Dès demain et jusqu’au 31 janvier, la nouvelle édition du Mois du graphisme d’Echirolles met la Pologne à l’honneur. A cette occasion, j’ai interviewé Michel Bouvet, affichiste et commissaire d’expositions de ce festival.

Membre de l’alliance graphique internationale depuis 1997, professeur à l’ESAG / Penninghen, commissaire de plusieurs expositions, Michel Bouvet a également fait plus de 80 expositions personnelles d’affiches culturelles, en France comme à l’étranger. Il est l’un des affichistes français les plus reconnus.

Quel est son parcours ? En quoi consiste le Mois du graphisme d’Echirolles ? Et pourquoi les affiches polonaises sont-elles si intéressantes ? Michel Bouvet nous explique tout !

***

Pouvez-vous vous présenter : quel est votre parcours ? Et d’où vient ce lien privilégié avec la Pologne ?

Je suis affichiste, enseignant et commissaire d’expositions sur le graphisme. J’ai étudié à l’Ecole des beaux-arts à Paris puis suis devenu graphiste et affichiste.

Je travaille en majorité pour la culture et les institutions. Ayant exposé mon travail d’affichiste sur les cinq continents, j’ai pu tisser des liens avec mes confrères dans le monde entier.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité montrer en France les œuvres des graphistes d’autres pays. Les affichistes polonais ont eu une influence déterminante sur mon travail.

Vous êtes commissaire d’expositions du Mois du graphisme d’Echirolles. Pouvez-vous nous parler de ce festival ?

Affiche Pologne une révolution Graphique EchirollesLe Mois du graphisme d’Echirolles, depuis sa création en 1990 par Diego Zaccaria et la Ville d’Echirolles, a montré les œuvres de centaines de graphistes du monde entier.

Monographies et expositions thématiques ont abordé la plupart des grandes questions du graphisme. Le festival a toujours voulu contextualiser la pratique du graphisme
à travers la géopolitique et les questions sociales, culturelles et artistiques. On y a découvert pour la première fois le graphisme chinois, iranien mais aussi celui de nombreux pays oubliés par la scène graphique internationale.

Les stars du graphisme y ont toujours rencontré des graphistes inconnus, y compris dans leurs propres pays, désormais reconnus internationalement.

Tous les deux ans, le Mois du graphisme d’Echirolles est l’un des événements majeurs du graphisme français et européen.

Affiches polonaises
L’école polonaise de l’affiche

Cette année, la Pologne est à l’honneur pour l’édition qui se déroulera du 17 novembre au 31 janvier. Pourquoi avoir choisi de mettre en avant ce pays ?

Après le Japon en 2016, la Pologne s’imposait d’évidence comme l’invitée d’honneur du Mois du graphisme d’Echirolles. En effet, dès les années 50, les graphistes polonais
se sont imposés parmi les créateurs les plus prolifiques et les plus talentueux dans le monde. L’école polonaise de l’affiche est devenue, au fil du temps, l’une des références majeures du graphisme mondial.

Aujourd’hui, la jeune génération perpétue avec le même talent cette formidable aventure artistique.

Affiches polonaises
Deuxième génération

Cette édition est sous-titrée « une révolution graphique ». Dans quelle mesure pensez-vous que les affiches polonaises et plus généralement le graphisme polonais, participent au bouillonnement d’idées et sont-ils révolutionnaires ?

Le graphisme polonais a “renversé la table” dès les années 50 en mariant brillamment le fond et la forme, délivrant des messages puissants en direction du public polonais.
Saisissant la chance qui leur était donnée par le gouvernement polonais dès le milieu des années 50, ils ont su contourner la censure et inventer, à travers leurs affiches, de nouvelles manières de communiquer avec les Polonais.

A l’occasion de la première biennale internationale d’affiches, créée en 1966 à Varsovie, les graphistes du monde entier ont découvert d’extraordinaires affichistes en Pologne.

Cassant les codes, multipliant les références au monde de l’art, ces créateurs ont influencé, au fil des décennies, leurs confrères étrangers.

Affiches polonaises
Nouvelle génération

Quelle est l’affiche polonaise qui vous a le plus marqué et que vous auriez envie de faire découvrir aux lecteurs de Culturez-vous ?

Il m’est impossible de citer une seule affiche. J’invite vos lecteurs à découvrir l’ensemble des affiches polonaises. C’est à un vrai voyage artistique que nous vous invitons.

 

> LIRE AUSSI : Plongez dans la culture polonaise !

Le Mois du graphisme d’Echirolles est à découvrir jusqu’au 31 janvier. Pour en savoir + : https://echirolles-centredugraphisme.com/mois-du-graphisme

Crédit photo d'en-tête © Marc Kandalaft
Cet article a été réalisé en partenariat avec Pologne Cultures Actuelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.