L’expression “à couper le souffle” prend tout son sens lorsque l’on pénètre dans la salle Labrouste. Ce temple de la culture qui abrite la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) laisse sans voix. Comme toute bibliothèque, elle invite au silence mais, surtout, on manque cruellement de superlatifs pour décrire un tel édifice. Sublime, magnifique, rayonnante… oui, assurément la salle Labrouste est tout cela à la fois et plus encore depuis sa restauration. Car la salle Labrouste s’est offert une cure de jeunesse. Fermée depuis 1998 pour travaux, elle est à nouveau ouverte depuis décembre dernier.

 

La salle Labrouste : un chef d’oeuvre du XIXe siècle

La construction de cette salle a été confiée à Henri Labrouste en 1854. Ce dernier est alors au faîte de sa gloire après l’édification de la bibliothèque Sainte-Geneviève achevée quatre ans plus tôt. Les travaux de la salle Labrouste commencent en 1860 et s’achèvent en 1866. Ouverte au public en 1888, elle accueille le département des Imprimés de la Bibliothèque nationale de France et restera en service jusqu’en 1998 lorsque ses collections sont transférées vers la bibliothèque François-Mitterrand. En 2001 on décide alors d’affecter la salle Labrouste à la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art et des travaux de restauration sont menés de 2011 à 2015.

 

1,7 millions de documents dans les collections de la bibliothèque de l’INHA

Dans les collections de la bibliothèque de l’INHA se trouvent pas moins de 1,7 millions de documents ! Majoritairement des photographies, manuscrits anciens, dessins et estampes.

Une collection qui prend racine dès le début du XXe siècle lorsque le couturier et collectionneur Jacques Doucet décide de créer une bibliothèque spécialisée pour les chercheurs en histoire de l’art et archéologie. Il rassemble une grande quantité de documents (plus de 100 000 volumes, 15 000 manuscrits et autographes, 150 000 photographies et un ensemble d’estampes) dont il fait don à l’Université de Paris en 1917. Rattachée à l’INHA en 2003, la bibliothèque est enrichie en 2016 des collections de l’ancienne Bibliothèque centrale des musées nationaux, devenant la plus grande bibliothèque d’histoire de l’art au monde.

 

Accessible aux chercheurs en histoire de l’art, la bibliothèque de l’INHA sera cependant ouverte au grand public ce dimanche 17 septembre à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine. En attendant, en voici un aperçu en photos…

Labrouste a conçu une salle extrêmement aérienne. Les seize colonnes de fonte suffisent à porter les neuf coupoles inspirées des basiliques chrétiennes et de l’architecture byzantine qui offrent à la salle un éclairage zénithal.

Sur les murs, les peintures représentant des scènes de verdure viennent palier le manque d’ouvertures.

Les deux cariatides monumentales de Jean-Joseph Perraud surveillent l’accès au Magasin central.

La beauté de la salle Labrouste se révèle dans chaque détail

L’escalier menant aux coursives

Le magasin central

Le Magasin central est désormais accessible au public, permettant d’offrir en libre-accès plus de 160 000 volumes.

La bibliothèque en chiffres

places de lecture

millions de documents

kilomètres linéaires de collections

Informations pratiques

Adresse

58, rue de Richelieu
75002 Paris

Horaires

lundi – vendredi : 9h – 19h30
samedi 9h – 18h30

Tarifs

Accès gratuit mais sous conditions

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here