Lorsque l’on visite Athènes et que l’on contemple le Parthénon et ses 25 siècles il est difficile de ne pas se prendre de passion pour l’histoire de la ville ! Mais en Grèce, la réalité se confond parfois avec la mythologie.

Entre mythes et réalité, découvrons la passionnante Histoire de la capitale grecque !

LIRE AUSSI : Découvrir Athènes : les 10 visites incontournables

Athènes dans la mythologie

Athéna, déesse protectrice d’Athènes

Athènes serait née dans l’esprit de Zeus et deux dieux, Athéna et Poséidon, se seraient querellés pour devenir le protecteur de la ville. Pour les départager on organisa un concours : chacun devait offrir un cadeau aux Athéniens qui éliraient leur dieu préféré.

Avec son trident, Poséidon frappa un rocher et fit jaillir une source d’eau salée. Athéna quant à elle créa l’olivier, un symbole de paix. Les hommes votèrent pour Poséidon mais les femmes, plus nombreuses, préférèrent Athéna qui devint protectrice d’Athènes.

La dispute de Minerve et de Neptune, Noël Hallé
Noël Hallé (1711-1781), La dispute de Minerve et de Neptune, Musée du Louvre

Sur cette toile exposée au Louvre, Noël Hallé a représenté Minerve et Neptune, assimilés à Athéna et Poséidon dans la mythologie romaine. On y voit Neptune avec son trident à droite tandis que Minerve se tient au centre à côté d’un olivier.

Thésée, le roi d’Athènes qui a terrassé le Minotaure

Un autre mythe entoure l’histoire d’Athènes : celui du roi Thésée.

Athènes vit un drame : Minos, le roi de Crètes exige qu’Athènes sacrifie tous les neuf ans sept garçons et sept filles qui sont offerts en sacrifice au Minotaure. Thésée décide de mettre fin à ce drame et d’aller tuer le monstre. Egée, son père, essaie de le retenir, en vain, mais demande à Thésée de hisser des voiles blanches sur son bateau à son retour s’il revient en vie.

Thésée combat le Minotaure
Thésée combat le Minotaure, assisté par Athéna, médaillon d’un kylix d’Aison, v. 430 av. J.-C., Musée archéologique national de Madrid © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons

Pour survivre, Thésée ne doit pas seulement vaincre le Minotaure, il doit aussi trouver la sortie du labyrinthe de Dédale où le monstre est enfermé. Ariane, fille du roi Minos, s’éprend de Thésée et en échange de la promesse de leur mariage lui offre une pelote de fil qui lui permettra de retrouver la sortie.

Thésée parvient à tuer Minotaure et sort vivant du labyrinthe grâce au fil d’Ariane. Il reprend la mer en compagnie de la belle qui vient de trahir son père mais, peu enclin à l’épouser, l’abandonne sur une île déserte. Pour punir sa trahison, les dieux entourent le bateau de Thésée d’un brouillard qui vint troubler sa mémoire.

Ainsi, Thésée oublie de changer les voiles de son navire si bien que lorsqu’Egée voit arriver le bateau toujours flanqué de voiles noires, il croit son fils mort. Fou de chagrin il se jette dans la Mer qui portera désormais son nom.

La vraie histoire d’Athènes

En réalité, l’histoire d’Athènes est un peu moins grandiloquente même si elle n’en est pas moins passionnante ! Les premières traces de vies dans la région sont très anciennes, un fortin y prenait place dès le néolithique mais la Cité se structure vraiment vers -1400 avec la civilisation mycénienne.

Aux alentours de -800, son fort élevé basé sur l’Acropole, son accès à la mer ainsi que son emplacement central en font une place stratégique au cœur du monde grec. Elle devient une ville-État gouvernée par des rois accompagnés d’un conseil, l’Aréopage, constitué d’une cour de nobles : c’est un pouvoir aristocratique.

Vers -700, la Cité est gérée par une oligarchie composée de 9 membres élus par les eupatrides, les descendants des nobles qui ont conquis l’Attique. Mais cette concentration des pouvoirs vers une classe sociale élevée suscite le mécontentement du peuple. Aussi, pour éviter les abus, un premier code de loi est dicté par le législateur Dracon en -621. Son successeur, Solon, va plus loin en créant un tribunal populaire et en formant la Boulè, un conseil constitué de 400 citoyens : l’idée d’une démocratie commence à germer.

Le siècle de Périclès : l’âge d’or d’Athènes

Buste de Périclès
Buste de Périclès

Si cette démocratie va pouvoir se former, c’est notamment grâce à un formidable coup de pouce du destin. En -490 puis en -480, les athéniens vont battre les Perses et se débarrasser des menaces extérieures. Cette période paisible et prospère va permettre à la Cité de se concentrer sur son rayonnement culturel : c’est le « siècle de Périclès ». Ce politicien embelli la ville, s’entoure d’artistes pour louer la splendeur d’Athènes et encourage la démocratie. Il fit également édifier certains des monuments les plus emblématiques de la ville comme le Temple de Nikè, l’Érechthéion et surtout le Parthénon qui sera construit en seulement 9 ans !

Reconstitution de l'Acropole par Leo Von Klenze
Reconstitution de l’Acropole par Leo Von Klenze (1784 – 1864), huile sur toile, 1846

Mais cet âge d’or ne dure qu’une cinquantaine d’années : les autres cités grecques voient d’un mauvais œil l’impérialisme athénien et Sparte déclenche les hostilités en -431 : c’est la guerre du Péloponnèse, Athènes est vaincue en -404. La Cité qui tombera par la suite sous la coupe d’Alexandre le Grand puis de l’Empire Romain ne retrouvera plus son importance politique mais elle continuera à exercer une influence culturelle. Malheureusement les guerres successives sont la source de nombreux pillages…

La suite n’est pas très glorieuse… Athènes est prise par les Francs puis par les Catalans, les Florentins et les Ottomans ! Le Parthénon devint un temple de la vierge puis une mosquée sous l’époque byzantine. Le coup de grâce vient des Vénitiens : à la fin du XVIIe ils assiègent et bombardent Athènes. Pensant que le Parthénon, lieu de culte, ne serait pas visé, les Turcs y entreposent leur poudre à canon mais un obus transperce le toit du monument le soir du 26 septembre 1687… c’est un désastre, il n’en reste plus que des ruines.

Athènes aujourd’hui

Depuis les années 1830 et l’indépendance de l’Etat grec, Athènes a peu à peu été reconstruite. Aujourd’hui c’est une grande métropole où vivent plus de 3,7 millions d’habitants soit le tiers de la population grecque !

Les monuments font aussi l’objet de fouilles, de recherches et de campagnes de restauration. Athènes est une ville-musée bouillonnante, passionnante et dépaysante où les ruines des monuments historiques côtoient des bâtiments modernes.

Si vous avez envie d’aller visiter la Grèce, préparez votre voyage en consultant les 10 visites incontournables à faire à Athènes ou avec le site Discover Greece.

4 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.