Est-ce parce que c’est un anglais, Charles Frederick Worth, qui a fondé la haute couture à Paris au milieu du XIXe siècle que 114 des 164 défilés de prêt-à-porter parisiens présentés en 2014 portaient la griffe de couturiers d’origine étrangère ? C’est l’une des questions que semble soulever l’exposition Fashion Mix présentée au Musée de l’histoire de l’immigration en partenariat avec le Palais Galliera. Alors que les Ministères de la Culture et de l’Economie se mobilisent pour mettre en avant les atouts économiques de la filière de la mode en France, l’exposition rend hommage à la diversité culturelle et ethnique des acteurs qui ont fait de Paris une capitale et un laboratoire de la mode.

A gauche : 1-Brevet déposé par Mariano Fortuny pour un genre d’étoffe plissée-ondulée, 1909, source : INPI Au centre : Mariano Fortuny, « Delphos » robe du soir, vers 1919, coll. Palais Galliera A droite : Issey Miyake, Combinaison, 1998, coll. Palais Galliera
À gauche : Brevet déposé par Mariano Fortuny pour un genre d’étoffe plissée-ondulée, 1909, source : INPI
Au centre : Mariano Fortuny, « Delphos » robe du soir, vers 1919, coll. Palais Galliera
À droite : Issey Miyake, Combinaison, 1998, coll. Palais Galliera

Qu’elle soit nourrie de raisons personnelles, politiques ou économiques, l’histoire d’un départ relève de l’intime. Nancy Huston, auteur canadienne installée en France, parle de l’exil comme du « sentiment d’être dedans/dehors » – que l’on traduirait volontiers par l’expression « le cul entre deux chaises ».

Ce qui donne un supplément d’âme à Fashion Mix et lui évite le travers d’être une nième exposition sur le thème de la mode, c’est l’accès à l’envers du décor. Les demandes de naturalisation de couturiers qui adoptent la France, pays des droits de l’homme, alors qu’ils fuient la révolution russe, le génocide arménien ou le régime franquiste. La fierté de ceux, qui comme Francisco Rabaneda y Cuervo – alias Paco Rabanne – quittent un régime totalitaire mais refusent d’abandonner leur nationalité. Les télégrammes priant d’envoyer une nouvelle machine à coudre ou des fonds pour une petite entreprise. Les croquis de la première collection française de Balenciaga, griffonnés sur le papier à en-tête d’un petit hôtel parisien.

A gauche : Cristobal Balenciaga, croquis sur papier à en-tête de l’hôtel Rochester, Paris, 1932, coll. Balenciaga A droite : aux acte de naissance de Léontine Prusac, née le 18 janvier 1900 à Paris, 22 mai 1944, coll. Paulhan
À gauche : Cristobal Balenciaga, croquis sur papier à en-tête de l’hôtel Rochester, Paris, 1932, coll. Balenciaga
À droite : aux acte de naissance de Léontine Prusac, née le 18 janvier 1900 à Paris, 22 mai 1944, coll. Paulhan

Bien sûr, certains exils sont « joyeusement choisis » et ce n’est pas un hasard si le monde de la mode se donne rendez-vous à Paris. Le droit de la propriété intellectuelle y est assuré par les dépôts de brevet à l’INPI. On y trouve les meilleures « petites mains » : brodeuses russes, chausseurs arméniens, passementières, tricotières… Tous les biopics comme le Saint Laurent de Bertrand Bonello (pour ne citer que lui) montrent qu’elles sont indispensables pour faire vivre les costumes de papier.

Paris porte aussi le titre de capitale des arts : Sonia Delaunay y propose ses robes simultanées (à admirer au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris jusqu’au 22 février), Elsa Schiaparelli y rencontre les surréalistes, Yves Saint Laurent y dessine sa robe Mondrian.

A gauche : Jean Cocteau, Faunes, 1939, coll. part., dédicacé « A mon cher Robert Piguet – ami généreux, magicien de notre théâtre. Son fidèle Jean Cocteau. » A droite : Elsa Schiaparelli et Salvador Dali, chapeau-chaussure, 1937-38, coll. Palais Galliera
À gauche : Jean Cocteau, Faunes, 1939, coll. part., dédicacé « A mon cher Robert Piguet – ami généreux, magicien de notre théâtre. Son fidèle Jean Cocteau. »
À droite : Elsa Schiaparelli et Salvador Dali, chapeau-chaussure, 1937-38, coll. Palais Galliera

Les influences les plus fantasques parviennent, de gré ou de force, à se faire une place sur les podiums et dans les garde-robes. Ironie du sort, la créatrice belge Ann Demeulemeester disait avoir d’abord « préféré montrer [ses] collections à Londres qu’à Paris car Paris [lui] faisait peur ». C’est pourtant en France qu’elle s’installe en 1988, suite aux réactions négatives de l’administration britannique. Avec les « Six d’Anvers », elle se fraye un chemin jusqu’aux défilés parisiens à coup de fausses invitations ! L’école japonaise, Issey Miyake en tête, est surnommée par la presse le « péril japonais » avant de conquérir la ville. La célébrité se savoure parce qu’elle se paye cher.

A gauche : Comme des Garçons, robe collection « White Drama », printemps-été 2012, peinte à la main par Oytama Enrico Isamu, coll. Palais Galliera A droite : Yohji Yamamoto, Ensemble manteau, veste et jupe, automne-hiver 2014, coll. Palais Galliera
À gauche : Comme des Garçons, robe collection « White Drama », printemps-été 2012, peinte à la main par Oytama Enrico Isamu, coll. Palais Galliera
À droite : Yohji Yamamoto, Ensemble manteau, veste et jupe, automne-hiver 2014, coll. Palais Galliera

Seul regret dans ce tour du monde de la mode à la française, l’absence notable de créateurs africains et sud-américains. La mode serait-elle prise en flagrant délit d’immigration choisie ?

 

Informations pratiques :

 

Musée de l’Histoire de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil (Paris 12e)

Jusqu’au 31 mai 2015
Du mardi au vendredi de 10h à 17h30
Le samedi et le dimanche de 10h à 19h

Tarif unique : 6 € / Gratuit pour les moins de 26 ans

 

Comments to: Fashion Mix : mode d’ici, créateurs d’ailleurs

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X