Bien avant d’être une région paisible où l’on vient prendre le soleil tout en écoutant le chant des cigales, la Provence a été au cœur d’une importante lutte de pouvoirs. Témoin de cette période tumultueuse, l’impressionnant Fort Saint-André domine les abords d’Avignon. Un monument à visiter autant pour son histoire que pour le panorama qu’il offre sur la région.

 

Un fort pour garder la frontière du Royaume de France

Au XIIIe siècle, le Royaume de France est encore bien loin de connaître les frontières que l’on connaît aujourd’hui. Dans le Sud-Est, le Rhône sépare le Royaume du Saint-Empire Germanique. De l’autre côté de la frontière, Avignon est une ville qui se développe grâce au pont. Pour surveiller cette ville, Louis VIII (1187-1226) voit dans le mont Andaon, alors occupé par l’abbaye Saint-André, une position parfaite pour le guet. Le Roi signe alors un acte de pariage avec l’abbé de Saint-André qui permet à celui-ci de se dégager de la tutelle de l’Évêque d’Avignon.

En 1285, Philipe IV le Bel (1268-1314) hérite d’une partie de la seigneurie d’Avignon qu’il cède dès 1290 contre le Maine et l’Anjou. Pour renforcer sa position à la frontière il créée une nouvelle ville, baptisée tout simplement « Villeneuve » et fortifie l’accès au pont d’Avignon avec la Tour Philippe le Bel.

Au XIVe siècle, les tensions dans la région deviennent encore plus fortes lorsque fuyant les troubles en Italie, les papes s’installent à Avignon, dans le célèbre Palais des Papes, entre 1309 et 1378. La construction du fort Saint-André est alors décidée et menée à bien dans les années 1360 sous Jean II le Bon (1319-1364).

Le Palais des Papes (Avignon) vu depuis le Fort Saint-André

 

Le rôle stratégique du fort sera éphémère car dès 1481 la Provence est rattachée à la France. Débarrassé de sa mission défensive, il servira de place forte militaire puis de prison jusqu’à la Révolution.

En 1792, les derniers soldats quittent le fort qui est alors laissé à l’abandon. Il sera sauvé par la ville de Villeneuve qui le rachète en 1889. Classé au titre des monuments historiques depuis 1903, le fort Saint-André est désormais ouvert à la visite par le Centre des monuments nationaux qui en assure la gestion.

 

Entrons dans le fort Saint-André…

Pas de doutes ! Dès le premier coup d’œil, la fonction défensive du fort saute aux yeux. Chemin de ronde, mâchicoulis, herse… le fort Saint-André intimide. Mais ce qui frappe aussi c’est la très grande sobriété du monument. Il est brut, sans grands ornements. C’est qu’il a été construit à la hâte et dans l’économie, en pleine guerre de Cent Ans lorsque les finances du Royaume n’étaient pas au beau fixe.

A l’intérieur du fort on devine toute une organisation. Ici la salle où l’on rendait la justice, ornée des blasons royaux. Là, l’ancienne boulangerie. Un peu plus loin une chapelle romane, Notre-Dame de Belvezet (« belle vue »)…

Mais les principaux témoins de la vie qui régnait au fort Saint-André sont les murs, gravés par les nombreux soldats et prisonniers qui y sont passés.

En arrivant sur le chemin de ronde, on réalise très vite que le fort Saint-André était à une position stratégique. De ses hauteurs, on domine parfaitement Avignon et son Palais des Papes. Aujourd’hui, loin des tumultes de l’époque, le fort Saint-André offre surtout un panorama à couper le souffle sur toute la région, du mont Ventoux jusqu’aux Alpilles.

Un aperçu du panorama qu’offre le Fort Saint-André. On aperçoit au loin la Tour Philippe le Bel

 

Le fort Saint-André de nos jours

Aujourd’hui le fort est, on l’a vu, ouvert pour tous à la visite. Mais il propose également une riche programmation culturelle et accueille chaque année près de 3500 élèves.

L’été, des balades médiévales, des visites commentées et des visites à la tombée de la nuit sont proposées. Prochainement, le fort accueillera par ailleurs l’opération « Monument jeu d’enfant », les 21 et 22 octobre.

Pour en savoir plus sur cette programmation culturelle, rendez-vous sur le site du monument.

Informations pratiques

Adresse

Fort Saint-André
30400 Villeneuve-lez-Avigon

Horaires

Tous les jours sauf les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre.
Horaires variables selon la saison. Consultez le site du monument.

Tarifs

Tarif plein : 6 €
Tarif réduit : 5 €

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here