Bientôt 40 ans, 21 employeurs et 34 CDD… la triste réalité du métier de journaliste de nos jours. Dorothée Drevon, journaliste de son métier, raconte aujourd’hui cette précarité dans « Albert Londres, les pigeons et moi ». Un spectacle à la fois enjoué et à l’humour grinçant.

Dorothée commence son spectacle en rappelant l’existence d’Albert Londres, l’un des premiers grands journalistes à avoir parcouru le monde pour réaliser des reportages. Puis elle bascule sans transition sur la définition du pigiste, selon elle un pigeon mais avec le suffixe « iste » pour anoblir le terme.

Car le monde du journaliste est beaucoup moins noble aujourd’hui : reportages truqués, montages manipulateurs, interviews de patrons en petite culotte depuis chez soi, solitude du statut de freelance, superficialité des relations et jalousies entre journalistes… la liste des griefs est longue. Dorothée Drevon

Les situations s’enchaînent, tandis que Dorothée couvre avec énergie tous les aspects de son métier, de la presse écrite à l’univers de la télé. Ce riche panorama n’épargne pas les situations très risibles rencontrées au cours de sa carrière, de ses entretiens avec une conseillère Pôle Emploi névrosée aux interviews très variées, allant de la catho coincée traumatisée par la « Manif pour Tous » à la dame prête à témoigner sans gène sur son quotidien avec des hémorroïdes. La qualité de son spectacle repose entre autres sur ses talents d’imitatrice : elle est tout simplement hilarante dans la peau de ces personnages aussi extrêmes les uns que les autres.

Le spectateur ressort de ce stand-up à la fois amusée et conscient de la critique latente derrière ce spectacle. Dorothée Drevon a cette candeur touchante de l’humoriste encore à ses débuts sur scène et cette assurance faussement prétentieuse de la journaliste hautaine et sûre d’elle, dont elle sait exagérer les traits.

Elle a tout tenté en s’attelant à l’écriture de ce spectacle. Elle s’est exprimée en connaissance de cause. Quel sujet trouvera-t-elle à écorcher, qui viendra-t-elle nous imiter avec talent pour la suite de sa carrière d’humoriste ?

Informations pratiques :

Théâtre de Dix Heures
36 Boulevard de Clichy (Paris 18e)

Tous les jeudis à 20h15 jusqu’au 28 avril

A partir de 14€

PARTAGER
Passionnée de culture : photographie, musique, cinéma, théâtre, voyage… j’aime découvrir et partager mes impressions par les mots et les photos. Depuis que Paris est devenue « ma » ville, pas une journée ne passe sans que je ne m’émerveille de sa beauté et de la multiplicité des possibles…

3 COMMENTAIRES

  1. J’ai vu ce spectacle en compagnie de mes amis du réseau social http://www.woozgo.fr/ et nous avons passé un excellent moment. Dorothée Drevon est vraiment talentueuse et elle arrive à passer d’un personnage à l’autre avec une telle aisance. Qui plus est, ce show est bien écrit et c’est à la fois drôle et touchant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here