Si vous allez à Genève, vous remarquerez probablement les nombreuses enseignes horlogères affichées dans les rues. Et pour cause : l’industrie horlogère a, au fil des siècles, façonné l’histoire de la ville !

Alors comment Genève est-elle devenue la capitale des montres de luxe ? Découvrez l’histoire de l’horlogerie genevoise !

Comment mesurer le temps ?

Qu’est-ce que le temps ? La question est difficile car pour chacun d’entre nous, la perception du temps sera différente. Certains moments peuvent passer très vite, d’autres beaucoup plus lentement… Si bien qu’à chaque époque, l’homme dû trouver des moyens de mesurer le temps.

Dès 4000 avant notre ère, les Chaldéens (en Égypte) ont inventé le gnomon : un système proche du cadran solaire, qui par l’ombre portée du soleil permettait de définir les différents moments de la journée.

Clepsydre reconstituée au musée de l’Agora antique d’Athènes – Photo via Wikimedia Commons

Aux alentours de 1400 avant JC, la clepsydre faisait son apparition à Karnak. Cet instrument permettait de définir la durée d’un événement en fonction de l’écoulement de l’eau d’un récipient à un autre. Bien plus tard, au IXe siècle, des moines inventaient la bougie graduée pour fixer la durée d’une prière.

Toutes ces inventions étaient très ingénieuses mais aussi très imprécises. Ce n’est qu’au XIIIe siècle que les premières horloges mécaniques feront leur apparition mais il faudra deux siècles de plus pour que l’on soit capable de miniaturiser les horloges afin de les rendre transportables.

Le saviez-vous ?

Caroline Bonaparte Murat (1782-1839)

La première montre à bracelet a été créée en 1810 par Breguet pour Caroline Bonaparte, sœur de Napoléon Ier et Reine de Naples. La montre à bracelet était alors considérée comme un bijou exclusivement féminin, les hommes préférant la montre à gousset.

Mais l’arrivée de la première guerre mondiale a favorisé le développement de la montre à bracelet chez les hommes. Il était en effet bien plus pratique d’avoir une montre au poignet dans les tranchées. Depuis, la montre est le principal bijou masculin.

La révolution de la précision de la mesure du temps viendra au XXe siècle : en 1958 arrive l’horloge atomique capable de donner l’heure avec une précision de 1 seconde pour 3000 ans ! Puis en 1969, l’invention du mouvement à quartz démocratise des montres précises et bon marché.

Le développement de l’industrie horlogère à Genève

Jean Calvin
Jean Calvin (1509-1564)

Au XVIe siècle, le théologien Jean Calvin fuit la France, s’installe en Suisse et aide le conseil de Genève à réformer les lois. Une réforme de 1541 interdit notamment le luxe ostentatoire comme les bijoux, laissant les nombreux joailliers genevois dans une situation difficile.

Pour continuer à exercer leur métier, ces derniers se tournent alors vers l’horlogerie. Considéré comme un instrument scientifique, les horloges échappaient en effet à la réforme de Calvin et les orfèvres ont ainsi pu produire des pièces d’horlogerie richement décorées. Paradoxalement, c’est donc Calvin qui est à l’origine des montres de luxe en Suisse !

Quelques années plus tard, c’est un autre événement vient favoriser l’essors de l’horlogerie : les guerres de religion qui ont lieu en France poussent les Huguenots à immigrer vers la Suisse en 1572 et 1685. Genève et le bassin jurassien voient alors affluer une main d’œuvre qualifiée qui apporte son savoir-faire en horlogerie et médecine, contribuant au développement de l’orfèvrerie. C’est ainsi qu’en 1601 est créée à Genève la toute première corporation d’horlogers au monde.

Au XVIIIe siècle, l’activité horlogère est si importante dans l’Arc jurassien que de nombreux paysans complètent leurs revenus en réalisant pendant l’hiver des petits travaux de façonnage d’éléments d’horlogerie. A la fin du XIXe siècle, près de 4 employés sur 10 travaillaient pour l’industrie horlogère !

L'histoire de l'horlogerie genevoise
Atelier de boîtiers. Huile sur toile de Edouard Kaiser, 1898

Plus récemment, c’est la situation stratégique de Genève qui a favorisé son développement : située au carrefour de la France, de l’Italie et de l’Allemagne, Genève est idéalement située pour le commerce. De plus, la présence de nombreuses organisations internationales comme l’OMC ou l’ONU, attire un public du monde entier, ce qui contribue à développer le marcher horloger.

Découvrir l’horlogerie en visitant Genève

Pour mieux découvrir cette histoire, vous pouvez visiter le musée Patek Philippe qui présente cinq siècles d’histoire de l’horlogerie avec quelques 2500 montres.

Musée Patek Philippe
Rue des Vieux-Grenadiers 7
patek.com
Musée Patek Philippe à Genève

Et pour comprendre comment fonctionne une montre, rendez-vous chez Initium Watches qui organise des ateliers en compagnie d’un horloger. Vous apprendrez à démonter puis remonter le mécanisme d’une montre et vous pourrez aussi fabriquer votre propre montre en personnalisant les aiguilles, le cadran, le boitier, le bracelet et le mécanisme : de quoi avoir une montre unique que vous ne trouverez pas sur d’autres poignets ! Les cours, d’une durée de 3 h à 1 jour, se font en compagnie d’un maître horloger.

Initium Watches
Grand Rue 17
https://initium.swiss/fr/ateliers
Créer sa propre montre à Genève
© Initium Watches

Photo d’en-tête © Initium Watches

Do you like Antoine Vitek's articles? Follow on social!
Comments to: Mesurer le temps : l’histoire de l’horlogerie genevoise

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la Newsletter

Chaque mois, recevez le meilleur de Culturez-vous dans votre boite mail !

Merci ! Consultez votre boite mail pour valider votre inscription.