La quatrième édition du festival Clap Your Hands a démarré le 14 avril. Jusqu’au 26 avril, des artistes d’univers différents vont se succéder sur la scène du Café de la Danse. Après l’ouverture par Micky Green, c’est la mystérieuse Dillon qui a animé la deuxième soirée. Un set étrange à l’image de la chanteuse.

Sans première partie, la jeune allemande prend place sur scène derrière un synthé, accompagnée d’un DJ. Tout est calme, tout est noir, tout est sombre, tout est enfumé. Et soudain, après quelques sample, sa voix envahit le Café de la Danse. Cette voix… suave, cassée, envoûtante. Dillon s’écoute assis dans son canapé, les yeux fermés… Dans une salle de concert ? Pas convaincue.

L’univers de Dillon est singulier. Elle décrit son travail comme de la « musique électronique accompagnée de voix féminines, faite maison avec amour » et n’aime pas qu’on la compare à d’autres artistes. Son premier album, This Silence Kills, tout en présentant un univers électro bénéficiait d’une trame pop. La voix de Dillon rendait le tout assez hypnotisant et plutôt réussi. Son deuxième album The Unknow (sorti le 28 mars dernier) est résolument plus électro que pop, un peu plus conceptuel et, de fait, un peu moins accessible.
Sur scène, Dillon équilibre ses morceaux entre ses deux albums, nous balançant d’un univers à l’autre. Parfois pop, parfois doux, parfois électro, parfois ‘heu, c’est quoi ça ?’. Elle reste statique et cachée sous la lumière. Difficile de dire ce que le public en a pensé, l’univers de Dillon n’est pas une musique qui déchaîne les foules, il est plutôt planant. L’ambiance est donc restée assez calme.

Tout le show se passe dans la pénombre. Les lumières se trouvent derrière Dillon, on ne la voit pas, on la devine. Sa frêle silhouette se dessine et ses quelques mouvements de mains sont auréolés de lumière. C’est joli, certes, mais on regrettera de ne pas la voir. Un choix artistique très probablement fait pour qu’elle reste dans l’ombre. En effet, Dillon est timide, n’aime pas se montrer. Dans une interview de 2012, elle comparait d’ailleurs le fait d’être sur scène à celui de vomir (« C’est comme vomir ! Quand vous êtes sur le point de vomir vous ne vous sentez pas bien mais une fois que vous avez vomi vous vous sentez mieux ! »). Son moment préféré est donc l’après-show…
Logiquement, elle parle peu mais remercie beaucoup. Lorsque sur Tip Tapping, elle fait chanter le public, elle confond ‘je n’entends pas’ avec ‘j’écoute pas’. C’est mignon !

Pour le rappel, elle revient, seule avec son piano, pour deux morceaux. La voix et la grâce de Dillon sont enfin réunies et elle nous amène là où nous voulions aller avec elle.

Quand elle vient saluer à la fin du concert, elle jette quelques regards furtifs en direction du public mais regarde surtout ses pieds. Son acolyte, qui lui tient la main, la soutient plus qu’il l’accompagne. Le concert se termine sur cette image assez triste. On ressent sa ‘souffrance’ d’être sur scène. C’est une expérience toute aussi singulière que ce concert. Il reste à espérer que ce ne soit qu’un jeu de scène et qu’elle est en fait une jolie jeune fille pleine de joie et d’énergie…

 

Programme du festival Clap Your Hands :

 
Clap-Your-Hands-640x904

14 AVRIL – MICKY GREEN + CLAIRE
15 AVRIL – DILLON
16 AVRIL – CHRIS GARNEAU + BENT VAN LOOY
17 AVRIL – RICH AUCOIN + ENCORE!
25 AVRIL – AUGUSTINES
26 AVRIL – THE VEILS

 

Videos :

 
Your flesh against me

 

Tip Tapping

 

Comments to: Dillon au Café de la Danse le 15 avril 2014

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.

X