La vie de château n’est pas un temps révolu pour tout le monde ! Le château de l’Islette est encore habité mais, cinq mois dans l’année, ses propriétaires s’éclipsent pour permettre aux visiteurs de venir découvrir le monument.
Achevé en 1530 et classé Monument Historique en 1946, l’Islette est entouré d’un parc luxuriant qui permet de compléter la visite par de nombreuses activités en plein air.

 

Le château de l’Islette : petit frère d’Azay-le-Rideau

Le château de l’Islette est un contemporain de son illustre voisin Azay-le-Rideau (achevé en 1523). Considéré comme le petit frère de ce dernier, l’Islette lui ressemble beaucoup : trois étages, deux séries de moulures entre les niveaux, un chemin de ronde sur mâchicoulis… les similarités sont nombreuses. Il se pourrait même que certains ouvriers d’Azay-le-Rideau aient également œuvré sur l’Islette.

Cette ressemblance était encore plus grande avant le début du XIXe siècle : l’Islette était alors entouré de douves et ses tours et lucarnes étaient plus allongées, comme en témoigne cette gravure.

Château de l'Islette
Le château de l’Islette avec ses douves et avant que les tours ne soient tronquées

 

Un château encore habité

L’Islette est acheté par Pierre et Madeleine Michaud au milieu des années 60. A l’origine, le couple projetait d’occuper une maison attenante et de se contenter de profiter du domaine mais, rapidement pris de passion par le monument, ils entreprirent une importante campagne de restauration dans le but d’y habiter. Le château est désormais la propriété de leur fils, Pierre-André Michaud, et de sa femme Bénédicte, qui en ont repris la gestion en 2010. Les propriétaires l’occupent sept mois dans l’année mais de mai à septembre, il est ouvert au public pour financer les importants travaux sans cesse nécessaires pour l’entretien d’un tel monument.

L’étage du château est donc aménagé en lieu de vie avec tout le confort moderne. Si le cachet historique a été préservé dans la plupart des salles, d’autres comme la salle de bain sont résolument contemporaines… peut-être même un peu trop ! On se consolera en se disant qu’il faut mieux un site reconverti mais entretenu qu’une ruine laissée à l’abandon.


 

L’Islette et son parc

Aller visiter le château de l’Islette ce n’est pas seulement partir à la découverte d’un monument, c’est aussi profiter d’un somptueux cadre de verdure. Car si le château revêt le nom de petite île, c’est en raison de son emplacement qui jouxte le bras principal de l’Indre et qui offre de très belles conditions de détente.

C’est ainsi qu’en pénétrant sur ce domaine, on se retrouve face à un large parc aux arbres centenaires qui longe la rivière. Par beau temps, on ne se fera pas prier pour flâner dans les jardins, faire un tour en barque, prendre un café à l’ombre d’un parasol, faire bronzette sur une chaise longue voire même donner à manger aux lapins !


 

Un havre de paix pour Camille Claudel et Auguste Rodin

"La petite châtelaine" de Camille Claudel
« La petite châtelaine » de Camille Claudel

Camille Claudel rencontre Rodin en 1882 tandis qu’elle devient son élève. Malgré les 24 années qui les séparaient (Camille Claudel avait alors 17 ans ; Rodin 41), une passion artistique et amoureuse naît entre les deux artistes. Leur relation dura une dizaine d’année, elle prit fin à l’initiative de Camille Claudel qui voulut être reconnue pour son propre travail et qui comprit que Rodin ne quitterait pas sa compagne.

Le cadre idyllique du château de l’Islette fut l’abri de cette liaison non-officielle au début des années 1890. Rodin y travailla sa statue de Balzac quant à Camille Claudel, elle y revint seule après leur rupture en septembre 1892. Elle y réalisa alors une sculpture de la petite fille des propriétaires, Marguerite Boyer.

 

Informations pratiques :

Château de l’Islette
9, route de Langeais, 37190 Azay-le-Rideau

Ouvert du 1er mai au 30 septembre
De 10h à 19h

Tarif plein : 9 € / Tarif réduit : 5,5 € / Gratuit pour les moins de 8 ans

2 COMMENTAIRES

  1. nous étions 3 pour visiter ce château le 31 août 2017 (jour de tournage )dommage de nous avoir fait payer plein tarif alors que la salle principale nous a été interdite pendant plusieurs heures et non 30 mn comme il nous a été dit à l’accueil.la chambre à coucher était aussi embarrassée et le silence était demandé .heureusement le parc est fabuleux et mérite d’être vu

  2. Bonjour
    Nous avons visité ce château par une journée pluvieuse de ce printemps.
    Nous en avons été ravis, magnifique parc fort bien entretenu dans lequel il est fort agréable de se promener.
    Nous avons apprécié le partage de ce bien entre les propriétaires et nous, visiteurs qui ne sont pas considérés comme des intrus, mais des hôtes de passage auxquels l’ont fait partager cette richesse.
    Nous nous sentons à l’aise dans la demeure ou l’ombre de Camille Claudel rôde toujours
    Bonne continuation pour cette belle restauration
    peut-être à une autre fois lors d’un séjour en Touraine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.