Stephen Bellamy est un jeune attaché de presse à qui tout sourit : en charge de la communication du gouverneur Morris lors d’une campagne américaine, il sait jouer mieux que personne avec les médias. Mais quand on est si brillant et que tout le monde vous adule, on perd facilement de vue la réalité, laissant de côté les idéaux et cherchant surtout à briller encore un peu plus.

La politique est une partie d’échecs et, aveuglé par son orgueil, il est facile de perdre son trône. C’est ce qui arrive à Stephen qui, du jour au lendemain, se trouve lâché par tous… mais il est bien décidé à ne pas tomber seul.

 

Bande annonce :

 

 

Avis :

 

On se fait beaucoup d’idées sur la politique mais au fond personne n’est dupe : tout le monde sait que derrière le sourire affiché face à la caméra, s’opèrent des tractations, manipulations, trahisons.
Les cartes du pouvoir nous laisse entrevoir les coulisses d’une élection. Bien sûr, c’est une fiction mais tout de même, je ne serais pas surpris qu’elle soit proche de ce qui se trame dans les “hautes sphères”.

Dès la première scène on comprend que le milieu est “puant”, les politiciens manigancent entre eux, manipulent les journalistes avec toujours un seul objectif : rester en tête des sondages. Le téléspectateur que nous sommes habituellement, devenu spectateur, se retrouve toujours aussi perdu face à ces hommes politiques : on sait que les pièces sont en place sur l’échiquier mais on se demande jusqu’à la fin qui parviendra à faire échec et mat. L’intrigue est bien menée et le suspens reste vif jusqu’au bout.

Les acteurs sont brillants, on saluera notamment le jeu de Raphaël Personnaz (Stephen Bellamy) et de Thierry Frémont (Paul Zara) qui s’étaient déjà rencontrés sur scène, au cinéma, dans Quai d’Orsay (adaptation de la BD éponyme).

La mise en scène est sobre et épurée, le changement de scène se fait rapidement et au rythme d’une musique dynamique qui ne laisse pas de place aux temps morts.

En sortant du théâtre on se demande si la pièce est représentative de la politique mais peut-être est-elle finalement encore en deçà de la vérité ! On repense à la petite phrase de Charles Pasqua :

 

Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien.

 

Bref, on a adoré et on vous conseille vivement d’aller traîner vos guêtres du côté du théâtre Hébertot !

 

Informations pratiques :

 

Théâtre Hébertot
78bis boulevard des Batignolles (Paris, 17e)

Du mardi au samedi à 21h
Samedi 15h30 & dimanche 18h

A partir de 17 €

Avec : Raphaël Personnaz, Thierry Frémont, Elodie Navarre, Roxane Duran, Julien Personnaz, Francis Lombrail, Jeoffrey Bourdenet, Adel Djemai
Adaptation française de la pièce Farragut North de Beau Willimon, basée sur l’histoire vraie de Howard Dean.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.