Résumé :

Parmi tous ses « livres de chevet », Arnaud Cathrine a décidé d’en garder six. Six livres et donc six auteurs qui l’ont marqué tout particulièrement. Quatre femmes et deux hommes : Carson McCullers, Françoise Sagan, Roland Barthes, Fritz Zorn, Sarah Kane et Jean Rhys. Une rencontre avec « ses vies romancées » qui pourraient bien devenir les nôtres , s’il arrive à nous transmettre son amour pour ces écrivains !


 

Avis :

Arnaud Cathrine Nos vies romancées

« N’entre pas ici sans désir » avait écrit Paul Valéry. C’est l’épigraphe qu’a choisi Arnaud Cathrine pour ce livre. Oh, non, c’est sûr, je n’ai pas ouvert ce livre sans désir ! Les fidèles du blog l’auront remarqué, Arnaud Cathrine est un auteur que j’adore et j’attendais ce livre avec une grande impatience !
Dans les romans d’Arnaud Cathrine, le personnage principal est souvent disparu. Ce sont les amis ou la famille du disparu qui, au fil du livre, vont nous en apprendre plus sur ce personnage. Ici, c’est un peu comme si les rôles entre l’auteur et ses personnages était enversé : à travers ces six écrivains qu’il nous présente, Cathrine nous parle un peu de lui-même et nous en apprend plus sur sa soif de liberté.
Car ce qui ressort de ce livre, c’est bien cette quête de la liberté. Chacun de ces six auteurs semble avoir cherché à atteindre ce but : que ce soit Sagan dans l’attitude qu’on lui connait, Zorn en tentant d’aller au-delà du conditionnement imposé par ses parents ou encore Rhys en essayant de dénoncer la condition des femmes. Il semble en être de même pour Arnaud Cathrine, qui nous le contait encore si bien il y a quelques jours, en évoquant l’histoire de son grand-père dans les Ateliers de la Création de France Culture (dont je vous recommande vivement l’écoute du podcast). Arnaud Cathrine me semble de plus en plus sûr de lui et cela se sent dans ses créations (qu’elles soient littéraires, musicales ou théâtrales), pour notre plus grand plaisir !
Je pense que ce livre peut séduire tout le monde, que l’on connaisse ces auteurs ou non. J’ai pris autant de plaisir à découvrir les auteurs que je n’ai pas encore lu, qu’à lire l’interprétation de Cathrine sur ceux que je connaissais déjà. Au final, je ressors de ce livre avec autant de désir qu’au début, si ce n’est davantage ! J’ai envie d’en savoir encore plus sur ces auteurs et je crois notamment que des livres de Sagan et Sarah Kane seront sur la liste de mes prochains achats !

Je profite de cet article pour remercier Violaine, pour avoir contacté l’auteur afin de m’offrir ce livre en avant-première, et puis Frère Arnaud, pour avoir accepté de le lui envoyer.

 

Extrait :

 
[box]

Moi aussi, je sais bien que ma vie est « une affaire compliquée d’endroits « où l’on m’aime bien » et d’endroits « où l’on ne m’aime pas », de gens qui me font du bien et de gens qui ne me font pas du bien, de gens avec qui je pourrais être heureux et de gens avec qui je ne le serai jamais, de regards dans lesquels « j’ai l’air en beauté » et de regards dans lesquels « j’ai mauvaise mine », de questions « qui vont me porter bonheur » et de questions « qui ne me porteront pas bonheur », et ainsi de suite…
De l’enfant que j’étais, on a pu dire qu’il était « compliqué ». Je pense plutôt qu’il est très « compliqué » de devenir soi-même quand la sacro-sainte norme nous souhaiterait tous identiques ; ça, je l’ai su très tôt. Le métier de vivre, ce n’est sans doute pas autre chose que ça : accepter sa liberté et, si tant est qu’elle ne nuise à personne, l’imposer sauvagement, obstinément, en serrant les dents tout d’abord, puis un grand sourire aux lèvres in fine. Cela prend sans doute toute une vie.

Alors, maintenant, que la lutte soit belle.

[/box]

 
Note : 
 

2011 – 209 pages – ISBN : 978-2-234-06938-1
Arnaud Cathrine – Français

Article initialement publié sur le blog Art Souilleurs

 

PARTAGER
Jeune trentenaire et vieux blogueur. Fondateur de Culturez-vous et organisateur de l’association "Un Soir, un Musée, un Verre". Flâneur professionnel et éternel curieux.

3 COMMENTAIRES

  1. Arnaud Cathrine signe avec « Nos vies romancées » un livre à mi-chemin entre l’essai et l’intime. J’ai apprécié la finesse de ses analyses tout autant que le côté très accessible de ce livre. Peut-être qu’il manquait une architecture plus vaste dans laquelle chacune des œuvres évoquées aurait pris une signification plus explicite. Il n’empêche qu’à travers ces pages, j’ai pris plaisir à fureter dans la bibliothèque d’Arnaud Cathrine (qui collectionnes les exemplaires des « Fragments d’un discours amoureux » de Barthes, j’ai aimé cette anecdote). Le plus chouette dans tout cela étant qu’il nous donne accès à son propre panthéon littéraire, j’ai donc découvert des livres que j’ai très envie de lire : ceux de Jean Rhys et de Françoise Sagan en tête. Affaire à suivre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here