- Publicité -

Et si Facebook avait existé en 1914 ? C’est ce qu’a imaginé le Musée de la Grande Guerre (Meaux) en partenariat avec l’agence DDB pour permettre aux internautes de se plonger au cœur du quotidien d’un poilu. Le principe est simple mais il fallait y penser : animer une page Facebook comme un soldat de la Grande Guerre aurait pu le faire.

Léon Vivien est donc ce personnage fictif, jeune instituteur dont la femme attend un enfant. Sa vie bascule en 1914 lorsque la guerre éclate et qu’il est envoyé sur le front.

Léon Vivien ordre d'appel
Léon Vivien est appelé sous les drapeaux

A partir de documents d’archive et avec la collaboration d’un historien, le Musée de la Grande Guerre a alimenté pendant plusieurs mois la page de Léon, le faisant interagir avec sa femme, ses amis et ses compagnons de guerre. Les internautes ont ainsi pu suivre au jour le jour la vie de Léon, de l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand jusqu’à l’annonce de sa mort que nous apprenions le 22 mai en même temps que sa femme Madeleine.

Mort de Léon Vivien
Annonce de la mort de Léon Vivien

Même si Léon est un personnage fictif, sa mort a touché beaucoup d’internautes qui avaient pris l’habitude de suivre la vie de Léon avec ses malheurs (nombreux, on s’en doute) mais également ses joies notamment lorsqu’il apprenait la naissance de son fils. L’annonce de cette naissance avait d’ailleurs suscité beaucoup de réactions puisque près de 3 000 likes ont salué cet heureux événement.

Bilan de l’opération : plus de 9 millions d’internautes ont vu le profil de Léon ; 6 000 commentaires et 55 000 likes ont été déposés. C’est sans conteste un grand succès et une très belle opération de communication pédagogique. Certains professeurs d’Histoire ont salué le fait de pouvoir utiliser Facebook – média très apprécié des jeunes – comme support à leurs cours.

Au-delà de son aspect original, cette opération souligne l’utilité et l’intérêt du digital et des réseaux sociaux dans la communication des établissements culturels. Qui a dit que les musées étaient poussiéreux et has been ?!

 

Pour en savoir plus : la page Facebook de Léon Vivien