LA louve

Louise Michel demeure une figure mythique de l’histoire du XIXème : institutrice, militante anarchiste, féministe, elle fût l’une des personnalités majeures de la Commune de Paris. Effrayant les uns, fascinant les autres par ses idées progressistes et radicales, elle déchaîna les passions tout au long de sa vie.

 

Résumé de la pièce

La pièce « Louise Michel, la louve » nous présente Louise Michel sortant tout juste de prison, en 1886. Elle organise un meeting afin de retrouver ses amis et soutiens et d’expliquer ses projets pour l’avenir. L’occasion pour elle de revenir également sur son parcours, intime et politique, et ses convictions. Entre rires, larmes, colère et enthousiasme conquérant, Louise en vient rapidement à retracer l’ensemble de sa vie.

Clémentine Stépanoff qui incarne Louise Michel, est donc seule sur scène et s’adresse au public qui devient alors le public de ce meeting imaginaire, où se sont glissés de grandes figures politiques de l’époque, amis de Louise : Jules Guesde, Henry de Rochefort…

img_3538

L’ensemble de la pièce est assez didactique, revenant sur les éléments clés de la vie de Louise, ainsi que sur l’évolution de ses convictions en matière d’éducation, de société… Cela a l’avantage de permettre au spectateur d’en apprendre beaucoup sur Louise Michel et de voir les différents aspects de sa vie et de sa personnalité. L’impression de réalisme en pâtit quelque peu. La Louise que nous voyons sur cette scène n’est pas tant une réplique de qui devait être Louise Michel en 1886 mais plutôt la peinture d’une multiplicité de Louise qui, ensemble, forment la figure de Louise Michel.

Le texte de la pièce, d’Alain Duprat, m’a séduite. Je l’ai trouvé très crédible en tant qu’il fait vraiment « XIXème siècle ». Les formules de Louise, sa manière de s’exprimer en public, renvoient tout à fait aux textes et aux manières du XIXème, ce qui crée une impression de dépaysement historique. Pour le spectateur, cela permet de s’immerger dans une époque et mieux saisir la figure de Louise Michel dans ce contexte-là.

Enfin, la pièce est portée par la performance de l’actrice, Clémentine Stépanoff. Je l’ai trouvée remarquable, dégageant une énergie et une force impressionnantes. Elle habite le personnage à sa manière, ne tombant pas dans le travers de faire une Louise « comme on pense qu’elle serait » mais dans son propre registre.

 

Mon avis

A mon sens, la pièce ne doit pas être appréhendée comme une réplique de qui devait être Louise Michel mais comme une présentation de ses multiples facettes. On y découvre la Louise intime, pleine de doutes, de douleurs et d’espoirs et la Louise politique, conquérante, violente et habitée d’un intense désir de justice. A ce titre, la pièce est une réussite, portée par un jeu d’actrice intense et une écriture crédible. Je vous la conseille.

 

Informations pratiques

Tous les jeudis à 20h45 au Guichet Montparnasse (15 rue de Maine, 75014 Paris)

Actrice: Clémentine Stépanoff
Metteur en scène : Emmanuel Desgrées du Loû
Auteur : Alain Duprat

Au festival d’Avignon :

Chapeau Rouge Théâtre
34-36 rue du Chapeau Rouge, 84000 Avignon

Du 7 au 30 juillet, à 20h45 – Relâche les 12, 19 et 26 juillet

PARTAGER
Passionnée par la littérature, la philosophie, l’histoire, l’animation japonaise et mille autres choses encore. Je cherche la poésie lovée au creux des choses. Car oui, « La poésie, c’est le plus joli surnom que l’on donne à la vie » (Prévert).

1 COMMENTAIRE

  1. Merci beaucoup c’est un très bel article et ce personnage est à découvrir et peut hélas en ces temps difficiles nous apporter beaucoup…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here