L’histoire commence au début des années 1930, peu avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Richard Strauss (interprété par Michel Aumont) peine à trouver de l’inspiration et se décide à prendre contact avec Stephan Zweig (Didier Sandre) pour créer un opéra : La femme silencieuse. Les deux hommes s’admirent mutuellement et ce travail marque le début d’une grande amitié. Mais cette amitié est mise à l’épreuve tandis que l’Allemagne sombre dans le nazisme : Zweig, de confession juive, est contraint de rester en Autriche alors que Strauss se plie malgré lui aux volontés des instances nazies afin de protéger sa famille.

Ce qui frappe avant tout dans cette pièce c’est l’immense talent des comédiens qui nous permet d’emblée de cerner les caractères très différents des deux artistes. Sandre interprète un Zweig touchant, sensible, un peu effacé mais sûr de ses opinions. Michel Aumont parvient quant à lui à montrer un Strauss sûr de lui et directif. On comprend rapidement que la petite histoire des deux hommes va être impactée par la grande Histoire. Zweig, contraint à l’exil, ne peut plus poursuivre son travail avec Strauss. Pourtant, leur amitié résiste. Strauss bien que forcé à faire quelques concessions pour protéger sa famille fera tout son possible pour que le talent de Zweig soit reconnu.

On notera également la superbe prestation de Christiane Cohendy dans le rôle de la femme de Strauss. Sa présence permet de s’échapper de temps en temps de la gravité de l’histoire grâce à des petites querelles de couple assez comiques.

La mise en scène signée Georges Werler est très bien réalisée. Les différents tableaux sont introduits par leur date, projetée sur le rideau à la manière des vieux films historiques. On voit ainsi défiler des années chargées de sens : 1933, 1939, 1945… qui permettent de cerner facilement le contexte qui entoure la vie des protagonistes.

Collaboration est une pièce que je vous recommande vivement qui permet d’en savoir plus sur Strauss et Zweig mais aussi de mieux comprendre les liens entre Strauss et le régime nazie. Cette pièce nous force également à nous interroger : qu’aurions-nous fait dans de telles circonstances ?

 

Bande annonce :

 


 

Théâtre de la Madeleine
A partir du 25 janvier 2013
Du mardi au samedi à 20h30, le samedi et le dimanche à 17h
En savoir plus

 

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.