Felice Varini ne fait pas d’anamorphose, puisque sa peinture se développe en trois dimensions, sur et dans l’architecture. Il invite le spectateur à y entrer, à la déformer par son regard mobile jusqu’au point où tout s’imbrique parfaitement. Alors les étranges surfaces colorées qui strient les murs et les façades deviennent des formes géométriques parfaites.

 

 

Son dernier terrain de jeu est celui de la Villette, à Paris. Ce n’est pas lui qui l’a choisi, puisque Varini ne travaille jamais sur des projets personnels. Il se nourrit de la contrainte, c’est son commanditaire qui lui impose un espace. De l’aveu de l’artiste lui-même, il n’a jamais refusé de travailler avec un édifice, seulement de travailler avec des individus. Varini explore ensuite le lieu, longtemps, comme ce fut le cas pour la Halle de la Villette, qu’il a trouvée très froide de premier abord, avant de se laisser charmer. Enfin, les formes s’imposent. Si la même configuration se représente, une pièce pourra par la suite être réadaptée à une autre architecture, comme une variation musicale autour d’un même thème.

varini-villette-3

Difficile de ne pas voir dans l’œuvre de Varini un pied de nez aux règles optiques de la perspective – définies par le peintre et théoricien Leon Battista Alberti en s’inspirant des travaux de l’architecte Brunelleschi. Varini rappelle aujourd’hui ce lien organique entre peinture et architecture qui partagent les mêmes conventions de représentation : l’une en deux dimensions, sur la toile, l’autre en trois dimensions, dans l’espace réel. L’artiste dévoile le pot-aux-roses en nous faisant pénétrer à l’intérieur du trompe-l’œil et, paradoxalement, en révélant le « truc », ré-enchante le vieux tour de magie.

Abraham Bosse

Cette redécouverte ludique des fondements de l’architecture est à explorer à la Villette jusqu’au 15 septembre !

 

Passionnée par l'histoire de l'art et l'économie de la culture, en résulte un faible pour les artistes maudits et les artistes rentables. J'aime les musées comme autant de résidences secondaires dont je me propose de vous faire découvrir ici quelques pièces. Pour le reste, je moissonne le champ des possibles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.