« Je suis né vingt-cinq siècles trop tard », confiait Iannis Xenakis. Pourtant, cet amoureux de l’antiquité grecque était résolument moderne, au point de réinventer la musique et de créer de nouvelles formes architecturales. Architecte, ingénieur, compositeur, mathématicien… Xenakis fut tout cela à la fois ce qui en fait un artiste particulièrement atypique.

A l’occasion du centenaire de sa naissance, la Philharmonie de Paris vous invite à faire connaissance avec cet artiste hors du commun, encore trop peu connu, au travers de l’exposition « Révolutions Xenakis », à découvrir jusqu’au 26 juin 2022.

Iannis Xenakis : un parcours singulier

Né en Roumanie en 1921 ou 1922, Xenakis vit une enfance paisible avec une mère qui lui offre une flûte et qui l’encourage à découvrir la musique. Mais à l’âge de 10 ans, après le décès de sa mère, le jeune Iannis est envoyé dans une pension grecque pour y recevoir une éducation anglaise. Loin de sa famille, il se plonge avec passion dans les études et le sport ; il se voit comme un antique grec qui aime la philosophie, l’archéologie, la musique ou encore les mathématiques : tout l’intéresse.

Lorsqu’il devient étudiant à l’école polytechnique d’Athènes, la seconde guerre mondiale vient de commencer et tandis que les troupes de Mussolini entrent en Grèce, Xenakis choisit de rejoindre la résistance. En 1945 il est grièvement blessé par l’explosion d’un obus. De cette période éprouvante, il gardera de vifs souvenirs qui le hanteront toute sa vie.

Lorsque les manifestants s’approchaient (…), les Nazis les attendaient avec des chars qui tiraient alors dans la foule. Des cris de colère, de douleur, de peur, de mort, remplaçaient soudainement les scansions bien rythmées qui se trouvaient transformées en un fantastique chaos de centaines de milliers de voix qui remplissait la ville entière. – Iannis Xenakis

En 1947, il reprend ses études tout en continuant la lutte politique. Persécuté, il est contraint de fuir la Grèce pour les États-Unis avant d’obtenir le statut de réfugié politique en France.


Le pavillon Philips et la naissance des « Polytopes »

Recruté comme ingénieur chez Le Corbusier, il se voit confier la réalisation d’une partie des bâtiments du célèbre architecte. Dans le cadre de l’Exposition universelle de 1958 à Bruxelles, il donne ainsi naissance au Pavillon Philips qu’il dessine entièrement.

Iannis Xenakis et Le Corbusier
Iannis Xenakis et Le Corbusier en partance pour Bruxelles, 1958, photographie du service de presse et d’information SABENA
Exposition Xenakis à la Philharmonie de Paris
Croquis d’étude pour le pavillon Philips, vers 1957 © Collection Famille Xenakis

Parallèlement, Xenakis poursuit ses recherches musicales et imagine une nouvelle forme de musique mêlant art et science, élaborée grâce à l’architecture et aux mathématiques. Il crée des partitions de manière graphique avant de les transposer de façon traditionnelle. Si bien que ses partitions semblent être des œuvres d’art à part entière.

Le Diatope de Beaubourg par Xenakis
Vue de l’intérieur du Diatope de Beaubourg, 1978, DR

Invité en 1967 à créer une œuvre pour le pavillon français de l’exposition universelle à Montréal, Xenakis donne naissance à son premier « Polytope », un spectacle son et lumières, véritable synthèse de sa pensée, incroyablement novateur pour son temps.

Entre 1972 et 1974, le Polytope de Cluny installé dans les thermes de Cluny à Paris à l’occasion de la première édition du Festival d’Automne est un véritable succès populaire qui attire quelques 100 000 spectateurs ! Quelques années plus tard, il imagine le « Diatope de Beaubourg », une structure architecturale créée pour l’inauguration du Centre Pompidou dans laquelle il diffuse en 1977 « La Légende d’Eer », une musique conçue pour l’occasion.

En créant ses œuvres, Xenakis s’intéresse aussi à la spatialisation du son. Il dessine des croquis sur lesquels il imagine une nouvelle disposition d’un orchestre, situé non plus face au public mais au milieu de celui-ci. Sur le dessin ci-dessous par exemple, le chef d’orchestre est au milieu, chaque point noir désigne un musicien et les filaments représentent le public.

Xenakis
Terretektorh disposition du public et de l »orchestre 1965 © Famille I Xenakis DR

A quoi ressemblaient les spectacles de Xenakis ?

Pour nous aider à imaginer ce à quoi ressemblaient les spectacles son et lumière de Xenakis, l’exposition se transforme par intermittences en salle de spectacle, diffusant trois œuvres musicales accompagnées d’une installation lumineuse.

Exposition Xenakis à la Cité de la Musique
Vue de l’exposition Xenakis, Philharmonie de Paris, © Gil Lefauconnier

Une exposition imaginée comme une rencontre avec Xenakis

En visitant cette exposition, on comprend que Iannis Xenakis était un personnage inqualifiable. Architecte, compositeur, mathématicien, ingénieur, informaticien : il fut tout cela à la fois mais il ne fut certainement pas l’un puis l’autre. Toutes ces facettes de sa personnalité se retrouvaient entremêlées à chacune de ses créations. C’est pourquoi l’exposition ne s’attache pas à présenter une à une les facettes de Xenakis mais plutôt l’homme dans sa globalité.

Portrait de Iannis Xenakis
Iannis Xenakis, photo Michèle Daniele, années 70

Cette approche singulière transforme la visite en une rencontre enrichissante avec un artiste que l’on apprend à connaître au fil de la visite. Une rencontre rendue possible grâce aux prêts de nombreux effets personnels de Xenakis par sa fille Mâkhi Xenakis – également co-commissaire de l’exposition – permettant de saisir davantage la personnalité de cet artiste atypique.


« Echo » : un parcours en lien avec Xenakis dans les collections permanentes du Musée de la Musique

En écho à cette exposition, le parcours permanent du Musée de la musique accueille une dizaine d’œuvres d’art contemporain rattachées au courant cinétique et choisies par affinité avec l’œuvre de Xenakis. Une façon de redécouvrir par la même occasion la remarquable collection du musée.

Qu’est-ce que l’art cinétique ?

Apparu en France dans les années 1950, ce courant artistique rassemble des artistes qui conçoivent des oeuvres en mouvement : soit par un moteur, par le vent, par une interaction avec le spectateur ou simplement par effet d’optique. Les artistes revendiquent une forme d’expérimentation en utilisant les nouveautés techniques pour donner naissance à des oeuvres capables de toucher un large public par leur dimension spectaculaire, interactive ou ludique.

Musée de la Musique, CIté de la Musique
Jesús-Rafael Soto, Progression elliptique rose et blanche, 1974

Vous pourrez y découvrir des oeuvres de Peter Kassovitz, Laurent Bolognini, Ann Veronica Janssens, Carlos Cruz-Diez, Elias Crespin, Jesús-Rafael Soto, François Morellet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer.


Informations pratiques

Adresse :
Cité de la Musique
Musée de la Musique
221 avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Horaires :
Jusqu’au 26 juin 2022
Du mardi au vendredi de 12h à 18h
Les samedis et dimanches de 10h à 18h

Site internet :
https://philharmoniedeparis.fr

Tarifs :
Tarif plein : 10 €
8 € pour les 26 – 28 ans
6 € pour les 16 – 25 ans
Gratuit pour les moins de 16 ans


Article proposé en partenariat avec la Philharmonie de Paris

Do you like Antoine Vitek's articles? Follow on social!
Comments to: Qui était Iannis Xenakis ? Un artiste novateur à (re)découvrir à la Philharmonie de Paris

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.