C’est l’histoire d’un groupe belge qui a décidé de composer sa musique comme on ferait une peinture. Payne tire son nom du gris de Payne, une couleur créée par l’aquarelliste du même nom à la teinte grise, légèrement bleutée.

Une couleur qui correspond bien à la musique de Payne, à fleur de peau, dont l’album Someone is missing est annoncé pour le 5 mai. Feed the dark en est le premier extrait.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/301656783″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Voilà un projet qui dit les petites brûlures, s’inscrit dans le sillage de ces interprètes qui, comme Antony and the Johnsons ou Joanna Newson, se laissent enfouir à demi dans la brume pour faire luire autre chose, gracile et puissant à la fois.

Ce projet musical est porté par la française Joanna Lorho qui, parallèlement à la musique, a développé un goût prononcé pour la bande dessinée ou le cinéma d’animation. On lui doit notamment le clip aux 2000 dessins de Loon-Plage de Françoiz Breut.


 

Aux côtés de Joanna, on trouve les musiciens Corentin Dellicour et Stéphane Daubersy. Tous trois ont réussi à créer un album sensible mais aussi très lumineux. Bref, une aquarelle !

Comments to: Payne : de la musique en aquarelle

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X