Résumé :

A New-York, en 2009, une série de morts inexplicables sème le trouble dans les journaux. Les victimes, décèdent après avoir reçu une carte postale ornée d’une tombe et de la date de leur mort à venir. Will Piper, profileur au FBI, se penche alors sur ces crimes et tente de découvrir l’identité du tueur en série, mais il n’est pas au bout de ses surprises…


 

Avis :

Glenn Cooper Le livre des morts

Je dois tout d’abord adresser un grand merci à mon frère, Sébastien, qui m’a conseillé ce livre. J’avoue avoir été emballé par cette histoire ! Au début, on ne sait pas trop où l’auteur veut nous conduire : les chapitres se suivent mais ne se ressemblent pas, On part dans des lieux et des époques qui a priori n’ont rien à voir les unes avec les autres, ce qui aiguise notre curiosité. Et puis petit à petit, après avoir mis en scène tous ses pions, Glenn Cooper commence à nous en dire un peu plus et à nous révéler progressivement l’histoire incroyable qui se cache dans ce livre.
J’ai aussi beaucoup apprécié les personnages qui ont chacun une personnalité bien marquée. Comme me le faisait remarquer Sébastien, Will Piper, l’enquêteur du FBI, a un côté Jack Taylor qui devrait beaucoup plaire aux amateurs de Ken Bruen.
Bref, c’est un livre que je vous recommande vivement en cette période estivale, idéal pour passer un bon moment. Attention cependant, une fois dans l’histoire il sera difficile de refermer ce livre puisque des révélations vous attendent jusqu’à la dernière ligne. Je ne vous en dit pas plus, je ne voudrais surtout pas vous gâcher le plaisir de cette lecture !

 

Extrait :

 
[box]

Il posa le caniche et alla chercher son courrier, le triant immédiatement par piles en gestes compulsifs. Factures. Relevés de comptes. Publicités. Courrier perso. Ses catalogues. Ceux de sa femme. Des magazines. Une carte postale ?

Une simple carte postale blanche, portant son nom et son adresse, en caractères noirs imprimés. Il la retourna.

Une date était inscrite : 22 mai 2009. A côté, une image qui le bouleversa : un dessin de cercueil. On ne pouvait s’y méprendre. Haut d’environ deux centimètres et demi, dessiné à l’encre, à la main.

« Helen ! Tu as vu ça ? »

Sa femme arriva dans l’entrée, ses talons hauts martelant la pierre. Elle était parfaite dans son tailleur Armani turquoise pâle, avec son double rang de perles s’arrêtant à quelques centimètres au-dessus de ses seins, assorti à ses boucles d’oreilles qui jouaient à cache-cache parmi ses mèches très chic. C’était une belle femme, tout le monde s’accordait là-dessus.

« De quoi parles-tu ?

– De ça.  » Elle jeta un coup d’oeil. « Qui te l’a envoyée ?

– Il n’y a pas d’expéditeur.

– D’après le cachet, ça a été posté à Las Vegas. Tu connais quelqu’un là-bas ?

– Comment veux-tu que je sache ! J’ai fait des affaires là-bas… Mais rien de particulier !

– Peut-être qu’ils lancent un nouveau produit, que c’est une campagne de pub originale, suggéra-t-elle en lui rendant la carte. Demain, tu auras une autre carte qui expliquera tout. »

Il se rangea à son opinion. Elle était intelligente, et savait démêler les situations compliquées. Mais tout de même… « Quel mauvais goût ! Un cercueil, merde alors. Non mais, tu te rends compte !

– Ne pense plus à ça. Nous sommes tous les deux rentrés à une heure civilisée. C’est pas génial, ça ? Et si on allait chez Tutti ? »

Il posa la carte sur la pile des pubs, et lui caressa les fesses.

« Et si on commençait par s’amuser un peu tous les deux ? »

[/box]

 
Note : 
 

Découvrez aussi la suite : Le livre des âmes.

2009 – 507 pages – ISBN : 978-2-266-19216-3
Glenn Cooper – Américain

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

 

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

8 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here