bref, je ressors donc un peu déçu de cette histoire. J’ai lu tous les livres de Régis de Sa Moreira, j’avais beaucoup aimé Pas de temps à perdre, Le libraire et Zéro tués. Son précédent livre, Mari et Femme, m’avait laissé sur ma faim : l’idée était bonne mais pas assez exploitée. Je retrouve ce même sentiment pour La vie… dommage !

[box]
Extrait :

Un enfoiré. On hérite ensemble d’un magnifique manoir à la campagne et il préfère le vendre plutôt que le partager. Si Bonne-Maman n’était pas complètement gaga, elle en mourrait de tristesse…

Je comprends tout mais je fais semblant. C’est beaucoup plus simple. Je suis lasse des déceptions de ce monde, j’aime mieux sucrer les fraises en attendant de rejoindre Bon-Papa…

Voilà dix ans que j’attends son arrivée, je nous ai trouvé un petit nuage, je crois qu’elle va l’adorer. C’est drôle de regarder les vaches d’aussi haut, on croirait des fourmis…

Je donnerais tous mes veaux pour être une fourmi. Elles travaillent beaucoup plus que nous mais elles doivent beaucoup moins s’emmerder. Encore quarante minutes avant de voir passer l’omnibus pour Clermont-Ferrand, les autres trains vont trop vite, on n’a plus le temps d’apercevoir les passagers aux fenêtres…

Que c’est beau la France ! On dira ce qu’on voudra, c’est beau. J’en parlerais volontiers avec mon voisin mais il a l’air complètement envoûté par son téléphone.

[/box]
 
Note : 

A lire également, l’avis d’Anne-Claire, restée elle aussi sur sa faim.

 
Libfly - La voie des indés   

Livre lu dans le cadre de l’opération La Voie des indés organisée par Libfly.
 

2012 – 120 pages – ISBN : 978-2-84626-442-6
Régis de Sá Moreira (1973) – Franco-brésilien

 

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here