Jusqu’au 30 juillet, le Grand Palais retrace le parcours de František Kupka (1871-1957) dans une exposition rétrospective qui réunit quelques 300 peintures, dessins, gravures, livres et documents. Peintre méconnu, Kupka est pourtant l’un des pères de l’abstraction, au même titre que Kandinsky, Mondrian ou Delaunay. Cette exposition permet de (re)découvrir l’œuvre surprenante et extrêmement variée d’un artiste hors normes.

 

Les premières années

Kupka suit une formation traditionnelle, aux beaux-arts de Prague puis de Vienne entre 1888 et 1893 mais très vite, il s’intéresse au symbolise et présente dans ses œuvres une vision philosophique de l’humanité.

En 1896, il s’installe à Paris, à Montmartre. C’est l’âge d’or de ce quartier où de nombreux peintres y ont posé leurs valises. Pour gagner sa vie, il travaille pour la presse et notamment pour des magazines satiriques pour lesquels il exécute des caricatures.

František Kupka, Le Bibliomane
František Kupka, Le Bibliomane, 1897. Huile sur toile, 94 x 151 cm

Au début du XXe siècle, il travaille pendant quatre années pour L’Homme et la Terre, l’encyclopédie d’Elisée Reclus, et se passionne pour l’histoire de l’humanité. Pour autant, il continue à peindre et fait le lien entre les préoccupations sociales et esthétiques. Il travaille sur des couleurs complémentaires et étudie l’interaction entre les couleurs et la lumière – c’est notamment le cas dans le tableau La petite fille au ballon où il représente sa belle-fille.

 

 

De la figuration à l’abstraction

A partir de 1910, Kupka entame un passage de la figuration vers l’abstraction. A l’image de Mondrian, il s’approche du fauvisme et de l’expressionnisme en utilisant des formes et couleurs puissantes.

Kupka s’interroge beaucoup sur l’art et constate une absurdité et une malhonnêteté de l’art qui emprunte à la nature. Cherchant à rompre avec le mimétisme habituel, il cherche à créer une nouvelle réalité. S’intéressant aux sciences, il travaille sur l’espace-temps, les points, les lignes et arabesques. Ces formes irrégulières se rapprochent pour lui d’une représentation objective du monde organique.

Son travail sur les formes est également associé aux couleurs. Pour Kupka, chaque couleur a une forme propre. Par exemple, les bleus « donnent l’impression de rentrer en eux-mêmes » et sont donc inscrits dans des formes minces et allongées là où « les jaunes orangés doivent manifester l’exubérance des formes souples et arrondies ».

A la fin des années 1920, Kupka entre dans une période machiniste. Il s’intéresse de près aux similitudes entre le peintre et l’ingénieur. Il crée des peintures inspirées des machines. « Dans une machine, il y a les mêmes éléments que dans une cathédrale gothique, les verticales, les horizontales et cercles y dominent dans les deux, c’est l’ordonnance qui n’est pas la même. »

Sa recherche de l’abstraction atteint son sommet dans les années 1930, il cherche l’absolu en imaginant des formes simples et extrêmement épurées.

A la fin de la seconde guerre mondiale, il retrouve son atelier à Puteaux et est désormais l’un des derniers témoins des débuts de l’art non-figuratif. En 1946 il participe au premier Salon des Réalités Nouvelles où il exposera jusqu’à la fin de sa vie en 1957 en veillant à faire reconnaître l’importance historique de son œuvre.

Kupka dans son atelier

 

Gagnez des invitations pour aller découvrir l’exposition

Totebag exposition Kupka Grand PalaisL’œuvre de Kupka est incroyablement variée et mérite d’être explorée au travers de cette rétrospective très complète. En partenariat avec le Grand Palais, nous vous offrons 3x2 invitations pour aller découvrir cette exposition :

Informations pratiques

Adresse

Grand Palais, Galeries Nationales
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

Horaires

Lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10h à 20h.
Mercredi de 10h à 22h.
Fermeture hebdomadaire le mardi

Temps restant

Jusqu’au 30 juillet 2018.
Il vous reste 66 jours pour aller voir cette exposition

Tarifs

Plein tarif : 14 €
Tarif réduit : 10 €
Gratuit pour les jeunes de 16 à 25 ans inclus, sans billet ni réservation, les mercredis 4 avril, 2 mai, 6 juin et 4 juillet, entre 19h et 22h (dernière entrée 21h)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here