- Publicité -

Du 17 au 20 octobre aura lieu, en off de la Fiac, la 7e édition parisienne de l’Outsider Art Fair. Foire de référence de l’art brut et outsider, cet événement réunit cette année près de 40 exposants internationaux au sein de l’Atelier Richelieu.

Mais qu’est-ce que l’art brut ? Et quelles surprises nous réserve cette nouvelle édition de l’Outsider Art Fair ? Je suis allé à la rencontre de sa directrice, Becca Hoffman, qui a accepté de se prêter au jeu des « 5 questions à » pour nous en dire plus sur sa passion pour l’art brut…


Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?

Je suis Becca Hoffman, directrice de l’Outsider Art Fair à New York et à Paris, depuis le lancement de son édition parisienne il y a 7 ans. J’ai grandi dans le milieu de l’art avec une mère galeriste. J’ai toujours été intéressée par l’art, mais c’est quand je suis entrée à l’université et que j’ai initié un premier projet en galerie que j’ai su que j’avais trouvé ma voie. Après avoir obtenu un master à Londres et quelques années dans le milieu de design, j’ai travaillé pour des galeries d’art moderne, contemporain et photo, puis d’art brut pendant une douzaine d’années. En 2013, la galerie Andrew Edlin où je travaillais a racheté l’Outsider Art Fair via une nouvelle structure, Wide Open Arts – c’est ainsi que j’en suis devenue directrice et que j’ai pu lancer l’édition parisienne aux côtés d’Andrew Edlin.

Vous organisez à Paris du 17 au 20 octobre l’Outsider Art Fair, seule foire parisienne dédiée à l’Art Brut. Comment définissez-vous cet art ?

En France, l’art brut est une notion assez précise qui a été particulièrement développée par Jean Dubuffet, qui concerne l’art des personnes aliénées par la maladie ou l’enfermement, et qui créent de manière autodidacte, sans rapport à l’institution ou au marché. Ce qui est intéressant avec l’Outsider Art, terme américain plus large qui est l’objet de la foire, c’est que cette notion rassemble plus largement et inclut l’art naïf, l’art populaire, le folk art, toutes les pratiques de création situées en dehors des grandes voies officielles.

Outisder Art Fair
Outisder Art Fair Paris © OAF

Comment est née votre passion pour l’art brut ?  

J’étais toujours été passionnée par l’art brut mais il y a une exposition qui m’a particulièrement touchée en 2000 au PS1 MOMA, « Disasters of War » avec les œuvres de Francisco de Goya, Jake et Dinos Chapman, et Henry Darger. Je suis littéralement tombée sous le charme de l’oeuvre de Henry Darger, de cette fable magnifique et mystérieuse qu’il a créée.

Plus qu’une exposition d’œuvres, l’Outsider Art Fair propose aussi une programmation événementielle, pouvez-vous nous en dire plus ?

Chaque année, on essaie de proposer à la foire une véritable programmation d’événements qui réunissent les acteurs du milieu et touchent différents publics. 

La soirée du 18 octobre, nous organisons une nocturne dédiée  aux femmes – artistes, collectionneuses, amatrices d’art, avec des performances et la remise du prix Art Absolument à une artiste féminine vivante.

Le samedi 19 octobre, le public pourra se rendre à une journée complète d’événements à Drouot. Le matin, on propose une table ronde sur le marché de l’art brut modérée par Melanie Gerlis (Financial Times) avec le galeriste Jean-Pierre Ritsch-Fisch, le collectionneur Bruno Decharme, et le commissaire-priseur Xavier Dominique. L’après-midi, en partenariat avec le Collection de l’art brut, on va montrer deux documentaires d’artistes — Michael Golz et Anna Zemankova. Après les films, Sarah Lombardi, directrice de la Collection de l’Art Brut, et Philippe Lespinasse, cinéaste des films, interagiront avec les spectateurs.

Quelle est votre oeuvre coup de cœur en Art Brut que vous aimeriez partager avec les lecteurs de Culturez-vous ?

Cette année encore, j’ai de nombreux coups de cœur parmi les œuvres proposées par nos galeristes :

  • Le self portrait de Vivian Meier á les Douches la Galerie – la première fois que cette œuvre va être montrée !
  • J’adore les villes de Gustavo Enrique Buongermini avec Galerie Le Moineau Écarlate.
  • Les peintures de Abdelmalek Berhiss à SINIYA28 de Marrakech qui seront présentées pour la première fois à la foire.
  • Comme œuvres d’art brut classique, les Aloise Corbaz à la Galerie du Marché sont fantastiques !
  • Et bien sûr les sculptures de Shinichi Sawada à la Jennifer Lauren Gallery.

Venez découvrir l’Outsider Art Fair avec d’autres lecteurs de Culturez-vous à l’occasion d’une visite guidée gratuite qui aura lieu le vendredi 18 octobre à 18h30 :

octobre 2019

18oct18 h 30 min19 h 30 minVisite de l'Outsider Art FairVisite guidée gratuite18 h 30 min - 19 h 30 min Atelier Richelieu


Un grand merci à Becca pour cette interview ! Si vous souhaitez en savoir + sur l’Outsider Art Fair, rendez-vous sur https://www.outsiderartfair.com/fr ou bien directement, du 17 au 20 octobre à l’Atelier Richelieu (60 rue de Richelieu, Paris 2e).

Retrouvez toutes les autres interviews de Culturez-vous dans la rubrique 5 questions à.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.