En début d’année, Jérémie Thomas a créé le podcast Sens de la visite. Un podcast qui donne à entendre des témoignages de personnalités très différentes : visiteurs de musées, artistes, faussaires, collectionneurs, commissaires d’exposition… Leurs points communs ? L’envie de partager leur histoire de l’art et une passion pour une œuvre, un artiste ou un musée. Par la force de l’audio, le podcast Sens de la Visite donne envie d’aller faire une visite et de se confronter à l’art.

Aujourd’hui, Sens de la visite compte 12 épisodes et vient de remporter le prix « Conversations » au Paris Podcast Festival. Une récompense plus que méritée !

Pour en savoir plus sur Sens de la visite, je suis allé interroger son créateur. L’occasion de lui demander comment est née l’idée de ce podcast, quelles sont ses envies et ses projets pour la suite. Voici donc 5 questions à Jérémie Thomas…


Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

J’ai eu un parcours assez classique dans le milieu de l’art. Après des études de médiation culturelle j’ai commencé à travailler comme assistant puis comme manager, dans une galerie d’art contemporain à Paris, renommée internationalement, la Galerie Enrico Navarra. J’ai notamment participé à l’organisation d’expositions de Jean Michel Basquiat, un peu partout à travers le monde. 

Ensuite, j’ai travaillé comme Responsable Relations Exposants pour plusieurs foires d’art contemporain, ArtParis au Grand Palais, Art Paris Abu Dhabi et Art Stage Singapore. Des expériences très enrichissantes pour comprendre le marché de l’art, ses spécificités et ses excès aussi d’ailleurs… 

Enfin, avant de commencer la création du podcast, j’ai collaboré avec le designer Ora ito, en tant que responsable de son studio et aussi du centre d’art le MAMO, à Marseille, situé sur le toit de la Cité Radieuse. C’était une immersion dans la gestion de projets et d’équipes, dans le design, l’architecture ou l’art. 

Après cette dernière expérience, dense et parfois stressante il faut le dire, j’ai décidé de faire une pause de ce milieu dans lequel j’avais travaillé pendant donc une petite quinzaine d’années et j’ai donc créé le podcast “Sens de la visite”.

Comment est née l’idée de ton podcast ?

Sens de la visite, le podcast qui écoute votre histoire de l'art

L’idée m’est venue en plusieurs étapes, comme le lancement d’une fusée, sans l’avoir prévu évidemment.

D’abord j’ai dressé un constat un peu amer de mon expérience dans le marché de l’art : j’ai réalisé que j’avais perdu le goût d’aller dans les musées par plaisir. C’était devenu uniquement une obligation. Je trouvais les portes des musées de plus en plus petites pour moi, et les salles à l’intérieur effrayantes d’immensité… Je me suis dit que mes réticences à aller au musée devaient être partagées, malheureusement, par des personnes beaucoup plus éloignées de la culture que je ne l’étais. C’est à partir de là que j’ai voulu créer un objet qui donne ou redonne le goût d’aller au musée.

Comme j’avais le goût du plaisir, j’ai pensé que cette question était centrale pour réellement faire venir de nouveaux publics dans les lieux de culture et notamment les musées, qui généralement sont très impressionnants, par leur stature, leur savoir ou leur passé pour beaucoup de gens qui n’ont pas assez confiance pour s’y retrouver. Le plaisir et la confiance du public, ce sont les deux notions que j’ai voulu approfondir, comme outils de médiation culturelle.

D’abord, j’ai commencé par me souvenir. Lors de mes années à la Galerie Enrico Navarra, j’ai eu la chance d’organiser des expos de Jean Michel Basquiat dans des musées un peu partout à travers le monde (Cuba, Porto Rico, Chine, Etats Unis, Brésil, Bénin, Italie…) et à chaque fois, il y a une chose que j’adorais par dessus tout : provoquer des discussions devant les oeuvres, une fois qu’elles venaient d’être accrochées avant le vernissage, aussi bien avec le transporteur que la surveillante de salle, ou le directeur du musée… Les œuvres devenaient émouvantes pour moi quand j’entendais toute la diversité de regards se poser sur elles.

C’est dans cet esprit que je suis retourné dans les musées, j’ai commencé à interroger des personnes dans les salles, devant des oeuvres, et je leur demandais tout naturellement ce qu’elles voyaient, pensaient ou ressentaient. Et quasiment à chaque fois, les personnes étaient très réceptives et généreuses dans leurs réponses. J’ai senti très vite qu’il y avait un potentiel à faire entendre ces témoignages de public des musées car ils transmettent immédiatement une émotion, quand ils sont simples et sincères.

C’est à partir de ce moment, que j’ai pensé à l’objet podcast, qui m’a semblé idéal pour soutenir l’idée. La force d’évocation de l’audio, l’ambiance du musée, les bruits de pas, le chuchotement et les confessions sincères devant une oeuvre d’art plongent l’auditeur dans une atmosphère intime qui l’aide à s’évader, et lui donne envie à son tour d’y aller.

Donner à entendre pour donner envie d’aller voir. Le plus important pour moi dans tout ce projet c’est de donner la parole à des personnalités très différentes, et partager des histoires de l’art, simples et sincères, dans lesquelles tout le monde peut ressentir une émotion. Pour moi, l’émotion est un endroit magique où tout le monde peut se retrouver, sans distinction, sans frontières. Alors autant la partager. Et puis, c’est à la base de l’art. On l’oublie souvent.

Sens de la visite, podcast culturel
Musée de l’Orangerie devant les Nymphéas de Monet – Photo @ Jérémie Thomas

Comment choisis-tu les personnalités que tu interviews ? Et qui rêves-tu secrètement de pouvoir interviewer un jour ?

C’est un mix entre des personnes qui me contactent pour me parler d’une passion sincère pour une oeuvre ou un artiste, alors on essaie ensuite de se rencontrer à l’endroit idéal pour raconter cette histoire. Il se trouve que je suis très souvent touché par ce que les gens ont envie de transmettre, quand les gens ont envie de s’exprimer, souvent la sincérité ne fait pas de doute et ne fait pas défaut… 

Ensuite, de mon côté, je suis toujours en veille pour trouver des personnalités qui pourraient parler d’art d’une façon naturelle, qui ne soit pas excluante, qui soit ouverte au monde et aux gens. Et là, je fais confiance à mon ressenti, quand je suis touché par une histoire, je ne réfléchis pas longtemps, j’ai envie de la partager. Là encore, je pense que quand il y a une émotion dans une histoire, tout le monde peut la recevoir.

Mon rêve d’interview s’appelle Daniel Cordier. Il a 100 ans aujourd’hui. Il a eu plusieurs vies. Pendant la 2eme guerre mondiale, il avait 19 ans, et il s’est engagé rapidement dans les Forces Françaises libres, à Londres, au côté du Général de Gaulle, il est devenu ensuite l’assistant de Jean Moulin, le chef de la Résistance en France. Ce sont deux hommes que j’admire pour leur courage et leur sensibilité. 

Si je rêve de l’interviewer, c’est parce qu’après la Guerre, Daniel Cordier est devenu un des plus grands galeristes d’art contemporain français dans les années 50/60. Il a soutenu des artistes importants comme Dubuffet, Hartung, Henri Michaux, Brassaï… Mécène très généreux auprès des musées, notamment le Centre Pompidou, il a oeuvré toute sa vie pour la promotion de l’art moderne.

Mais ce qui est très émouvant dans son histoire, c’est que c’est Jean Moulin qui lui a transmis cette passion pour l’art moderne et les artistes. Pendant l’Occupation nazie, lorsqu’ils dînaient tous les deux dans un restaurant, pour ne pas éveiller la curiosité de soldats allemands ou espions, Jean Moulin se mettait à lui parler d’artistes comme Picasso ou Miro. Et quand la guerre fut finie, Jean Moulin malheureusement disparu, Daniel Cordier a tenu une promesse qu’il s’était faite tous les deux: visiter le Prado à Madrid, pour voir Goya et Jérôme Bosch. J’aimerais entendre Daniel Cordier me raconter cette histoire, je trouve que c’est une des plus belles histoires de l’art que je connaisse. 

Podcast histoire de l'art
Musée d’Orsay, devant « Un enterrement à Ornans » de Gustave Courbet – Photo @ Jérémie Thomas

Si tu pouvais être ton propre invité, quel musée nous emmènerais-tu découvrir ?

Podcast Sens de la visite, chacun son histoire de l'art

C’est sûrement l’après confinement qui doit influencer ma réponse, et donc une envie de voyage… Mais je crois que je vous emmènerais visiter le Musée de l’Ermitage à Saint Petersbourg. J’ai eu la chance d’y aller l’année dernière en hiver et le souvenir de cette immense place enneigée, devant le Musée, me procure encore aujourd’hui des frissons… C’est le cas de le dire, il faisait très froid. Mais à l’intérieur j’ai eu la sensation de visiter un musée qui faisait la parfaite combinaison entre le Louvre, Orsay et le Château de Versailles. Une collection d’œuvres qui va de Leonard de Vinci, Raphaël, Le Caravage, Rembrandt, Goya, Rubens, et puis pour l’art moderne Matisse, Gauguin, Signac, Monet… et tous ces chefs d’oeuvres sont exposés au milieu du mobilier et de la décoration majestueuse de cet ancien Palais d’Hiver, voulu par l’Impératrice Catherine la Grande. Et puis, on sent l’âme russe flotter autour de ce bâtiment, ce sentiment à mi-chemin entre la nostalgie et la passion, tout cela ne pouvait que me plaire. 

Quels sont tes futurs projets ?

Evidemment je continue la production de “sens de la visite” car je reçois de plus en plus de témoignages et d’idées pour faire vivre le podcast et son idée. Il y a beaucoup de développements possibles.

Par exemple, j’ai été contacté par une professeure de français qui veut concevoir avec sa classe de collège, à Descartes, près de Tours, un podcast où les élèves vont s’exprimer devant les oeuvres d’une exposition au CCCOD (centre d’art contemporain) de Tours. Le but sera donc de travailler avec eux sur leur ressenti pour l’exprimer au mieux et faire comprendre aux élèves qu’ils ont leur place au musée, et qu’ils ont surtout leur mot à dire. 

Par ailleurs, je travaille actuellement à l’adaptation du concept de mon podcast à destination des musées, pour les centres d’art et tous lieux culturels. Je vais leur proposer de travailler ensemble sur des objets à la fois de médiation et de communication, en faisant entendre et participer leur public, les équipes et les artistes. Le but est de produire un contenu audio avec 3 qualités principales: 

  • Qu’il soit participatif,
  • Qu’il donne envie à un public nouveau de venir
  • Qu’il soit attractif en terme d’écoute.

Beau programme…


Merci beaucoup à Jérémie d’avoir accepté de répondre à mes questions. Le podcast Sens de la visite est disponible sur toutes les plateformes (Apple podcast, Spotify, Deezer…), retrouvez tous les liens ici.

Vous pouvez également suivre les actualités de Sens de la visite sur Instagram, Twitter et Facebook.

Retrouvez des portraits d’autres personnalités du monde de l’art dans la rubrique 5 questions à.

Photo d’en-tête : portrait de Jérémie Thomas @ Felix Seiler Fedi

Des personnes ont réagi à cet article
Voir les commentaires Hide comments
Comments to: 5 questions à Jérémie Thomas, créateur du podcast Sens de la visite
  • 31 octobre 2020

    Merci pour la découverte de ce podcast ! Bon week-end Antoine

    Reply
    • 31 octobre 2020

      Avec plaisir Elodie, merci pour ton commentaire ! Et donc bonne écoute 🙂

      Reply
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X