La maison de Chateaubriand : un témoignage de l’époque du romantisme…

C’est en 1807 que Chateaubriand acquiert ce qui n’était alors qu’une simple maison de jardiner située au cœur du domaine de la vallée-aux-loups, et qui deviendra, après dix années de réaménagement, un véritable havre conciliant nature et patrimoine culturel. En effet, contraint à l’exil à la suite de la publication d’un article blâmant le régime autoritaire de Napoléon dans la revue Le Mercure de France, Chateaubriand se réfugie, accompagné de sa femme Céleste, dans cette petite résidence aux abords de Paris. Il y rédigera quelques unes de ses plus grandes œuvres dont notamment les Mémoires d’outre-tombe, l’Itinéraire de Paris à Jérusalem en 1811 ou encore Les Martyrs en 1809, et y recevra ses plus proches amis.

Aujourd’hui labellisée « Maison des illustres », cette belle demeure du XVIIIème siècle est réaménagée en un petit musée retraçant la vie de l’illustre écrivain au travers de l’exposition de mille et un objets, tous liés à son intimité, à sa mémoire et à son oeuvre. On peut ainsi visiter, au rez-de-chaussée, plusieurs salons dans lesquels sont conservés et exposés de nombreux objets qui étaient déjà présents en 1818 puis un petit cabinet ou encore le jardin d’hiver, faisant écho aux voyages réalisés par Chateaubriand.

Au premier étage, ce sont les deux chambres, l’antichambre turque, aujourd’hui dédiée aux œuvres littéraires de l’écrivain, le Salon Le Savoureux ainsi que le Salon de la nature de Montmorency, devenu à présent la salle des expositions temporaires, que l’on est invité à découvrir. Par ailleurs, une remarquable bibliothèque, détenant une multitude d’ouvrages au sujet de Chateaubriand ainsi que d’autres consacrés à la période du romantisme, est également accessible pour lectures ou recherches.

… située au coeur du domaine de la Vallée-aux-loups : écrin pour le patrimoine naturel

Cette demeure n’aurait sans doute pas autant de charme sans la présence de limmense domaine départemental de la vallée-aux-Loups. Aménagé et constamment embelli par Chateaubriand durant son séjour, ce domaine naturel renferme également un parc boisé de 36 hectares ainsi que d’une île verte, ayant appartenue au peintre Jean Fautrier et étant composée d’un petit jardin sauvage et d’un potager médiéval. Bénéficiant du label « jardin remarquable », cet immense parc naturel s’enrichit, en 1986, d’un arboretum de 13,5 hectares possédant de nombreuses variétés d’arbres dont certains sont devenus aujourd’hui extrêmement rares. Enfin, l’ancienne orangerie de la propriété a été réhabilitée en salon de thé et est désormais ouvert à tous.

Actuellement, la maison propose de nombreuses activités autour de la thématique du romantisme au travers de lectures, de balades vertes au cœur de la nature ou encore d’ateliers d’écriture. Des conférences, débats ou encore expositions y sont aussi organisés toute l’année avec, en parallèle, des visites libres ou guidées de la maison, de la bibliothèque et du parc. Enfin, un inédit et passionnant web documentaire en ligne consacré au Moyen Âge vu par Chateaubriand et en lien avec la dernière exposition intitulée « Quel Moyen Âge pour Chateaubriand ? », vous permettra d’approfondir cette reposante, dépaysante et enrichissante visite. 

Informations pratiques

Maison de Chateaubriand
87, rue de Chateaubriand, 92290 Châtenay-Malabry

Tous les tarifs, horaires et jours de visite de la maison sont consultables sur le site de la maison de Chateaubriand, rubrique informations pratiques.

L’arboretum est ouvert gratuitement à tous, aux horaires suivants :
De novembre à février : 10 h-17 h
Mars et octobre : 10 h-18 h
D’avril à septembre : 10 h-19 h

PARTAGER
"Vois-tu, petite, le succès d’un musée ne se mesure pas au nombre de visiteurs qu’il reçoit, mais au nombre de visiteurs auxquels il a enseigné quelque chose. Il ne se mesure pas au nombre d’objets qu’il montre, mais au nombre d’objets qui ont pu être perçus par les visiteurs dans leur environnement humain. Il ne se mesure pas à son étendue, mais à la quantité d’espace que le public aura pu raisonnablement parcourir pour en tirer un véritable profit. C’est cela le musée (...)." Georges-Henri Rivière

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here