Résumé :

Simon est un auteur de bandes dessinées en panne d’inspiration et de désir, tant dans son travail que dans sa vie. Invité au Portugal pour participer à un festival de BD, ce pays sonne comme un déclic. La langue, les odeurs, font ressurgir en lui le souvenir des vacances passées enfant chez sa grand-mère portugaise. De retour en France, il se demande pourquoi il en sait si peu sur ses grands-parents et pourquoi le Portugal lui est devenu si étranger. Le mariage de sa cousine va alors lui permettre de mieux comprendre sa famille et de retrouver un peu de son identité.

 

Avis :

Cyril Pedrosa - PortugalJe dois bien l’avouer, je ne suis pas un grand connaisseur de bandes dessinées. Ma connaissance de la BD se résume principalement à ce que je lisais quand j’étais petit : Tintin, Astérix, Les femmes en blanc, Lagaffe, L’agent 212, Les Tuniques Bleues, Le Petit Spirou… Ces BD populaires ne sont pas dénuées de qualités mais leur principal atout réside surtout dans leur côté divertissant. Elles se lisent vite et ne laissent pas forcément un grand souvenir.

Pourtant, il y a quelques semaines, en parcourant la blogosphère je suis tombé sur un article de Kikine qui évoquait la BD de Pedrosa. Je trouvais intéressant qu’une bande dessinée puisse aborder le thème de l’identité, souvent malmené lors des récents débats présidentiels. Ce côté « sérieux » de la BD, à l’opposé de ce que je connaissais m’a intrigué et puis j’ai tout de suite été charmé par le style de l’auteur. Alors, je me suis décidé à l’acheter et je n’ai pas été déçu !

C’est un vrai coup de cœur que j’ai eu pour cette BD, tant sur le fond que sur la forme. Avec plus de 260 pages, l’histoire est riche et s’apparente à un vrai roman graphique. On plonge facilement dans la mélancolie de Simon. Le jeune homme n’est ni un super-héros, ni un loser, il est simplement un homme comme tout le monde. Les moments décrits sont des instants simples mais c’est aussi ce qui permet de nous projeter facilement dans l’histoire.

Pour les scènes qui se passent au Portugal, Pedrosa a eu l’intelligence de laisser certains dialogues en Portugais (voir la seconde planche présentée ci-dessous). On se retrouve donc dans la même situation que Simon, lui-même perdu face à cette langue dont il ne capte que l’essentiel, comme il le dit si bien dans l’extrait qui suit :

[box]
Extrait :

Je parviens à peine à communiquer avec la plupart d’entre eux. Quelques phrases de mauvais anglais, des gestes de la main, parfois rehaussés d’un sourire ou d’un sourcil levé. Ce langage sommaire, concentré sur l’essentiel, aussi frustrant qu’il soit permet de ne montrer que le meilleur de nous mêmes. Les signes infimes, qui trahissent dans une langue maternelle, la bêtise ou la jalousie, sont ici effacés. Je ne vois que leurs sourires. Je les écoute avec l’illusion d’être en terre familière, de les connaître depuis toujours. Je les regarde et je les aime en secret. Je retrouve dans leurs visages des figures de mon enfance. Des cousins qui rient très fort… Une tante, dont j’ai oublié le nom…. Qui parlent cette langue, si douce, si tendre. Toutes ces bribes de souvenirs épars recouverts par les mauvaises herbes du temps. C’était là. A l’intérieur de moi. Et je l’avais oublié.

[/box]

Côté forme, les dessins sont très travaillés, Pedrosa n’hésite pas à ajouter beaucoup de détails à ses planches et à jouer sur la transparence. On se rendra vite compte qu’il est également très doué dans la coloration. Au fil des pages il réussi à nous faire passer par un large panel d’ambiances.

C’est donc avec un réel enthousiasme que je vous invite à lire et à relire cette bande dessinée. Parmi les critiques postées sur Amazon, un internaute explique : « De temps en temps, ça arrive. On referme la dernière page d’un livre et on se dit qu’on a eu beaucoup de chance de ne pas le louper, qu’il fera partie de son petit panthéon personnel ». Je ne peux qu’approuver son analyse et j’espère qu’il en sera de même pour vous. Bonne lecture !

Quelques planches : (cliquez pour agrandir)

Cyril Pedrosa - Portugal   Cyril Pedrosa - Portugal

Cyril Pedrosa - Portugal Cyril Pedrosa - Portugal

Note : 

A lire aussi, le blog de Cyril Pedrosa ainsi que les avis de Mango, Papillon, Yaneck, Mo et Yspaddaden.

2011 – 261 pages – ISBN : 978-2-8001-4813-7
Prix de la BD FNAC 2012
Prix des libraires 2012
Cyril Pedrosa (1972) – Français

 

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

10 COMMENTAIRES

  1. Superbe album n’est-ce pas ! Il y a de nombreuses petites perles qui sont de la même trempe que « Portugal ». Le paysage éditorial, en BD, n’est plus du tout le même comparé à celui de notre jeunesse (et auquel vous faites références). Si vous appréciez les récits intimistes… j’en ai une besace pleine à partager avec vous 🙂

  2. Quel bel article ! Tu réussi à dégager toutes les belles qualités de cet album …
    Je suis prête à parier que ton exploration de la BD ne va pas s’arrêter à cette belle expérience 😉

  3. […] Je vous en parlais cet été, cette bande dessinée a été l’un de mes grands coups de cœur de l’année. L’histoire est riche et s’apparente à un vrai roman graphique. Les dessins sont superbes et la réflexion autour du thème de l’identité est très intéressante. Il faut compter 35 € pour cette BD mais elle les vaut largement, avec plus de 260 planches, ce n’est pas une histoire que vous allez expédier rapidement, vous aurez même probablement envie de la relire. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here